Grippe : pourquoi Xavier Bertrand a-t-il permis aux médecins de ne pas se faire vacciner ?

Bonjour

Comment justifier que la vaccination contre la grippe ne soit pas imposée aux médecins ? Et plus généralement comme à l’ensemble des professionnels de santé, vecteurs privilégiés et sujets directement exposés ?  Le Conseil national de l’Ordre des médecins a tranché : il est favorable à une vaccination obligatoire.  « Dans le cadre de la grippe, les professionnels de santé doivent être obligatoirement vaccinés » vient de déclarer le Dr Patrick Bouet. Or, seuls 50 % des professionnels de santé sont vaccinés. « Nous demandons à l’État d’assumer ces responsabilités en la matière » menace-t-il. Que fera l’Etat ? Et quelles seront les responsabilités lorsque les choses tourneront mal ?

Comment justifier que l’Etat n’impose pas cette vaccination aux professionnels – vaccination qu’il ne cesse par ailleurs de recommander à celles et ceux que ces mêmes professionnels sont amenés à soigner ? Nous évoquions il y a peu sur ce blog et sur Slate.fr 1 la responsabilité, sur ce point, de Xavier Bertrand, ancien ministre de la Santé.

Explications

« L’obligation de la vaccination antigrippale des professionnels de santé figure à  l’article L. 3111-4 du code de la santé. Or cette disposition a été «suspendue» par le décret n° 2006-1260 du 14 octobre 2006. Elle demeure, depuis, « fortement recommandée» sans jamais être imposée. Le décret du 14 octobre 2006 avait été signé par Xavier Bertrand, ministre de la Santé et des Solidarités du gouvernement alors dirigé par Dominique de Villepin. Sans doute serait-il utile que M. Bertrand, aujourd’hui président du conseil régional des Hauts-de-France, s’explique sur les raisons de cette suspension; une suspension à laquelle le directeur général de la Santé entend, fort opportunément mettre un terme. »

Depuis les Hauts-de-Seine le président Xavier Bertrand nous a fait savoir pourquoi il avait agi ainsi. Ce décret n’a pas été signé « sur un coin de table ». Cette décision de suspension a été prise sur la base d’un avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France (section maladies transmissibles) : avis « relatif à la mise en œuvre de la protection individuelle contre la grippe des professionnels visés à l’article L 3111-4 du code de la santé publique par une obligation vaccinale (séance du 19 mai 2006) ». C’est un avis sur lequel il vaut de ses pencher.

Se vacciner pour soi-même

1 Il rappelle que l’obligation vaccinale contre la grippe saisonnière des professionnels (visés par l’article L3111-4 du Code de la Santé Publique) avait été adoptée depuis le 1er janvier 2006, « dans un contexte de menace pandémique ».

2 Il souligne – point remarquable – que les obligations vaccinales (prescrites par l’article L3111-4 du Code de la Santé Publique) « visent exclusivement à protéger les professionnels du risque d’être eux-mêmes contaminés ». En d’autres termes ces obligations  « ne visent pas à protéger les personnes dont ils prennent soin et pour lesquelles la grippe présente un risque de complication ou de décès ».

3 Il considère que l’obligation vaccinale, dans l’objectif de protection des professionnels visés contre la grippe, « doit être abordée de façon différente en période de grippe saisonnière inter-pandémique et en période de pandémie grippale confirmée ». Suivent différentes considérations épidémiologiques et éthiques (il n’y a pas de sur risque pour les professionnels de santé en période de grippe saisonnière inter-pandémique ; il n’existe pas de données permettant de comparer l’incidence de la grippe saisonnière chez les professionnels de santé, les professionnels d’établissements de soins et les professionnels d’hébergement pour personnes âgées avec celle des autres professionnels en contact avec le public ou avec la population générale ; quelques rares études sont en faveur d’une hétérogénéité du risque de contracter la grippe pour les professionnels de santé en fonction de leur pratique professionnelle et sont en faveur d’un risque plus élevé chez des professionnels de santé exerçant au contact d’enfants ou de patients présentant des syndromes grippaux etc.)

Vaccination « altruiste »

Au final le CSHP (section des maladies transmissibles, recommande « que l’obligation vaccinale contre la grippe des professionnels visés à l’article L3111-4 du Code de la Santé Publique soit suspendue ». Mais dans le même temps, sans craindre d’être taxé de jésuite, il recommande aussi « que les campagnes d’information auprès des professionnels de santé et des professionnels en contact régulier avec les personnes à risque soient renforcées afin de poursuivre l’augmentation de la couverture vaccinale annuelle avec le vaccin contre la grippe saisonnière ».  Mieux encore, il « tient à rappeler qu’il recommande depuis 1999 la vaccination contre la grippe saisonnière aux personnels soignants de manière à réduire la transmission de l’infection aux personnes atteintes de certaines pathologies chroniques et pour celles âgées de 65 ans et plus, a fortiori hospitalisées ou en institution, pour lesquels la grippe présente un risque de complication ou de décès ».

Et de conclure que cette « vaccination altruiste » des professionnels de santé fait régulièrement l’objet de campagnes d’information pour obtenir l’adhésion des professionnels de santé. On sait ce qu’il en est dix ans plus tard.

C’est donc sur la base de cet avis plus que paradoxal que Xavier Bertrand a pris la décision de suspendre le texte de loi qui aurait dû s’appliquer à compter du 1er janvier 2006. M. Bertrand nous fait aussi observer que personne n’est revenu sur son décret depuis dix ans ». Ce qui est vrai. Ni lui-même, ni Roselyne Bachelot, ni Marisol Touraine. Nul ne sait non plus combien de grippes auraient, sinon, pu être prévenues. Sans parler des décès.

A demain

1 Sur ce thème: « Grippe : il faut désormais obliger les soignants à se faire vacciner » Slate.fr, 12 janvier 2017

7 réflexions sur “Grippe : pourquoi Xavier Bertrand a-t-il permis aux médecins de ne pas se faire vacciner ?

  1. Vaccin grippal, CSHP et professionnels de santé: le bla bla sur la nature du risque pour les professionnels, selon la saison et l’état de la pandémie, eh bien c’est de l’enfichage de mouches, et c’est grave car on peut dire que derrière ces postures purement intellectuelles il y a eu des morts. Au secours!

  2. Juste une question : peut-on parler de l’efficacité de la vaccination antigrippale?
    Juste cela : une question scientifique : la vaccination contre grippe est-elle efficace ?
    Car tous ces débats occultent complètement cette question : l’efficacité.
    Or il semble qu’aujourd’hui l’efficacité d’un traitement n’entre jamais en ligne de compte.
    Médicaments antialzheimer inefficaces, que fait la ministre : maintient du remboursement et donc de la prescription.
    Pour la grippe, les médecins savaient que le Tamiflu est inefficace, il ne le prescrivait pas.
    Que voit-on aujourd’hui , les médecins le prescrivent surtout à l’hôpital.

    On veut imposer la vaccination contre la grippe mais personne ne parle d’efficacité.
    C’est sans doute parce que les preuves d’efficacité sont soit absentes soit très faibles.

    Mais qu’à cela ne tienne !!!
    Aujourd’hui, il n’est plus question de médecine mais de communication.
    Plus question de « science » de preuves scientifiques mais d’action et de communication.
    Il faut agir au lien de réfléchir.
    Triste dérive

    • En effet, cela laisse rêveur…
      Si l’on prend les quelques chiffres difficilement disponibles concernant le cas des 13 décès en maison de retraite, sur les 13 décès, 6 étaient vaccinés, et la couverture vaccinale était de 36%, la vaccination ayant été interrompue par l’arrivée de cas de grippe.
      Faites vos comptes….

  3. Ce billet est extravagant.
    On aimerait trouver des preuves scientifiques à toutes ces suppositions.
    La logique voudrait (et le compassionnel selon JY Nau) que plus on vaccine contre la grippe et moins il y a de grippes (et de morts).
    Et le premier qui pense que je suis un anti vaccin est un crétin.
    Vérifier ce que l’on affirm est quand même le b.a.-ba du journalisme.
    On aimerait un peu de référencement.
    Bonne journée.

    • Ig :

      Faits :
      – les virus de la grippe mutent vite et facilement;
      – LES car il y a beaucoup de virus de la grippe et pour chacun de ces virus il faut créer un vaccin spécifique sans savoir si ce sera ce virus qui sera virulent cette année là;
      – les personnes âgées ont un système immunitaire qui ne régit plus comme celle d’une personne jeune, ils « prennent « moins bien les vaccins d’une manière générale, qui, dès lors, sont logiquement mois efficaces chez eux.
      – Il faut deux semaines pour obtenir une immunisation théorique une fois le vaccin fait (donc si tu rencontre le virus pendant ce délai, même vacciné tu développeras une grippe).
      – l’effet de protection que confère la vaccination de toute une population envers les plus fragiles (ceux qui justement se trouve mal immunisé à la suite d’un vaccin) ne fonctionne que si, justement, environ 80% des gens sont vaccinés (de mémoire je ne suis plus très sûr de mon chiffre mais c’est de cette ordre là).

      Conclusion : il est outrageusement simpliste de faire l’équation : + de vaccins = – de morts et de malades, et d’en conclure alors que ce vaccin là n’a pas d’intérêt.
      C’est du même niveau que de regarder la lune et d’en conclure qu’il y a une grosse ampoule dans le ciel qui s’y ballade… ce qui saute aux yeux n’est pas forcément la réalité.
      Le vivant est malheureusement (ou heureusement !) infiniment plus complexe que cela.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s