Post-vérité alternative : Bernard Kouchner vote Manuel Valls et soutiendra Emmanuel Macron

Bonjour

Hic et nunc. Nous vivons des temps étranges et Bernard Kouchner est, une nouvelle fois, déchiré. Dans un entretien au journal Le Parisien-Aujourd’hui en France, mardi 24 janvier, l’ancien ministre de gouvernements de gauche et de droite Bernard Kouchner, apporte son soutien à Emmanuel Macron en vue de l’élection présidentielle. Selon lui l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande (désormais dirigeant du mouvement En marche !) incarne « l’espoir ». Pour l’ancien ministre de François Mitterrand et de Nicolas Sarkozy, l’ancien secrétaire général de l’Elysée est « un homme qui ouvre le jeu, qui ne dit pas de mal des gens par goût électoral (…) C’est l’homme qui ne s’arrête pas au clivage droite-gauche ».

Nous vivons au temps curieux : les « faits alternatifs » succèdent déjà à la « post vérité ». « Mensonge » est devenu grossier. Il y a quelques jours M. Kouchner avait déjà jugé « possible » de voter pour M. Macron au printemps – ajoutant toutefois que les propositions de ce dernier n’étaient pas encore assez « musclées ». Il salue d’ores et déjà son « ouverture d’esprit », sa « façon d’aborder les choses, de n’insulter personne, de ne pas parler de la droite comme si elle était méchante et la gauche le problème ». Un modèle dégagé des idéologies en somme.

Bouffes Parisiens

Le cofondateur (en 1971) de Médecins Sans Frontières confirme en outre dans cet entretien qu’il a bel et bien participé, dimanche 22 janvier, au premier tour de la primaire organisée par la « Belle alliance populaire ». Il a voté Manuel Valls, « parce que son langage au départ de sa primature [lui] semblait un langage d’ouverture, avec son vieux fond rocardien… Puis il a dû en rabattre et se banaliser ». Pour Bernard Kouchner le diagnostic est clair s’il veut survivre le PS « doit complètement se réformer ».

Bernard Kouchner a été interrogé sur le fait que François Hollande n’ait ostensiblement pas écouté le premier débat, préférant assister (accompagné de la ministre de la Culture) au dernier spectacle parisien de l’animateur Michel Drucker. M. Kouchner a commenté : « c’est un pied de nez qui lui ressemble bien ». « Cela me fait de la peine pour lui, il valait mieux. Mais bon il n’a pas su s’imposer, c’est comme ça. » C’est ainsi. François Hollande, mutin, avait précisé qu’il regarderait peut-être le débat en replay. « L’ailleurs et le jadis sont plus forts que le hic et nunc. » (Gaston Bachelard, 1957).

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s