Accepteriez-vous que votre femme puisse gagner 1000 euros en donnant ses ovules en Espagne ?

Bonjour

C’est la question que l’on ne pose jamais aux candidats à la fonction française suprême. Est-il licite, éthique, de percevoir de l’argent contre une fraction de son corps ? Faut-il voir là une forme d’esclavage moderne et capitaliste ? Est-ce au contraire une version moderne de l’altruisme, de la générosité, de l’empathie dès lors que la fraction « cédée » sera l’objet d’une action à visée thérapeutique ?

La question n’a pas été posée hier, lors du débat télévisé opposant, sur le thème du « revenu universel », les deux socialistes que sont Benoît Hamon et Manuel Valls. Pour l’heure, à gauche, seul Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé acceptant, assez courageusement, de défendre le concept d’indisponibilité du corps humain. On attend toujours les positions d’Emmanuel Macron, perçu (à gauche et sur France Culture) comme un « signifiant flottant ». Celle de François Fillon, ancien élu de la Sarthe (victime, selon ses termes, d’une affaire politique et domestique de « boules puantes » 1) est, elle aussi, attendue – de même que celle de la droite extrême.

Altruisme et solidarité espagnols

Celle question n’est en rien hors-sol. De l’autre côté des Pyrénées des femmes échangent une fraction de leur « capital d’ovocytes » contre de la menue monnaie. Les dernières informations disponibles sur ce sujet viennent d’être diffusées, en France, par les responsables du puissant groupe IVI de cliniques privées 2. Ces responsables ne se cachent nullement pour inciter les Françaises à bénéficier en Espagne de techniques de PMA interdites en France pour des raisons éthiques (ou impossibles à mettre en œuvre du fait d’une pénurie d’ovocytes disponibles). Cela donne ceci :

« Le traitement avec don d’ovules est l’un des plus efficaces en matière de procréation assistée, avec un taux de réussite supérieur à 68% chez IVI, le leader européen en médecine de la reproduction. Face à la pénurie d’ovocytes et aux listes d’attente de plus de deux ans, les Françaises sont de plus en plus nombreuses à se rendre chez IVI, en Espagne. Ce traitement reste aujourd’hui encore le plus demandé par les Françaises, ce qui représente 44 % des traitements (Insémination artificielle, FIV, FIV Plus et Préservation de la fertilité). Une progression de plus de 253% par rapport à 2011. » 

D’autres explications sont fournies à la presse française, féminine ou généraliste :

« La raison de ce succès tient au fait que les Espagnoles donnent plus volontiers leurs ovocytes pour des raisons culturelles et par esprit de solidarité. Il n’existe donc pas de pénurie d’ovocytes en Espagne. C’est notamment le cas des cliniques IVI qui disposent de la plus grande banque d’ovocytes dans le monde. IVI Valence a même mis en place un programme ‘Egg Donation’, dirigé par le Dr. Pilar Alamá, qui a pu identifier le profil de ces femmes qui font don de leurs ovules et les a classées en trois groupes. »

Trois groupes ? Tout d’abord la « femme entre 18 et 25 ans » (62% du total des dons d’ovules). Elle « évolue aujourd’hui dans une culture plus altruiste envers la société que les générations précédentes ». « Empathie, solidarité sont des valeurs qui ne suscitaient avant qu’un intérêt social mineur » affirme la Dr  Alamá.

Le montant de la compensation

Ensuite les « femmes entre 26 et 31 ans » (« qui ont pour la plupart déjà connu la maternité ». « Ce sont elles qui, après avoir donné la vie, ressentent une plus grande sensibilité quant à la situation des femmes ayant des problèmes de reproduction, précise la Dr  Alamá. Elles veulent donc partager leur bonheur avec les patientes qui ne peuvent pas réaliser leur rêve d’être mère avec leurs propres ovules. Elles leur concèdent alors, de manière altruiste, le plus grand des cadeaux : des ovules qui seraient sans quoi perdus à chaque menstruation ». Ce groupe Soit 29% de tous les dons reçus dans les cliniques IVI en Espagne.

Enfin les « femmes entre 32 et 35 ans » (9% des dons). « Elles font don de leurs ovocytes par pure solidarité, conscientes de l’importance de ce geste pour ces femmes privées par la nature de la possibilité d’être mères avec leurs propres gamètes ».

Le meilleur des mondes altruiste en somme.  Mais encore ?  « Les donneuses reçoivent une compensation financière pour le désagrément physique, fixé par le ministère de la Santé espagnol » répond IVI. On insiste.

« Pourriez-vous en préciser le montant ? 

Pour répondre à votre question : le ministère de la Santé espagnol établit un barème pour cette compensation. Elle est habituellement entre 800 et 1000 euros par donation.»

A demain

1 « Boule puante » : petite boule qui contient un liquide répandant une odeur généralement nauséabonde. L’objet n’est plus guère commercialisé. C’est aussi une expression dont l’usage tend à disparaître, à l’exception des sphères politiques. Dans son célèbre « Journal » Léon Bloy (1846-1917) évoque métaphoriquement un « lanceur de boules puantes dans les salons ». Nous sommes en 1892.

Sans doute François Fillon aurait-il dû rappeler (comme le fait aujourd’hui l’éditorialiste politique du Monde) qu’en novembre  1965, trois semaines avant la première élection présidentielle au suffrage universel, le ministre de l’Intérieur, Roger Frey, avait conseillé au général de Gaulle d’attaquer directement son principal adversaire. Il extrait alors d’un dossier la photo de François Mitterrand, arborant la (célèbre) francisque et serrant la main du maréchal Pétain, en  1943.  » Pourquoi ne permettriez-vous pas que sortent quelques bonnes vérités cachées ? « , demande le ministre.  » Non, je ne ferai pas la politique des boules puantes « , tranche le général. C’était de Gaulle.

2 Le groupe se présente ainsi : « IVI, fondée en 1990, est la première institution médicale en Espagne entièrement dédiée à la reproduction assistée. Aujourd’hui leader européen en médecine de la reproduction, elle compte plus de 60 cliniques dans 11 pays (Espagne, Brésil, Argentine, Chili, Émirats Arabes Unis, Inde, Italie, Mexique, Panama, Portugal et Royaume-Uni). Depuis cette date, IVI a contribué à la naissance de plus de 126 000 enfants, grâce à la mise en œuvre de méthodes de reproduction assistée particulièrement innovantes et 20 % des patients viennent de l’étranger. »

6 réflexions sur “Accepteriez-vous que votre femme puisse gagner 1000 euros en donnant ses ovules en Espagne ?

  1. Le tire de l’article sous-entend que l’homme à un droit de véto sur les décisions de la femme auquel ils sont mariés. Vous savez, nous ne sommes plus au moyen-âge…

      • Très cher Monsieur, je vous invite dans un premier temps à découvrir ce que signifie le terme « 2d degré ». Vous découvrirez alors que rien dans cette article ne montre le début d’un commencement débauche de second degré.
        Dans un deuxième temps je ne saurai que trop vous recommander de chercher comprendre par quels moyens les mots que nous employons façonnent nos mentalités, à notre insu même.
        Si vous arrivez jusque là, je ne pourrai que vous féliciter car alors vous aurez fait preuve d’une intelligence suffisante pour essayer de comprendre pourquoi le monde vu uniquement par le petit bout de sa lorgnette n’est pas LE monde.
        Malheureusement je doute que vous arriviez à cette conclusion et je sais que ce message que je vous adresse est probablement vain.
        Dans un dernier sursaut d’espoir, j’aimerai tout de même que vous tentiez d’essayer de vous demander quels effets aurait ce même titre mais avec une connotation raciale par exemple, sachant qu’à une certaine époque pas si lointaine, il était de bon ton de rabrouer les pince-sans rire comme moi qui voulait montrer en quoi cet « humour », ce « second degré », est mortifère et entraine une violence à la fois physique et morale envers toute une catégorie de personnes.

  2. WTF, vous le sortez d’où ce titre ?! Des années 50 ?
    A ce que je sache, une femme n’a pas à demander l’avis de son mari ou de quiconque pour disposer de son corps…
    Et par ailleurs, scoop, il est également possible de demander aux premières concernées ce qu’elles pensent de ces mesures, au lieu de sempiternellement demander aux hommes de décider à notre place !

  3. Le second degré consiste à (tenter d’) amener à un sens plus subtil que la phrase ne pourrait le faire croire ; il ne doit surtout pas être confondu avec le sarcasme ou avec l’humour sarcastique. Une affaire de subtilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s