Autisme et troubles du développement : interdire le Doliprane® chez les femmes enceintes ?

 

Bonjour

Après l’affaire Dépakine® et celle des anti-inflammatoires une affaire Doliprane® (paracétamol) ? Impensable hier le sujet émerge dans l’actualité. C’est, confie un expert, un sujet frémissant. Le lait sur le feu. Il fait aujourd’hui même 1 l’objet d’une rencontre spécifique de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

 « En cas de nécessité clinique, le paracétamol peut être utilisé pendant la grossesse, mais à la dose efficace la plus faible et pendant la durée la plus courte nécessaire au soulagement des symptômes », a conclu il y a quelques jours le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Questionnement majeur

« Le PRAC maintient donc ses recommandations de 2014 émises après examen de deux études suggérant un lien entre exposition au paracétamol durant la grossesse et l’apparition de troubles neuro-développementaux chez les enfants » rappelle Le Quotidien du Médecin. Cette nouvelle évaluation fait suite à la publication de sept nouvelles études sur l’apparition de ces troubles neuro-développementaux, notamment les troubles du spectre de l’autisme ou de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). 2 Le PRAC souligne toutefois les « nombreuses limites de ces études » et juge qu’à ce jour le « lien de causalité ne peut être clairement établi ». Où l’on retrouve l’équation des faibles risques et des décisions politiques.

C’est là un questionnement majeur de santé publique « Le paracétamol est aujourd’hui l’antalgique le plus prescrit au cours de la grossesse (quel que soit le trimestre) » conclut un récent travail 3 mené par une équipe dirigée par le Pr Nicolas Authier qui dirige le service de pharmacologie médicale du CHU de Clermont-Ferrand.

Pourquoi une telle consommation? Que disent les pharmaciens au moment de la délivrance de cette spécialité ? On attend la décision des autorités sanitaires françaises. Et plus encore les explications claires de ces décisions.

A demain

 1 Scientific Day ANSM and EHESP Nonsteroidal Anti‐Inflammatory Drugs (NSAIDs) and acetaminophen (paracetamol) during pregnancy: impact on the urogenital apparatus JANUARY, 27th 2017 – Room A012ANSM 143‐147 bd Anatole France 93200 Saint‐Denis

2 Paracetamol use during pregnancy and attention and executive function in offspring at age 5 years. Liew Z, Bach CC, Asarnow RF, Ritz B, Olsen J. Int J Epidemiol. 2016 Dec 28. pii: dyw296. doi: 10.1093/ije/dyw296.

Neurodevelopmental problems at 18 months among children exposed to paracetamol in utero: a propensity score matched cohort study. Vlenterie R, Wood ME, Brandlistuen RE, Roeleveld N, van Gelder MM, Nordeng H. Int J Epidemiol. 2016 Aug 31. pii: dyw192.

Association of Acetaminophen Use During Pregnancy With Behavioral Problems in Childhood: Evidence Against Confounding. Stergiakouli E, Thapar A, Davey Smith G. JAMA Pediatr. 2016 Oct 1;170(10):964-970. doi: 10.1001/jamapediatrics.2016.1775.

Acetaminophen use in pregnancy and neurodevelopment: attention function and autism spectrum symptoms. Avella-Garcia CB, Julvez J, Fortuny J, Rebordosa C, García-Esteban R, Galán IR, Tardón A, Rodríguez-Bernal CL, Iñiguez C, Andiarena A, Santa-Marina L, Sunyer J. Int J Epidemiol. 2016 Jun 28. pii: dyw115.

Use of acetaminophen (paracetamol) during pregnancy and the risk of attention-deficit/hyperactivity disorder in the offspring. Andrade C. J Clin Psychiatry. 2016 Mar;77(3):e312-4. doi: 10.4088/JCP.16f10721.

Use of acetaminophen (paracetamol) during pregnancy and the risk of autism spectrum disorder in the offspring. Andrade C. J Clin Psychiatry. 2016 Feb;77(2):e152-4. doi: 10.4088/JCP.16f10637. Review.

Annotations and reflections: pregnancy and paracetamol: methodological considerations on the study of associations between in utero exposure to drugs and childhood neurodevelopment. Damkier P, Pottegård A, dePont Christensen R, Hallas J. Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2015 Jan;116(1):2-5. doi: 10.1111/bcpt.12322. No abstract available.

3 « PRESCRIPTION D’ANTALGIQUES AU COURS DE LA GROSSESSE : ÉTUDE DE COHORTE RÉTROSPECTIVE EN FRANCE » Delorme Jessica, Chenaf Choukia, Gauffier Mariona , Dubuisson Marinea , Kabore Jean-Luca , Eschalier Alaina, Zenut Mariea, Authier Nicolasa. CRPV et CEIP Auvergne, Service de Pharmacologie médicale, CHU Clermont-Ferrand; INSERM UMR 1107 Neuro-Dol, Faculté de Médecine, Université d’Auvergne, France; Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, CHU Clermont Ferrand;  Institut Analgesia, Faculté de médecine, Clermont Ferrand.; EA PEPRADE, Université d’Auvergne

 

 

 

 

 

4 réflexions sur “Autisme et troubles du développement : interdire le Doliprane® chez les femmes enceintes ?

  1. Bonjour,

    Que disent les pharmaciens ?

    Que le paracétamol est le premier ami de la femme enceinte, au sens que c’est celui qui, pour l’instant, donne le moins d’inquiétude quant à son utilisation chez la femme enceinte. Nous cherchons surtout à passer le message concernant les recommandations d’éviction de l’ibuprofene.

    Face à cette annonce, il va devenir difficile de tenir un discours simple et non anxiogène pour les futures mamans. Si Charybde et Scylla viennent vous compliquer le travail, il nous faudra plus qu’un Ulysse pour nous donner des repères quant au discours à tenir.

    Se repose également la sempiternelle question de savoir qui privilégier à chaque instant de la grossesse entre maman et bébé. J’ai le plus grand respect pour les équipes obstétricales qui sont conduites à prendre des décisions bien plus douloureuses que les nôtres au comptoir. Je n’ai pas souvent le temps de vous le dire, mais je pense souvent à vous, méres, futurs enfants et soignants qui les accompagnez.

    Cordialement,

    Rémi Dufourcq-Lagelouse,
    Pharmacien

  2. Tu enfanteras dans la douleur
    Paf ! La péridurale passe par là : même pas mal !

    Bon alors tu porteras dans la douleur !

    A quand la conception dans la douleur ?
    Les femmes seraient elle maudites ?

    QUel est l’effet sur l’embryon et le feus de la douleur de la mère et de ses conséquences physiologiques ?

    Ne pas perdre de vue que les études observationnelles, score de propension ou pas, ne peuvent démontrer de lien causalité et on en a vu dire l’inverse de la réalité.

    Quelle est l’augmentation du RISQUE ABSOLU (et non pas relatif, beaucoup plus élevé et impressionnat mais non pertinent et sciemment trompeur) dans ces études ? Il faudra aller le calculer si possible parce que habituellement les auteurs le cachent (ça nuit au message voulu et à la publicabilité de l’étude)

    Et que « Thou shallt Publish or Perish » (sur la table de la loi que Moïse a oubliée sur la montagne)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s