«Sexualité» et «vitalité» : le gouvernement va-t-il gommer les mots qui enchaînent les fumeurs ?

Bonjour

Nouveaux grondements de mâchoires chez les buralistes français. Bruxisme qui fait suite à une annonce médiatiquement filtrée : Europe 1 vient d’évoquer un prochain décret co-signé par Bercy et le ministère de la Santé. Ce texte « actera une hausse des prix du tabac ainsi que la prochaine ‘’disparition’’de certaines marques ». Le Figaro évoque, sans surprise, la colère des buralistes : « Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes, a écrit il y a une dizaine de jours un courrier au Premier ministre Bernard Cazeneuve pour lui faire part de son mécontentement. Les buralistes craignent que les marques interdites de vente chez eux aillent encore alimenter le marché parallèle ».

 Le site des buralistes cite Pierre Kopp (« spécialiste de l’économie du tabac et avocat du Comité national contre le Tabagisme ») invité d’Europe 1 : « C’est un petit pas, certes, mais c’est une bonne chose (…) On ne peut pas vouloir réduire la consommation de tabac et en même temps continuer à faire rêver les gens (…) L’idée c’est d’interdire toute forme de publicité. Si l’on interdit la publicité sur les panneaux, il faut également interdire la publicité sur les paquets. C’est le sens du paquet neutre, c’est le sens de l’interdiction de certaines marques ».

Vingt centimes en moyenne

En pratique, l’augmentation serait, en moyenne, de 20 centimes pour les paquets de cigarettes et « jusqu’à 1,60 euro » pour le paquet de tabac à rouler. « C’est le résultat des deux nouvelles taxes décidées par le gouvernement : hausse de 15 % de la fiscalité du tabac à rouler et la nouvelle taxe sur les fournisseurs qui doit rapporter 130 millions d’euros par an, c’est à dire 5 centimes de plus par paquet » résume Europe 1. Toutes les marques ne vont pas augmenter de la même façon : pour certaines, plus de 20 centimes ; pour d’autres, aucune hausse.

Il faut aussi compter avec l’interprétation française de l’article 13 de la directive européenne sur le tabac. « Sur aucun autre marché du tabac de l’Union européenne on n’aura vu une interprétation de l’article 13 aussi radicale » estime lemondedutabac.com. Ce dernier prophétise que trois noms de marques devraient « disparaître » à terme : Marlboro Gold, Vogue, les cigarillos Café Crème. « En revanche, Lucky Strike ne ferait pas partie de la liste ».

Les fabricants auront un an pour « réinventer » un nom, précise Europe 1. Il s’agit ici de bannir l’usage des noms qui, dans cette sphère addictive, constituent à eux seuls une promotion du tabac

« Attraction sexuelle »

Lemondedutabac.com croit savoir que seize « catégories principales d’interdiction » sont concernées : « alimentaire » (au sens où le nom évoquerait quelque chose d’alimentaire) ; « amaigrissant » ; « avantage économique » ; « bio » ; « économique » ; « élégance » ; « féminité » ; « goût-odeur-arôme » ; « laudatif » ; « masculinité » ; « mode de vie » ; « moindre nocivité » ; « pouvoir d’attraction sexuelle » ; « statut social » ; « vitalisant » ; « vie sociale ».

Au-delà, ce sont deux cents mots « familiers aux fumeurs » qui seraient potentiellement interdits sur les paquets. « Après cela, il ne reste plus que l’interdiction totale du tabac » s’alarme un « proche du dossier ». Où l’on voit que la peur, décidément, n’évite pas le danger.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s