Un généraliste tué d’une trentaine de coups de couteau dans son cabinet de Nogent-le-Rotrou

Bonjour

Du sang sur une blouse blanche. Un médecin généraliste a été tué, ce mercredi 1er février 2017, dans son cabinet médical de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir). C’est L’Echo Républicain qui, d’emblée, a donné l’information :

« En fin de matinée, les gendarmes ont bouclé le périmètre autour du cabinet médical des docteurs Michel Girard et Patrick Rousseaux, situé à l’angle de l’avenue du Général-Leclerc et de la rue Robert-Brizard, à Nogent-le-Rotrou. Un homme y est décédé. Il s’agit du docteur Patrick Rousseaux. Les sapeurs-pompiers et le SMUR de Nogent-le-Rotrou ont été alertés peu avant 11h30.

Puis, à 22 heures, ce communiqué de presse officiel :

« Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a appris avec une très vive émotion le décès du Dr Patrick Rousseaux, médecin généraliste, tué ce jour dans son cabinet médical à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir). La ministre s’associe à la douleur de sa famille et de ses proches, auxquels elle adresse ses plus sincères condoléances. Marisol Touraine exprime son soutien à l’ensemble des médecins généralistes de France, endeuillés par ce drame, qui accomplissent chaque jour un travail exemplaire, dans des conditions parfois difficiles, au service de leurs patients. »

Mort peu avant la découverte du corps

Dans l’intervalle on avait appris que ce médecin de 64 ans avait été retrouvé tué d’une trentaine de coups de couteau. « La victime a été découverte par son collègue médecin associé, venu récupérer quelque chose dans son bureau. Il ne travaillait pas le matin-même » a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Chartres Rémi Coutin. Il venait de saisir la brigade de recherches de Nogent-le-Rotrou et la section de recherches d’Orléans.

Selon les premières constatations, le meurtre aurait eu lieu peu de temps avant la découverte du corps. « Les enquêteurs ont relevé une trentaine de coups par arme blanche, dont la plupart ou cou et au visage », a précisé le procureur. Une autopsie doit être réalisée jeudi 2 février à l’institut médico-légal d’Angers. La vingtaine d’enquêteurs mobilisée a passé la journée à rechercher des indices et des témoins, et à interroger le voisinage et les patients qui avaient été reçus dans la matinée. « Aucun élément précis n’oriente pour le moment les investigations des enquêteurs » a encore souligné le procureur.

Le communiqué de soutien de Marisol Touraine à l’ensemble des généralistes de France laisse-t-il supposer que la ministre de la Santé en sait plus?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s