Duplicité et tabac : le gouvernement a tout fait pour que le prix des cigarettes n’augmente pas

 

Bonjour

C’est officiel : le prix du tabac augmente – à l’exception de celui des cigarettes… Seuls les acheteurs de tabac à rouler verront la différence : une hausse de 15 % en moyenne. Les paquets de cigarettes continueront pour leur part à s’arracher  entre 6,50 et 7 euros – soit assez loin des dix euros réclamés par Marisol Touraine, ministre de la Santé aujourd’hui silencieuse. Tout est raconté le site du Journal Officiel de ce 2 février : « Arrêté du 1er février 2017 modifiant l’arrêté du 24 juin 2016 portant homologation des prix de vente au détail des tabacs manufacturés en France, à l’exclusion des départements d’outre-mer ».

Dupes

Comment comprendre ce jeu de dupes ? Rien de plus simple : les géants mondiaux du tabac se sont réunis à Macao, ils ont regardé le marché de l’Hexagone et ils ont décidé de renoncer à des augmentations de prix malgré les petites hausses des taxes gouvernementales. Rien de plus légal. Quel gouvernement peut interdire à un géant de rogner sur ses marges ? Et le gouvernement français a homologué la liste des prix qu’on lui présentait. Les buralistes en sont satisfaits, les consommateurs aussi. Seuls ceux qui connaissent le dramatique dessous des cartes addictives et médicales sont en colère.

« C’est une très mauvaise nouvelle. Ce qui est nécessaire et souhaité, c’est une hausse significative et répétée, c’est le seul moyen de casser la consommation », rappelle, dans le désert, le Pr Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme (CNCT). Beaucoup ont abandonné, fatigués de tant de duplicité. Faut-il rappeler qu’il y a précisément trois ans (le 4 février 2014) François Hollande lançait solennellement un Programme national de réduction du tabagisme qu’il confiait à Marisol Touraine. Echec total. La France n’a jamais autant fumé. Et le cautère du paquet neutre est censé faire oublier l’absence d’augmentation des prix.

On pourrait en rester là, le gouvernement accusant les cigarettiers de ne pas répercuter les hausses de ses taxes. On aurait tort. Il existe un levier pour contraindre les fabricants et obtenir une hausse assurée : faire voter par le Parlement une hausse du minimum de perception. Ce n’est pas celui qui a été choisi à l’automne dans le cadre du budget de la Sécurité sociale piloté par … Marisol Touraine. Mme Touraine qui co-signe avec Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du budget et des comptes publics, l’arrêté de ce 2 février.

Pantois

 Il faut, sur le site des buralistes, lire ce que nous explique Benoît Bas, directeur des affaires publiques de Japan Tobacco International France :

« Le gouvernement accuse les fabricants de ne pas augmenter le prix des cigarettes. Il a tout fait pour qu’il n’augmente pas. Il y a quelques mois l’outil principal de la baisse de consommation était le paquet neutre (…). S’il veut faire preuve de cohérence, le gouvernement peut, comme il l’a fait sur le tabac à rouler, augmenter le minimum de perception sur les cigarettes et les prix des cigarettes augmenteront automatiquement comme ils l’ont fait pour le tabac à rouler ».

Que le directeur des affaires publiques de Japan Tobacco International fasse la leçon au gouvernement français en matière de cohérence et de santé publique laisse pantois. Emmanuel Macron n’a toujours rien dit sur le tabac.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s