Overdose : première personne officiellement sauvée en France après Nalscue® à domicile

 

Bonjour

Ne pas toujours désespérer. L’information n’est pas encore officielle mais elle est validée. Des spécialistes d’addictologie viennent d’être informés de la première administration réussie de Nalscue® en France – et ce dans le cadre officiel de son autorisation temporaire d’utilisation (ATU). Le prescripteur est un médecin éclairé du Puy-en-Velay.

Résumons : un patient, en région Auvergne-Rhône-Alpes avait été formé à l’utilisation de Nalscue® (naloxone 0,9 mg/0,1 ml en spray nasal) par son médecin lors de son inclusion dans l’ATU. Il vient de porter secours à un autre usager de drogues en lui administrant Nalscue® suite à une overdose aux opioïdes. L’usager est vivant, son pronostic vital n’est pas engagé.

Puy-en-Velay

C’est là une information à relayer, ne serait-ce que pour continuer à sensibiliser les professionnels de santé et les usagers à l’inclusion dans l’ATU pour avoir accès à ce traitement d’urgence.  C’est aussi la démonstration que, lorsqu’elle se met en place, la lourde machinerie pharmaco-administrative française peut, in fine, sauver des vies.

Et c’est, enfin, l’expression réitérée du regret que cette machinerie n’ait pu, pour des raisons obscures de cabinets, démarrer plus tôt.  Merci au prescripteur du Puy-en-Velay. Ne pas toujours désespérer.

A demain

2 réflexions sur “Overdose : première personne officiellement sauvée en France après Nalscue® à domicile

  1. Comme toujours, en France nous redécouvrons la science qui est en marche depuis longtemps ailleurs, cela a été particulièrement vrai pour les défibrillateurs accès au grand public et secouriste où nous avons pris 15 ans de retard, il en est de même pour la naloxone en spray en usage chez les pompiers et policiers anglo-saxons depuis longtemps parce qu’ils sot toujours les premiers sur les lieux d’une overdose avec des opiacés bien avant les secours médicaux. Cela marche ailleurs très bien, il n’y a pas de quoi s’extasier si ça fonctionne chez nous. Notre retard est énorme, quand on pense que légalement (code de santé publique) un secouriste, un ambulancier ou un pompier n’ont pas le droit de faire une glycémie au doigt car c’est : « un geste invasif réservé aux infirmiers ou aux médecins » alors que tout diabétique est formé pour se le faire à lui même, nous avons encore du chemin à faire pour avoir des secours efficient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s