Papiers d’identité : la Française des Jeux va-t-elle plier là où les buralistes ferment les yeux ?

Bonjour

Bruxisme devant les linéaires. Le dernier quotidien (parisien) du soir vient d’aborder un sujet plus qu’irritatif : il faudrait, demain, montrer ses papiers d’identité pour remplir une grille de Loto ou un ticket de PMU. Le joueur devenu délinquant en herbe… Terroriste peut-être… A quelles fins, fiscales ou policières ?

En octobre  2016, déjà, la Cour des comptes s’y était déclarée favorable. Cette fois c’est le Parlement qui reprend la balle au bond. Il faut ici lire le rapport sur les jeux d’argent et de hasard présenté mercredi 8  février au nom du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques par les députés Régis Juanico (PS, Loire) et Jacques Myard (LR, Yvelines).  Politiquement opposés les deux hommes militent pour une identification systématique des parieurs.

En pratique, ils souhaitent qu’avant de jouer, les clients de La Française des jeux et du PMU soient obligés de présenter un document d’identité – document qui serait lu automatiquement par un scanner, en utilisant les nouvelles bornes de prises de paris. « Cela permettrait de vérifier que le joueur est majeur, et éventuellement qu’il ne figure pas au fichier des interdits de jeu », plaident les deux parlementaires. Ce serait, en somme, aligner les bars-tabac PMU sur la règle qui prévaut dans les casinos et non, comme on le sait, dans les tripots.

Anonymats levés

Où l’on découvre que l’anonymat de l’immense majorité des joueurs pose plusieurs problèmes. Lesquels ? Le premier : « l’interdiction du jeu aux mineurs n’est pas assurée » relevait, en octobre dernier, la Cour des comptes : un jeune de 15 à 17 ans sur trois aurait déjà pratiqué des jeux d’argent, en particulier des paris sportifs et des jeux de grattage. La Française des Jeux est particulièrement concernée. Ce sont là des chiffres intéressants. On aimerait que la même Cour se penche sur la proportion de mineurs qui achètent du tabac alors qu’ils n’en ont pas le droit.

Il ne sera cependant pas facile d’imposer la levée de l’anonymat. Les turfistes « sont viscéralement attachés aux paris en espèces », plaident les dirigeants du PMU cités dans le rapport pour justifier leur résistance. Qui plus est, « le paiement des gains en liquide incite à les rejouer immédiatement ». C’est, très précisément, l’une des manifestations de l’addiction.

Nouveaux adeptes

La Française des Jeux va mener un test printanier dans une centaine de points de vente. Les clients y bénéficieront d’offres exceptionnelles, ils pourront, par exemple, parier sur des résultats de football ou de basket … en cours de match. Mais, pour cela, ils devront s’identifier. Le montant des ventes de la Française des Jeux en 2016 s’est élevé à 14,3 milliards d’euros. Il a progressé de 4,6 % en un an et marque un « record historique ».  L’an dernier le total des enjeux collectés par le PMU a été de 9,8 milliards d’euros l’an dernier, un montant en recul de 1,8 %. C’est ainsi : le PMU peine à recruter de nouveaux adeptes.

Le tabac, lui, ne manque malheureusement pas de nouveaux et jeunes adeptes. Les buralistes, spectateurs privilégiés, le savent mieux que personne. Il est peu vraisemblable qu’ils soient favorables à une identification automatisée des jeunes clients en chemin vers l’esclavage de l’addiction au tabac.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s