Officiel : impossible de dire s’il y a un danger à laver son linge avec de l’eau tombée du ciel

Bonjour

La France est un pays incroyablement plus humide et plus riche qu’on ne le dit. Le dernier exemple date d’aujourd’hui. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient de rendre un avis « relatif à l’utilisation de l’eau de pluie pour le lavage du linge chez les particuliers ». Ou plus précisément un avis relatif à la « faisabilité de l’expertise » concernant ce travail. C’est un document de 94 pages dont on imagine combien il a dû demander d’énergie et de matières grises.

On peut voir là, au choix, un effet du réchauffement climatique ou de la progression de la pauvreté : « les pratiques de récupération et d’utilisation de l’eau de pluie pour des usages domestiques sont en augmentation depuis plusieurs années dans un but de réaliser des économies d’eau et/ou de maîtrise du ruissellement et des inondations » nous disent les fonctionnaires de l’Anses. Et puis, sans doute, faut-il compter, dans la population féminine notamment, avec la mémoire ancestrale, féministe, des lavoirs et de leurs lavandières – (version alternative).

.

Roselyne Bachelot

Or ces temps ne sont plus. Quand ils existent encore, les lavoirs sont des musées communaux et la pluie est, dit-on, moins pure qu’elle ne le fut. « Lors de leur passage dans l’atmosphère, du ruissellement sur les toitures, dans le réservoir de stockage puis dans le réseau, les eaux de pluie peuvent se charger en métaux, matières organiques, micropolluants organiques et en micro-organismes » (Anses).

C’est si vrai que dès 2008 un arrêté ministériel était publié relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments – document signé de Jean-Louis Borloo et de Roselyne Bachelot (aujourd’hui sur RMC) et Christine Boutin. Depuis bientôt dix ans ce document précise des conditions d’usage de l’eau de pluie récupérée en aval des toitures inaccessibles, dans les bâtiments et leurs dépendances, ainsi que les conditions d’installation, d’entretien et de surveillance des équipements nécessaires à leurs récupération et utilisations. C’est un texte d’essence libérale : il autorise l’utilisation de l’eau de pluie à l’extérieur de l’habitation (usages domestiques et arrosage des espaces verts) et à l’intérieur (alimentation des chasses d’eau et lavage des sols intérieurs).

Linge de maison

Restait la question du linge de maison. « L’utilisation d’eaux de pluie pour le lavage du linge est autorisée à titre expérimental, sous réserve de mise en œuvre de dispositifs de traitement de l’eau adaptés. » Voilà, on en conviendra, qui était assez vague. Aussi la Direction générale de la santé a-t-elle saisi l’Anses. Mission :

« Définir les risques sanitaires potentiels directs et indirects que pourrait représenter la mise en œuvre d’une installation de récupération et d’utilisation d’eau de pluie à laquelle serait raccordé un lave-linge, et d’évaluer les modalités de traitement de l’eau éventuellement nécessaires afin que l’eau de pluie puisse être autorisée pour le lavage du linge. »

Or voici que nous apprenons que la mission a échoué/ « Compte tenu des variations locales et climatiques et de l’hétérogénéité des pratiques des particuliers pour le lavage du linge, l’Agence conclut à l’impossibilité de réaliser une évaluation des risques sanitaires potentiels liés à la mise en place de telles installations » avoue l’Anses.  Principe de précaution oblige elle recommande que l’eau de pluie ne soit pas utilisée des populations les plus vulnérables. A savoir :

Peaux atopiques

« Les populations à risque d’allergie cutanée, ayant des maladies de peau ou des peaux atopiques (propices aux allergies) ; les jeunes enfants, qui mettent régulièrement le linge à la bouche ; les personnes immunodéprimées ; les personnes en hospitalisation à domicile ; les personnes hospitalisées dont le linge est lavé à la maison, et leur entourage ; les personnes vivant à côté de sites industriels et de sites agricoles, où l’eau de pluie est susceptible de contenir davantage de contaminants chimiques. »

Soit, in fine, une proportion non négligeable de la population française. Une population qui ignore sans soute le risque auquel elle aurait, peut-être, pu être potentiellement exposée.

On conclura avec quelques données officielles (Anses) trop méconnues de celles et ceux qui ne redoutent pas de laver leurs linges au sein de leur famille :

« Un lave-linge n’est pas une enceinte stérile et contient des populations microbiennes constituées de micro-organismes apportés par l’eau d’alimentation, les biofilms et/ou le linge sale. Ces différents micro-organismes sont susceptibles d’être retrouvés sur le linge sortant de la machine à laver. Le devenir des micro-organismes sur le linge est étroitement lié aux conditions de lavage (température, produits lessiviels, cycle et qualité de l’eau de rinçage), aux autres étapes d’entretien du linge (séchage, repassage) et à leur synergie. »

 A demain

 

3 réflexions sur “Officiel : impossible de dire s’il y a un danger à laver son linge avec de l’eau tombée du ciel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s