Alcool au volant ? Il vous sera impossible d’avancer jusqu’au prochain tournant

 

Bonjour

Non, Emmanuel Macron n’a pas encore révélé son plan contre l’alcoolisme. Ni lui ni les autres candidats à l’élection présidentielle. Plus généralement les postulants à la magistrature suprême semblent ne pas connaître l’existence du concept de réduction des risques. Peut-être est-ce consubstantiel à la quête du pouvoir politique ; une quête qui -on l’observe aujourd’hui avec François Fillon – peut confiner au tragique.

Alcoolisme et réduction des risques ? De loin tout semble immobile. C’est une illusion. Des éléments du tableau se modifient, dans le sillage du baclofène notamment. Et puis cette information, parcellaire mais symptomatique : l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) vient de signer une convention avec la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routière . Elle permettra la mise en place dans trois départements (Drôme, Nord et Marne) d’un « protocole de préfiguration » du dispositif d’éthylotest anti-démarrage . Le tout dans un cadre médico-administratif, sur décision préfectorale accompagné d’un stage médico éducatif.

« Cette alternative à la suspension du permis de conduire pour inaptitude médicale constitue une mesure d’intervention précoce et de réduction des risques » fait valoir l’ANPAA..

« Ethylotest antidémarrage » ? L ‘EAD est un dispositif d’analyse de l’haleine qui empêche le démarrage du véhicule en cas d’alcoolémie supérieure au taux autorisé (0,50 g d’alcool par litre de sang, ou 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré).

Contrainte et pédagogie

Aujourd’hui, en cas de suspension ou d’annulation du permis de conduire pour cause de conduite « sous l’emprise de l’alcool », le contrevenant doit obtenir un avis favorable de la commission médicale de la préfecture pour récupérer son permis. Bientôt, dans ces trois départements, les médecins de cette commission auront la possibilité de donner un avis favorable à la restitution d’un permis de conduire temporaire sous condition d’EAD.

Rien n’est donné, ici : l’usager devra faire installer un dispositif électronique agréé à ses frais et par un installateur agréé. Il devra aussi effectuer un stage médico-éducatif qui, lui, sera intégralement pris en charge.

« Convaincue des effets positifs d’un accompagnement médico-éducatif en termes de modification durable des comportements et de réduction du risque récidive, a porté cette proposition de stage », souligne l’ANPAA. Le dispositif présente l’avantage, selon elle, d’allier une contrainte à un programme médico-éducatif de réduction du risque de récidive après retrait du dispositif. L’Observatoire des drogues et des toxicomanies est chargé de l’évaluation en vue d’une extension à l’ensemble du territoire à partir du 1er janvier 2019.

C’est là un pari sur la réduction des risques dans l’avenir. Comme l’élection du prochain président de la République.

A demain

 

Une réflexion sur “Alcool au volant ? Il vous sera impossible d’avancer jusqu’au prochain tournant

  1. A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    toujours rien pour contrôler efficacement les faits et gestes de notre communauté politique ? c’ est drôle, tout de même toutes ces armes massives contre les citoyens ordinaires et rien de rien pour eux …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s