France Culture interdit son antenne à un chroniqueur qui a pris position pour Macron

 

Bonjour

La tragédie continue, mais là où on ne l’attendait pas. Sous la férule de Philippe Meyer l’émission dominicale « L’Esprit public » constitue l’une des pépites de cette mine intellectuelle qu’est France Culture. C’est une « mise en perspective de l’actualité politique au cours d’un débat d’intellectuels engagés. Polémique, impertinence, mais aussi respect et sympathie ». Et l’un des chroniqueurs-phares de cette émission en était Jean-Louis Bourlanges, homme politique, essayiste, débatteur comme il en existe peu, puits d’humour et de culture comme on n’en rencontre pratiquement plus sur les ondes et les écrans.

Nous écrivons au passé, non parce que Jean-Louis Bourlanges est mort, mais bien parce que nous ne l’entendrons plus professer à l’heure de cette messe laïque. Tout a été expliqué lors de l’émission du 4 mars, que l’on peut entendre ici : « Les suites de l’affaire Fillon // le programme d’Emmanuel Macron ». C’est un moment que l’on tiendra pour important de notre histoire politique, radiophonique, culturelle. Mais laissons la place aux acteurs.

Les idées d’un côté, l’engagement de l’autre

Philippe Meyer a d’abord lu à l’antenne ce message de la journaliste directrice de France Culture Sandrine Treiner :

« (…) Nous nous heurtons donc à deux problèmes bien évidents. Le premier est celui des temps de parole. Chaque émission équilibre durant l’année ses temps de parole, raison pour laquelle nous limitons les politiques ou leurs soutiens déclarés aux émissions susceptibles de maintenir les équilibres entre toutes les familles politiques, de l’extrême-gauche à l’extrême droite. L’enjeu est d’autant plus brûlant en période de campagne, cela va sans dire.

« En l’occurrence, l’engagement public de Jean-Louis Bourlanges auprès d’Emmanuel Macron pose un problème insoluble. Mais le tout ne s’arrête pas là. Les médias de service public sont interpellés de manière de plus en plus fréquente sur leurs supposées positions partisanes. La question de la crédibilité de nos antennes n’est pas négociable. Comment une personnalité déclarée aux côtés d’un candidat pourrait-elle raisonnablement continuer à commenter la campagne électorale et donc son propre candidat et ses adversaires ? C’est évidemment impensable.

« Les idées sont une chose, l’engagement public auprès d’une personne en particulier en est une autre. En tant que directrice de la chaine, je suis garante de ces principes déontologiques. Cette question a été débattue entre tous les directeurs de Radio France et les mêmes usages seront appliqués partout. J’en profite d’ailleurs pour te transmettre dans un instant des réactions reçues et transmises par le médiateur si tu voulais lui répondre. Je discuterai donc avec Jean-Louis Bourlanges, et tout autre collaborateur régulier de la chaine qui viendrait à se déclarer officiellement. Il va de soi que dès l’élection passée, il retrouvera toute sa place sur notre antenne. »

Puis Philippe Meyer a ensuite lu une lettre de Jean-Louis Bourlanges (nous n’utilisons pas l’italique et ajoutons les intertitres) :

« Lettre à Philippe Meyer et aux auditeurs de l’Esprit public :

« Je m’adresse à vous, cher Philippe, chers camarades, et chers auditeurs de l’Esprit public, pour vous dire au revoir. La direction de France Culture a décidé de m’interdire toute participation à l’Esprit public pendant la durée de la campagne pour l’élection présidentielle, sous prétexte que j’ai affiché publiquement ma préférence pour l’un des candidats en compétition, en l’occurrence pour Emmanuel Macron.

« Cette décision est doublement incohérente. Elle l’est d’abord parce que je ne participe pas à cette émission en qualité de journaliste tenu à un devoir de neutralité et d’impartialité, ce que je ne suis pas et que je n’ai jamais été, mais comme ce que Raymond Aron appelait  » un spectateur engagé “, invité en raison et non en dépit de ses prises de position dans le débat public. Parlementaire européen du centre pendant près de vingt ans, longtemps vice-président de l’UDF, je n’ai jamais fait mystère de mon engagement  » libéral, social et européen  » et j’ai toujours eu à cœur au cours des quinze dernières années d’afficher mes couleurs à chaque élection présidentielle ou législative.

Spectateur engagé

« L’incohérence de la décision se lit aussi dans le calendrier choisi. Pourquoi limiter la mise en œuvre de la sanction à la seule campagne présidentielle et me promettre un retour à l’antenne sitôt ce grand rendez-vous passé, alors que la question se posera en des termes strictement identiques pour la campagne des élections législatives et devrait en bonne logique appeler la prolongation du « régime spécial » qui m’est réservé ? N’était-il pas déjà contraire à la logique dont on argumente que la direction de France Culture ne se soit pas ému de me voir il y a quelques semaines prendre position en faveur d’Alain Juppé dans le cadre de la primaire de la droite et du centre. Sans doute avait-elle alors conscience de cette évidence aujourd’hui oubliée : c’est la raison d’être de l »Esprit Public que d’organiser un dialogue, voire une confrontation, civilisés entre des personnalités engagées à des titres divers dans la vie de la Cité.

Ces incohérences comme les explications embarrassées de la directrice de l’antenne révèlent que la raison véritable de mon ostracisme est d’un autre ordre : il ne s’agit pas de veiller, très légitimement, à l’équilibre des temps de parole entre les partisans des différents candidats mais, l’allusion au courrier reçu par le médiateur est éclairante à cet égard, de me sanctionner pour les propos très durs que j’ai tenus sur l’un des candidats en le qualifiant de  » sournois, arrogant et corrompu ».

Droit à l’intimidation

Bien que je ne sois pas seul à formuler une appréciation aussi sévère sur M. Fillon, je comprends que mes propos aient pu choquer certains auditeurs et je ne peux que le regretter. Je constate toutefois qu’ils n’ont pas donné lieu à une plainte pour diffamation, plainte que j’aurais d’ailleurs, en l’état présent du dossier Fillon, accueillie avec sérénité. On sait – et qui les en blâmerait ? – que les partis politiques excellent à susciter des réactions collectives organisées aux propos qui les dérangent. Céder à ces pressions, de la part d’un média comme France Culture revient à reconnaitre à certains groupes un droit à l’intimidation et à justifier du même coup l’institution d’un véritable délit d’opinion opposable à ceux qui interviennent sur son antenne.

« Vous comprendrez que tout en moi m’interdit de cautionner de telles pratiques. Je veux bien être un intermittent du spectacle mais pas un intermittent de la censure. J’ai donc décidé de mettre un terme définitif à ma participation à Esprit public. Après plus de quinze ans de présence hebdomadaire au cœur de la Maison ronde, cette décision me coûte mais elle est inévitable. Je remercie tous ceux, réalisateurs, techniciens, assistants qui m’ont permis de m’adresser librement à vous chaque semaine.

« Ma gratitude va, bien entendu, d’abord à Philippe Meyer qui m’a donné cette magnifique tribune et qui, de plus, m’a supporté pendant de longues années avec un stoïcisme qui mérite hommage. Je l’adjure de continuer aussi longtemps qu’on lui en laissera le pouvoir à porter cette émission nécessaire. Pour ma part, je me contenterai en vous quittant de pousser deux vivats qui devraient n’en faire qu’un : vive France Culture, vive la liberté de l’esprit ! »

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s