« Chacun doit savoir qu’il peut s’exprimer facilement, en toute liberté » (Marisol Touraine)

 

Bonjour

« Prendre soin de ceux qui nous soignent ». C’est une belle formule. Elle vient d’être utilisée par Marisol Touraine. En fin de mandat, membre d’un gouvernement en souffrance, la ministre de la Santé multiplie les initiatives.  Aujourd’hui il s’agissait de compléter sa réponse « aux attentes exprimées par les professionnels et aux enjeux du système de santé ». En décembre dernier elle avait présenté une « stratégie nationale forte et volontariste », pour faire « de la qualité de vie au travail une priorité politique ». Cette fois c’est le volet ambulatoire de cette stratégie nationale qu’elle a dévoilé.

La vérité est qu’il s’agit là d’une mécanique bien compliquée, une sorte d’engrenage articulé autour de trois axes. Essayons de comprendre la machinerie. D’abord « améliorer les conditions d’exercice » (l’Observatoire national de la qualité de vie au travail et des risques psychosociaux des professionnels de santé, prévu par le premier volet de la stratégie, concernera également les professionnels ambulatoires).

Ensuite « assurer la sécurité des soignants exerçant en ambulatoire » (les accords « santé-sécurité-justice » seront développés et renforcés et   une campagne de communication sera lancée pour sensibiliser le grand public aux exigences de la relation soignant / soigné ). Enfin « prévenir et prendre en charge la souffrance au travail » (là encore, campagne de communication pour informer les professionnels sur l’épuisement au travail).

George Orwell 

Mais encore ? Un dispositif d’écoute sera mis en place pour permettre aux professionnels confrontés à la souffrance au travail d’en parler à des personnels formés et d’être orientés, si nécessaire, vers des soins adaptés. Ecoutons Marisol Touraine :

« Pour mieux prévenir les risques psychosociaux, il faut faire tomber les tabous et libérer la parole. Désormais chacun doit savoir qu’il peut s’exprimer facilement, en toute liberté. Parfois, le besoin de parler de ses propres difficultés, en confidentialité, est urgent. C’est pourquoi j’ai chargé la mission nationale pour l’amélioration de la qualité de vie au travail de recenser les initiatives en termes de dispositifs d’écoute, et notamment les numéros d’appel téléphoniques.

 « A partir de ce recensement, un cahier des charges sera élaboré pour garantir la mise en place de dispositifs d’écoute accessibles 24h/24h et 7 jours/7, de façon gratuite et avec la garantie d’une confidentialité absolue, lorsqu’elle est souhaitée. »

 « Le document de synthèse est davantage un catalogue de l’existant qu’un nouveau plan de bataille au bénéfice des médecins et soignants libéraux, observe un Quotidien du Médecin peu amène. Pas de grand soir au programme. Cinq semaines avant le premier tour de la présidentielle, Marisol Touraine ne précise ni le calendrier d’action ni le financement pour appliquer les différentes mesures du plan – contrairement au volet hospitalier. »

Combien d’argent faut-il pour faire tomber les tabous ? Combien de trésors pour libérer la parole ? Et combien verser pour s’exprimer facilement ? Pourquoi, surtout, vouloir trop vite réparer ce qu’on a laissé se dégrader dans le passé ? Et puis cette formule, terrible : « Désormais chacun doit savoir qu’il peut s’exprimer facilement, en toute liberté ». Pourquoi, soudain, cette phrase rassurante effraie-t-elle ? Pourquoi songe-t-on, en 2017, à la prophétie politique de George Orwell ?

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s