Contre la pauvreté notre gouvernement aimerait une société «plus juste et plus solidaire»

Bonjour

Quatre ministres sous les ors de la Vème République. Quatre femmes en fin de mandat 1 et de nombreuses associations caritative réunies au sein du Collectif « ALERTE ». C’était, rue de Varenne, un entretien au sujet de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Cette réunion a lieu chaque année depuis le lancement du plan pluriannuel 2013-2017 de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Elle permet, nous dit-on,  de faire le point sur la réalisation du plan mais aussi d’échanger sur les adaptations considérées comme nécessaires.

Vérité officielle

Quatre ministres d’un gouvernement en souffrance et un communiqué officiel expliquant ce qu’il en est de la vérité officielle des cinq dernières années :

« Les engagements pris par le gouvernement dans le cadre du « plan pauvreté » ont été tenus. Il a conduit à un grand nombre de mesures, tout particulièrement en matière de revalorisation des minima sociaux, d’accès aux droits pour les plus démunis, d’insertion professionnelle, de santé et de logement. La réunion a été l’occasion de rappeler que le revenu de solidarité active (RSA) a été constamment revalorisé depuis 2012. L’engagement du gouvernement de revaloriser le RSA de 10 % dans le cadre du plan 2013-2017 a été réaffirmé, ce qui portera son montant à 545 euros par mois pour une personne seule en 2017. Les décrets en ce sens seront pris très prochainement. »

« L’allocation de soutien familial, le complément familial et l’allocation de solidarité aux personnes âgées ont également été revalorisés. Les seuils de revenus pris en compte pour la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-c) et l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé ont été revus : 1 million de personnes supplémentaires bénéficient ainsi d’une couverture complémentaire santé solidaire. »

Zones urbaines à la dérive

On nous explique aussi qu’au cours de l’entretien, le Collectif « ALERTE » a salué les mesures prises dans le cadre dde ce plan.  Le gouvernement, enfin, a exprimé aux représentants du collectif « son souhait que les actions menées en faveur des plus démunis de nos concitoyens soient poursuivies et amplifiées (…) pour une société plus juste et plus solidaire ».

A dire vrai le Collectif, lui, est plus précisément pour « une société bienveillante, fraternelle et solidaire ». La bienveillance et la fraternité avant la justice en somme. Il s’intéresse moins au cinq années passées qu’à celles à venir. Ainsi réclame-t-il  « un plan interministériel de lutte contre la pauvreté traduit dans une loi de programmation financière sur cinq ans ». Ecoutons-le un instant parler de sa propre voix :

« La pauvreté ne diminue pas dans notre pays. 14 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Le nombre de sans-abri s’accroît. 5 millions de Français souffrent de l’isolement. De nombreuses zones urbaines sont à la dérive. La politique du logement est défaillante. Si le plan de lutte contre l’exclusion mis en place en 2013 a sans doute permis une stabilisation du taux de pauvreté, une amélioration des minima sociaux, ou des avancées significatives dans le domaine de la santé, il n’a pas profondément modifié la situation des personnes en précarité, particulièrement des jeunes et des familles monoparentales. »

A demain

1 Communiqué officiel : « Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, Myriam El Khomri, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Emmanuelle Cosse, ministre du logement et de l’habitat durable, et Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, ont reçu à l’Hôtel Matignon une délégation du Collectif « ALERTE », composée de la FAS (Fédération des acteurs de la solidarité), de la Fondation Abbé Pierre, de Médecins du Monde, du Secours catholique, de l’Union nationale des associations familiales (UNAF) et de l’UNIOPSS, pour s’entretenir avec eux sur la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. »

 

Une réflexion sur “Contre la pauvreté notre gouvernement aimerait une société «plus juste et plus solidaire»

  1. Quel cynisme alors que tant de mesures ont été prises pour davantage enrichir les nantis , casser les services publics au prix de vies humaines broyées …Que l’Imposteur en place s’est couché sous la finance et sous l’Union Européenne …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s