Post-vérité : cinq ans après, savez-vous pour qui les médecins français s’apprêtent à voter ?

 

Bonjour

La campagne électorale ? Mélenchon remonte… Fillon s’enferme… Indécisions sans précédent… tentations pour les extrêmes… Instituts de sondage qui, inoxydables, transforment en statistiques l’impalpable…

Peut-on encore, dans ces brouillards, se fonder sur les catégories socio-professionnelles traditionnelles ? Et si oui peut-on tenter d’évaluer ce que sera le vote du corps médical – du moins du corps médical dans sa fraction libérale ? Si oui, voici un résultat :

François Fillon (avec 1 point d’avance) et Emmanuel Macron sont « les candidats » des médecins libéraux à un mois de la présidentielle. À eux deux, les champions de LR et d’En marche ! totalisent 71 % des intentions de vote de la profession au premier tour. Ce sont les résultats d’un sondage effectué pour Le Quotidien du Médecin 1.

Ceci situe les deux hommes bien plus haut que ce que leur promettent aujourd’hui l’ensemble des Français (44 % des voix pour leurs deux têtes), et les porte également à un niveau qui, dans les enquêtes politiques menées par l’Ifop et Le Quotidien,  n’avait pas été atteint depuis dix ans par les forces conjuguées des centristes, UMP (puis LR) et divers droite : en 2012, seuls 56,5 % des médecins annonçaient voter dans ces « familles » ; en 2007, la dynamique Sarkozy leur assurait 77 % d’intentions de vote.

Cinq ans avec Marisol Touraine

Ainsi donc, au sein de ce duo gagnant, François Fillon est encore à 36 % d’intentions de vote. Quant à Emmanuel Macron il lévite et marche sur l’eau, dix coudées plus haut chez les médecins chez tous les électeurs confondus : il semble rassembler derrière lui les deux tiers des médecins déçus du hollandisme et une petite frange (15 %) de sarkozystes qui le choisissent plutôt que François Fillon. Pourquoi ? Comment ? Vers où ? Les algorithmes ne le disent pas.

« Le peu d’amour des médecins pour Marine Le Pen ne se dément pas, observe Le Quotidien. Quand la fibre FN des Français se gonfle (25 % d’intentions de vote au premier tour), les praticiens ne suivent pas le mouvement. Ils restent aux lisières du vote d’extrême-droite : les 5 % affichés aujourd’hui rappellent les 4 % de 2002, 2 % de 2007, 6 % de 2012. Les médecins qui, à droite, ne sont pas/plus tentés par Fillon se tournent plus volontiers que le reste de la population vers les candidats « souverainistes » (5 % contre 0,5 %). »

En revanche, l’effondrement du château-fort socialiste  – et plus largement l’émiettement de la « gauche de gouvernement » – trouve les mêmes résonances chez les médecins que chez l’ensemble des Français : 8 % de praticiens prêts à voter Benoît Hamon contre 30 % qui ralliaient François Hollande et Eva Joly en 2012. On peut voir là, aussi, un effet des rapports plus que compliqués, souvent passionnels, jamais apaisés, entretenus entre le corps médical et Marisol Touraine au cours des cinq dernières années. Cinq années longues et riches ; une étrange histoire qui restera bientôt à écrire.

A demain

1 Étude réalisée par l’Ifop pour Le Quotidien  : l’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 370 médecins inscrits sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 400 médecins libéraux, représentatif de la population des médecins libéraux exerçant en France métropolitaine (méthode des quotas après stratification par région et catégorie d’agglomération).

 

 

2 réflexions sur “Post-vérité : cinq ans après, savez-vous pour qui les médecins français s’apprêtent à voter ?

  1. Dimanche 2 avril à 13h, 50 réactions de lecteurs sont publiés à la suite de ce sondage sur le site du quotidien du médecin.
    Commentaires parfois vifs, mais qui ne peuvent venir de trolls : il faut être abonné pour avoir le droit de commenter.
    La réaction la plus fréquente, une quasi-unanimité, c’est le regret de devoir constater chez Emmanuel Macron une continuité avec la politique Touraine constamment combattue par les médecins libéraux. Réaction d’ailleurs partagée par les quelques médecins hospitaliers qui ont commenté.
    Symboliquement, le rapporteur de la loi Touraine, Olivier Véran, est devenu le porte-parole santé du candidat Macron.
    Où sont donc passé les soutiens d’Emmanuel Macron ?
    Pourquoi aucun d’entre-eux ne s’est-il exprimé dans le courrier des lecteurs ?
    N’est-il pas étonnant que le pool des médecins réagissant sur le site du quotidien médical soit à ce point différent des médecins « représentatifs » sondés par l’IFOP ?
    En médecine, en cas de doute, on demande un deuxième avis…

    Dr Xavier GOUYOU BEAUCHAMPS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s