Pourquoi ne pas considérer le tabac comme un scandale sanitaire d’ampleur planétaire ?

Bonjour

Près d’un milliard de personnes fument quotidiennement (du tabac) à la surface de la Terre. La moitié d’entre elles mourront prématurément des conséquences de cette addiction officiellement inscrite au sein de l’économie de marché. Les mesures politiques sont parfaitement connues qui permettent de lutter contre cette consommation mortifère: hausse massive des prix, aides véritables au sevrage, éducation et – depuis peu – cigarette électronique. Pour autant seuls quelques très rares pays les mettent en œuvre, avec succès, au sein de politiques de réduction des risques.

Il y a là tous les éléments constitutifs d’un scandale sanitaire d’ampleur planétaire. Toutes les données chiffrées de cette affaire viennent d’être actualisées dans The Lancet et reprises par la BBC. Dans le monde le nombre des fumeurs est passé de 870 millions en 1990 à plus de 930 millions en 2015. Et celui des décès prématurés attribués au tabac a augmenté de 4,7 % au cours de la même période.  Cette mortalité pourrait encore augmenter : Big Tobacco cible de manière agressive de nouveaux marchés – notamment dans les pays en développement.

Servitude volontaire

Un contre-exemple ? Le Brésil qui, en un quart de siècle, est passé de 29 % à 12% de fumeurs quotidiens. A l’inverse l’Indonésie, le Bangladesh et les Philippines se situent respectivement à 47 %, 38 % et 35 % d’hommes fumeurs et n’ont pas enregistré de progrès entre 1990 à 2015. La France arrive juste après eux.

A court et moyen terme la progression de la mortalité liée au tabac dans les pays à faibles revenus sera probablement considérable. C’est ce qu’écrit dans un commentaire du Lancet, John Britton, (UK Centre for Tobacco and Alcohol Studies, University of Nottingham). Ce dernier cible la responsabilité des géants du tabac – des géants jamais inquiétés.

On peut voir dans tout cela une forme de fatalité, l’acceptation de l’addiction et de la loi triomphante du marché. Comment faire avec le refus majoritaire de voir ici un scandale sanitaire d’ampleur planétaire ? Comment faire, dans les espaces démocratiques, avec la servitude volontaire ?

A demain

Une réflexion sur “Pourquoi ne pas considérer le tabac comme un scandale sanitaire d’ampleur planétaire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s