Grossesse : deux ou trois cigarettes par jour, c’est 228 grammes de moins pour le nouveau-né

 

Bonjour

En France 20 % des femmes enceintes consomment du tabac. C’est ainsi que chaque année plus de 158 000 enfants sont exposés in utero à un tabagisme maternel – un puissant facteur, notamment, de prématurité et de retard de croissance. On peut aller plus loin dans l’analyse du phénomène, tenter de mesurer l’impact en fonction de la dose. C’est ce qu’a fait l’équipe du Dr Ivan Berlin (AP-HP, la Pitié-Salpêtrière, Université Pierre-et-Marie-Curie, INSERM) qui publie ses résultats dans Nicotine & Tobacco Research : « Cigarette Smoking During Pregnancy: Do Complete Abstinence and Low Level Cigarette Smoking Have Similar Impact on Birth Weight ? »

Cette équipe a mené son travail (dans le cadre d’une étude plus générale sur le sevrage tabagique) auprès de 371 femmes enceintes et fumeuses, âgées en moyenne de 29,5 ans. Le poids du nouveau-né à la naissance était en moyenne de 3 417 grammes (si la mère avait totalement arrêté de fumer à partir de la fin du premier trimestre) de 3 081 g si elle avait fumé moins de cinq cigarettes par jour, de 3 043 g si la mère avait fumé entre 5 à 9 cigarettes et de 2 831 g dès qu’elle fumait plus d’un demi-paquet.

Abstinence et fatalité

On peut, en tenant compte d’autres facteurs, le dire autrement : la perte moyenne de poids de naissance était de 228 g si la mère avait fumé moins de cinq cigarettes/jour par rapport au poids de naissance des bébés dont la mère s’était montrée totalement abstinente. Cette perte va jusqu’à 262 grammes, au-delà des dix cigarettes.

Ces chiffres vont radicalement à l’encontre d’une opinion largement répandue selon laquelle une faible consommation serait sans véritable risque. « Le poids de naissance est surtout influencé par les petites consommations de tabac. Les plus fortes consommations n’aggravent pas beaucoup le risque », explique le Dr Berlin dans une petite vidéo pédagogique.

Pour le Dr Berlin la conclusion s’impose : « une petite consommation n’est donc pas la solution : il faut à tout prix arriver à ‘’zéro consommation’’ pendant tout le long de la grossesse. » En France 20 % des femmes enceintes consomment du tabac. Pourquoi le politique se plaît-il à ne voir là qu’une forme de fatalité ?

A demain

 

Une réflexion sur “Grossesse : deux ou trois cigarettes par jour, c’est 228 grammes de moins pour le nouveau-né

  1. Vous qui lisez et connaissez si bien les forfaitures…
    Pas que l’avertissement soit faux, bien au contraire, mais au nom du bon peut on tolérer le pire en science ? Même pas un mot sur autre chose que le poids à la naissance (effet sur la mère ? répartition des « 15 women who lost their baby either before or at birth » ?) et surtout :
    « This was a secondary analysis of the Study of Nicotine Patch in Pregnancy (SNIPP). […]. The study’s aim was to assess the efficacy of 16  h/24  h nicotine patches, with doses individually
    adjusted and potentially ranging from 10 to 30 mg/d.
    […]
    Results showed that the nicotine patch did not increase either smoking cessation rate or birth weight despite adjustment of nicotine’s dose for baseline saliva cotinine levels to attain a 100% substitution rate.
    […]
    Nicotine patch versus placebo patch use did not influence birth weight. »

    « dose-dependant » (dose de quoi ?).
    M.Berlin a (re)démontré ce fait établi que la nicotine agit sur le poids du bébé (et des fumeurs) dans les conditions expérimentales les plus confuses imaginables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s