Sadisme et post-vérité : avec de l’effort et de la volonté le fumeur parviendra à s’arrêter

 

Bonjour

Inventaire du quinquennat. Le « paquet neutre » restera dans la lutte contre le tabagisme ce que le « mariage pour tous » fut dans le champ sociétal. L’institut OpinionWay vient de publier une « étude d’opinion » sur la manière dont il est « perçu par la population et les buralistes » – tout particulièrement dans vingt-trois départements frontaliers. Les résultats en sont donnés par Sud-Ouest.

Passons sur les résultats attendus (notoriété, inefficacité, scepticisme etc.) mais intéressons-nous au commentaire de Frédéric Micheau, directeur des Études d’opinion d’OpinionWay :

« Les personnes interrogées ne remettent pas en cause l’objectif de santé publique mais (…)  les sondés considèrent que ce n’est pas aux pouvoirs publics de lutter contre le tabagisme. C’est d’abord aux individus de faire des efforts pour arrêter de fumer ou ne pas commencer. La responsabilité première est individuelle, même si les pouvoirs publics doivent bien sûr être présents. »

Plaisir et charité

Ainsi tout est dit. Le tabagisme ne serait pas une affaire politique mais un défi lancé à chaque citoyen. Face à la jungle du tabac, trouver en soi la force de ne pas y entrer. Ou, plus tard, trouver (toujours en soi) la force de briser ses chaînes addictives. Il y aurait là, au choix, une forme de servitude volontaire, le prix du péché, la nécessaire pénitence individuelle. Corollaire : cette négation du collectif a pour effet de réduire à néant la dimension proprement politique du tabac. On oublie le monopole de l’Etat et la taxation fiscale massive de ce produit addictif.

Dans ce contexte l’aide au fumeur devient une forme de charité faite aux plus faibles – et non la nécessaire et pleine solidarité citoyenne que l’on trouve pour la plupart des pathologies lourdes. C’est bien ainsi qu’il faut comprendre le refus de prendre intégralement en charge les aides médicamenteuses au sevrage tabagique. Tout se passe comme si, ayant pris du plaisir à fumer, le consommateur de tabac devenu esclave devait payer de sa personne pour ne plus souffrir.

Aliénation

Un ouvrage tombe ici à point nommé 1, signé de Laurent Karila (Centre d’enseignement, de recherche et de traitement des addictions de l’hôpital universitaire Paul-Brousse) et préfacé par William Lowenstein, président de SOS Addictions. Le Dr Lowenstein y rappelle que la dépendance est une authentique maladie du fonctionnement cérébral. Il redit aussi que lorsque la vie de la personne dépendante devient chaotique, la plupart conseillent (ou ordonnent) « de faire appel à la volonté de la personne aliénée pour s’en sortir ». Il est tentant, dit-il alors, de faire le parallèle avec l’attitude qui, jadis, consistait à demander aux dépressifs de bien vouloir « se secouer » pour « retrouver le moral ».

« Le résultat, nous le connaissons, dit-il. Non seulement les malades ne guérissaient pas, mais ils s’enfermaient dans un sentiment de honte et de culpabilité. Aujourd’hui, pour soigner un dépendant il faudrait étudier sa motivation à se soigner avant de le soigner… Mais comment exiger d’une personne atteinte d’une maladie qui se définit par une perte d’efficacité de la volonté de faire justement appel à sa motivation et à sa volonté pour sortir de la dépendance ? Sadisme ou ignorance ? » Voilà qui, tout bien pesé, est parfaitement résumé.

A demain

1 Karila L. « 25 idées reçues. Addictions, comprendre, soigner, prévenir » 2ème édition revue et augmentée. Editions Le Cavalier Bleu. Paris, 2017

3 réflexions sur “Sadisme et post-vérité : avec de l’effort et de la volonté le fumeur parviendra à s’arrêter

  1. A partir du moment où l’ETAT (pouvoir public) est un grand profiteur du tabagisme et qu’il est responsable de la santé de ses sujets il est de son devoir d’informer des dangers du tabagisme et de les prévenir.Au contraire de ce qu’il fait :maintenir en FRANCE le tabagisme sur 33% de la population alors qu’ailleurs ceux qui font réellement de la prévention du tabagisme sont à 20% et même 15%.Le fumeur à besoin qu’on l’aide et le non fumeur n’a pas besoin qu’on le précipite vers le tabagisme surtout quand il est jeune et non conscient des dangers!

  2. En gros, c’est comme avec la bouffe : on nous dit « achète mon produit, mais ne le consomme pas, c’est très mauvais pour toi ! » …

  3. Quand Marisol Touraine dépense mon argent pour sélectionner la couleur la plus laide, quand Marisol Touraine se refuse à écrire sur les paquets moches « préférez le vapotage au tabagisme », quand Marisol Touraine valide les clopes sur la base de leur nom mais pas sur la base de leurs additifs qui ne sont d’ailleurs même plus communiqués s’arrête votre comparaison. Le mariage pour tous a donné des droits légitimes à des citoyens (et des boutons à des églises intégristes et fascistes). Le paquet neutre n’a rien fait pour les (futurs/ex/actuels) fumeurs que la démarche insulte (et n’a répondu qu’à une demande d’églises intégristes et fascistes).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s