Psychologie et post-vérité : Emmanuel Macron restera-t-il le « maître des horloges » ?

Bonjour

Futur président de la République ou pas, nous chérissons tous quelques formules. A échéance régulière Emmanuel Macron parle ainsi, depuis des mois, du « maître des horloges ». C’est pour dire qu’il l’est, le sera, le restera. Maître des horloges pour ne pas dire maître définitif d’un temps qui ne fait que passer ? La formule ne manque pas d’intriguer chez un homme de pouvoir, par ailleurs désireux d’embrasser et la carte et le territoire.

Or voici que tout, depuis quelques jours, nous laisse penser que, précisément, Emmanuel Macron ne maîtrise plus pleinement les aiguilles. Un effet amplifié par les médias qui brûlent chaque heure un peu plus vite ce qu’ils trouvaient utile d’adorer. Jusqu’à cette « folle séquence Whirlpool » d’Amiens où l’homme politique piégé est venu, bien tard, à la rencontre des ouvriers et de son passé.

Le « maître des horloges » ? Ce fut un livre pour enfants paru en 2003 aux Editions Milan, signé de Anne Jonas et illustré par Arnaud Hug.

« Las de toutes ses richesses et de son pouvoir sans limites, un roi prend soudain conscience de la vanité des choses et de la course du temps lorsqu’il aperçoit une ride en se regardant dans un miroir. Dès lors, il n’a plus qu’une idée en tête: trouver le secret de l’immortalité. Il croit arriver à ses fins lorsqu’il rencontre le Maître des horloges, celui qui détient la clé du mystère du temps, mais en voulant provoquer le destin, c’est sa propre mort qu’il va trouver. Ce conte classique fait écho à « La Mort marraine » des frères Grimm et nous livre une petite leçon de sagesse. »

Calendrier grégorien

En 2001 Libération avait découvert non pas un mais bien deux « maîtres des horloges ». UTC (Coordinated Universal Time, temps universel coordonné). Le quotidien de Sartre et de July rappelait alors que le temps universel est basé sur la rotation de la Terre autour de son axe et sur le calendrier grégorien, fondé sur le temps que met la Terre pour tourner autour du Soleil. Quant à UTC, c’est, depuis 1978, la version « moderne » de l’heure GMT (Greenwich Mean Time), tirant profit des horloges atomiques. Elle est essentielle dans la synchronisation des systèmes de navigation radio ou satellite, ou des réseaux informatiques. Tous les dix-huit mois environ, l’UTC doit être corrigé d’une seconde par rapport au temps atomique.

Mais il faut aussi compter avec NTP (Network Time Protocol). Ce protocole informatique est utilisé pour synchroniser un PC connecté au Web avec celui d’un serveur relié à une source de référence (un satellite par exemple). Sa précision par rapport à l’UTC est de l’ordre de la milliseconde. Le NTP prend en compte les délais de transmission et corrige les dérives des horloges locales.

Le « maître des horloges » ? C’était, en 1991, un ouvrage de Philippe Delmas publié aux éditions Odile Jacob. Il y était question de la modernité de l’action publique. Emmanuel Macron avait, alors, quatorze ans.

A demain

 

Une réflexion sur “Psychologie et post-vérité : Emmanuel Macron restera-t-il le « maître des horloges » ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s