Voici une bonne nouvelle politique concernant 300.000 personnes diabétiques

 

Bonjour

Dans ce froid quinquennat finissant, personne n’y croyait plus. Et puis, il y a quelques minutes, cette annonce faite à la presse par le ministère de la Santé : « le nouveau système d’auto-surveillance de la glycémie sans contact, FreeStyle Libre® (laboratoire Abbott), pris en charge à 100% par l’Assurance maladie ». C’est là, en pratique, une avancée médicale marquée du sceau de la solidarité.

Le dispositif FreeStyle Libre®est un lecteur de glycémie de « nouvelle génération ». Il permet d’effectuer une mesure flash du taux de glucose sans lancette, sans piqûre. De ce fait il remplace la mesure de la glycémie capillaire par prélèvement sanguin. « Des études ont montré une amélioration de l’équilibre glycémique et un impact positif sur le suivi des patients et leur capacité à mieux s’insérer dans la vie sociale » dit-on au ministère.

Dessous des cartes

Jusqu’à présent le « pack de démarrage » (un lecteur et deux capteurs pour le premier mois) était facturé 169,90 euros par Abbott. Pour continuer à l’utiliser il était bien évidemment nécessaire d’acheter des capteurs supplémentaires. Soit 120 euros par mois… Pour autant 30 000 personnes avaient déjà acquis ce dispositif sans prise pris en charge par l’Assurance maladie. Désormais 300 000 patients insulinotraités sous multi-injections ou pompe, devraient à terme bénéficier de ce dispositif innovant.

Pourquoi maintenant alors que l’injustice criante de la situation était déjà, ici ou là, dénoncée de longue date par quelques voix solitaires 1 ? Marisol Touraine fait savoir que c’est elle qui est à l’origine de cette avancée. Elle a demandé au Comité économique des produits de santé (CEPS) « de mener une négociation avec le laboratoire Abbott sur le prix du nouveau système d’auto-surveillance de la glycémie sans contact FreeStyle Libre® ». Et la négociation « a abouti à un accord permettant de prendre en charge ce dispositif médical à 100% par l’Assurance maladie » 2.

On aimerait, bien évidemment, connaître le dessous des cartes politiques et financières. Qui était à la table des négociations ? A quel prix Abbott a-t-il accepté de signer ? Avec quelles contreparties ? Et pourquoi tout cela doit-il secret ?

Reste l’essentiel : en pratique une avancée médicale marquée du sceau de la solidarité.

A demain

1 « Diabétiques, pour mieux vivre votre diabète, faites donc comme Bertrand Burgalat : adoptez Free-Style® de chez Abbott » Journalisme et santé publique 26 octobre 2015

2 A noter que la prescription de FreeStyle Libre® est limitée aux médecins diabétologues et aux pédiatres expérimentés en diabétologie.

2 réflexions sur “Voici une bonne nouvelle politique concernant 300.000 personnes diabétiques

  1. Cher Jean-Yves Nau,

    Merci pour cet article éclairé.

    Cela fait deux ans et demi que ce système est commercialisé, et que les autorités de santé et le laboratoire se hâtaient lentement. Ce sont les diabétiques, et non Abbott (qui vend le système par correspondance sans ordonnance et n’avait pas, jusqu’à l’an dernier, une capacité de production suffisante pour faire face à la demande) qui se sont mobilisés pour que les choses avancent. Quant à Marisol Touraine, interrogée à ce sujet l’an dernier au Sénat, elle expliquait qu’il s’agissait d’un test pour mesurer son taux d’insuline dans le sang (http://videos.senat.fr/video.172638_57d52f4229656)…

    La première chose qui aurait dû être faite depuis longtemps (et devrait l’être a fortiori maintenant) c’est de diviser par 10 le prix des vieilles bandelettes, qui coûtent quasiment aussi cher que le nouveau procédé pour les diabétiques de type 1 (nous avons besoin de nous piquer 8 à 10 fois par jour au bout des doigts pour comprendre à peu près où nous en sommes). Il faut 40 euros pour une boite de bandelettes, et il en faut bien deux par mois, sans compter les aiguilles pour l’autopiqueur…: ces dispositifs qui datent d’il y a 40 ans, sont vendus et remboursés à des prix scandaleux.

    Parallèlement le gouvernement aurait dû négocier avec le laboratoire afin de le contraindre à abaisser son tarif, en contrepartie de sa généralisation (il n’y aura pas beaucoup de nostalgiques des piqûres au bout des doigts). Comme vous le soulignez, nous ne savons pas ce qui a été négocié, à quel tarif Abbott va facturer son invention, idem pour la date à laquelle cette décision entrera en vigueur. Comme vous le rappelez, il y aurait en France 30.000 diabétiques (sur 300.000 diabétiques de type 1) qui paient de leur poche 120 euros par mois pour ce système (et dont, soit dit en passant, les capteur de réserve qu’ils ont commandés ne seront pas remboursés). Tous ne sont pas riches, il y a beaucoup de parents d’enfants diabétiques qui se saignent pour ce système (ils n’ont plus à réveiller leur enfant la nuit pour vérifier sa glycémie).

    Il me semble positif que les autorités n’aient pas remboursé, dans la foulée, d’autres systèmes de contrôle dix fois plus onéreux et plus lourds, qui avaient essayé de s’engouffrer dans la brêche (le CGM de Medtronic notamment). Cette question du prix des dispositifs est très importante, il y a actuellement une offensive spectaculaire en France en faveur de certaines pompes à insuline, présentées de façon mensongère comme un « pancréas artificiel » : réunions Tupperware de patients organisés par les fabricant (Ypsomed, en particulier). On en prescrit de plus à des personnes qui n’en ont pas nécessairement besoin, alors que leur prix est très élevé, et qu’elles sont vendues jusqu’à deux fois plus cher en France qu’ailleurs…

    Très cordialement,

    Bertrand Burgalat
    (www.facebook.com/diabetiquementvotre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s