Tabac et post-vérité : Marisol Touraine réhabilite Champix®, médicament controversé

Bonjour

En 2011 Xavier Bertrand l’avait déremboursé. Six ans après Marisol Touraine, sur le départ, vient de signer un arrêté remboursant le Champix® . Voici cet étrange médicament controversé remboursé depuis le 1er mai « dans le sevrage tabagique, en seconde intention, après échec des stratégies comprenant des substituts nicotiniques chez les adultes ayant une forte dépendance au tabac ».

 Comment comprendre ? L’arrêté ministériel publié au Journal Officiel du 27 avril – fait suite à un avis de la Commission de Transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS) daté du 9 novembre 2016. la Commission considère que le Champix® « n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu dans la stratégie du sevrage tabagique ». Et dans le même temps elle estime que « le service médical rendu par Champix®  est important dans le sevrage tabagique des sujets ayant une forte dépendance au tabac que ces sujets soient atteints de BPCO ou de maladies cardiovasculaires mais également s’ils n’ont pas d’affection particulière ».

Cinq mois plus tard la ministre de la Santé décide que le Champix® (multinationale américaine Pfizer) sera remboursé. Depuis 2011 son prix était libre dans les pharmacies d’officine. Prix libre mais nombreux effets secondaires et précautions particulières :

« Ce médicament peut entraîner des modifications du comportement ou de l’humeur notamment agitation, hostilité, agressivité envers soi-même ou envers les autres, dépression. Si vous avez des pensées ou un comportement inhabituels ou si vos proches remarquent un changement d’humeur survenant sous traitement, cessez l’usage du médicament et consultez votre médecin. La prudence est recommandée en cas d’antécédent de troubles psychiques, de maladie cardiovasculaire, d’épilepsie ou d’antécédent de convulsions. »

Rien sur la cigarette électronique

 Le principe actif du Champix® est la varénicline.  Cet agoniste partiel des récepteurs nicotiniques du système nerveux central est surveillée de près par les autorités sanitaires en raison de la possibilité de survenue de la somme de ses effets indésirables : attitudes suicidaires, pertes de connaissance, crises d’épilepsie, qui peuvent avoir de graves conséquences, entre autres chez les conducteurs d’engins (pilotes de ligne, par exemple).

En 2009 puis en 2011 des doutes sur la tolérance de la varénicline avaient conduit l’Afssaps (ancienne agence du médicament) à placer le Champix® sous surveillance. Et le 31 mai 2011, le ministre de la santé Xavier Bertrand décidait de dérembourser le médicament. Sans pour autant l’interdire (comprenne qui pourra…). Puis, en 2015, une vaste étude rétrospective ne retrouva pas de relation entre ce médicament et l’incidence d’événements cardiovasculaires ou de pensées suicidaires. Vint ensuite une autre étude rapportant un risque significativement plus élevé d’événements neuropsychiatriques avec Champix® ou Zyban® qu’avec des patchs à la nicotine ou un placebo.

1er mai 2017 : le Champix® est à nouveau remboursé par l’Assurance Maladie. Il ne doit toutefois être prescrit qu’en « seconde intention » – et « après échec des stratégies comprenant des substituts nicotiniques ». L’arrêté de Marisol Touraine ne dit rien sur la cigarette électronique.

A demain

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s