Tabagisme : Raphaël Enthoven réclame le «droit à la liberté que nous avons de nous nuire»

Bonjour

Raphaël Enthoven, 41 ans, est un philosophe dépendant du tabac. Comme Spinoza. Etudes au lycée Montaigne, au lycée Henri-IV, hypokhâgne et khâgne, École normale supérieure (de la rue d’Ulm), agrégation de philosophie, mémoire de DEA (Aspects du nihilisme), thèse (La Mort de Dieu, d’Épicure à Albert Camus).

On peut l’entendre sur le thème du tabac dans la remarquable émission (56 minutes) diffusée ce 6 mai sur France Culture : « Le Magazine de la rédaction demain j’arrête, parole de fumeur » (Tara Schlegel) 1. Extraits de l’intervention de M. Enthoven :

« Je défends en termes démocratiques la liberté que nous avons de nous nuire. Je considère qu’un monde dans lequel on n’a plus le droit de se faire du mal, un monde régit par le bien ou l’idée qu’on s’en fait plus que par la liberté est un univers qui me semble à égards beaucoup plus dangereux que le monde où on a encore le droit de s’empoisonner un peu. »

Mauvaise foi

Suivent quelques considérations sans grande originalité sur le fait que, tout bien pesé, le fumeur mort prématurément rapporterait plus qu’il ne coûte à la société. Puis on en vient, vers la fin, au Dr Michèle Delaunay. Elle entend répondre au philosophe qui entend « être libre de se nuire ». L’ancienne ministre, cancérologue, parle « du plaisir pris à se nuire dans un peu pervers que les personnes fort intelligentes ont avec elles-mêmes ». Et elle confie avoir eu le douloureux privilège d’accompagner beaucoup de personnes victimes du tabac. « Ce sont ceux qui avaient développé cette culture d’un plaisir qui va contre soi en continuant à fumer qui ont le plus souffert, après, de ne pas avoir arrêté. »

C’est l’heure, pour finir, du Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions. « Si Raphaël Enthoven a envie de se nuire, personne ne va l’en empêcher. Mais d’un côté je suis sûr qu’il adhère à ‘’mourir dans la dignité’’, ou à des mouvements de cette qualité ; et d’un autre côté il ne mesure pas cette décomposition de soi-même qui a été évoquée par ma collègue Delaunay. »

« Chacun sa mauvaise foi » avait conclu le jeune philosophe dépendant du tabac.

A demain

1 Une remarquable émission du service public où l’on a, enfin, évoqué avec la journaliste Aurélie Kieffer les vertus alternatives de la cigarette électronique et la question politique majeure du non remboursement des traitements destinés à aider le fumeur à se sevrer.

 

 

 

 

2 réflexions sur “Tabagisme : Raphaël Enthoven réclame le «droit à la liberté que nous avons de nous nuire»

  1. Toujours le même argument individualiste, hédoniste, libertaire, celui du libéralisme révolutionnaire dévoyé par la bourgeoisie. Et quand il faudra se soigner il en appellera à la solidarité de la nation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s