Sexe et société : les jeunes homosexuels français vont-ils se faire vacciner contre les HPV ?

 

Bonjour

Après les élections la vaccination redeviendra une polémique d’actualité. C’est l’une des nouveautés du nouveau calendrier vaccinal. L’immunisation contre les papillomavirus humains (HPV) est désormais proposée aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) –  du moins jusqu’à l’âge de 26 ans (qu’ils aient ou non déjà eu des relations sexuelles). Et ce avec le vaccin Gardasil® qui est disponible et gratuit dans les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (Cegidd) ainsi que dans les centres publics de vaccination.

Jusqu’ici, seules les petites filles (de 11 à 14 ans) étaient concernées par cette recommandation vaccinale vaccination. Il s’agit, chez elles, de prévenir au mieux à l’avenir les lésions cancéreuses du col de l’utérus. En dépit d’une prise en charge par la Sécurité sociale et de multiples incitations c’est un cuisant échec : le taux de couverture vaccinale actuel est de loin inférieur à 20 %. Il faut ici compter avec la montée d’un sentiment général de défiance vis-à-vis des vaccins mais aussi avec des interrogations spécifiques quant au bénéfices/risques – la vaccination ne dispensant nullement ensuite les femmes du dépistage régulier par frottis.

Pourquoi les homosexuels masculins âgés de moins de 26 ans ? Tout est expliqué dans un rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP).

« La grande majorité des hommes et des femmes sont infectés par les papillomavirus humains (HPV) au cours de leur vie. Concernant les hommes, l’infection anale par les HPV et ses manifestations cliniques (lésions pré-cancéreuses, cancers, condylomes anaux) sont plus fréquentes chez ceux ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et en particulier ceux infectés par le VIH. »

Les femmes vaccinées protègent les hommes

Et c’est après avoir pris en compte l’efficacité et la tolérance des vaccins HPV, les aspects médico-économiques, l’absence de protection indirecte des HSH par la vaccination des femmes et l’acceptabilité de la vaccination chez les hommes que le HCSP a formulé ses recommandations concernant les gays. Il précise que le bénéfice de cette vaccination « sera d’autant plus important que le début de l’activité sexuelle sera récent et que le nombre de partenaires passés sera faible ».  Il rappelle également, point rarement évoqué, que « qu’une couverture vaccinale élevée chez les femmes procure une protection indirecte chez les hommes hétérosexuels ».

La question reste toujours ouverte de la vaccination généralisée de tous les jeunes, garçons et filles, avant l’âge des premiers rapports sexuels. « Des pays comme l’Australie, les Etats-Unis et l’Autriche ont fait ce choix, mais, en France, le HCSP n’a pas retenu cette -option notamment pour des raisons médico-économiques, explique le Pr Daniel Floret, ancien président du comité technique des vaccinations, cité par Le Monde. Dans le sexe masculin, l’objectif principal des vaccins anti-HPV est de réduire le risque de cancer anal, qui est une tumeur rare mais vingt fois plus fréquente chez les HSH que chez les hétérosexuels. »

Reste la question de savoir si, dans l’actuel contexte de défiance vis-à-vis des vaccins, les homosexuels français répondront favorablement aux recommandations les concernant. « Les HSH ont un taux d’acceptabilité significativement plus élevé que celui des hommes hétérosexuels » croient savoir les experts du HCSP. A vérifier.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s