Alcool : le gouvernement va-t-il demander aux Français de boire moins de deux verres ?

 

Bonjour

Deux verres par jour. Et pas un de plus. Tel est le chiffre marquant des nouvelles recommandations que viennent de formuler l’Agence Santé publique France et l’Institut national du cancer 1. En réalité moins de deux verres quotidiens  « standards » de boissons alcooliques – de manière à ne pas dépasser la dizaine par semaine. Un régime drastique 2. Voici l’essentiel de ce que les buveurs français doivent dorénavant savoir :

« Si vous consommez de l’alcool, il est recommandé pour limiter les risques pour votre santé au cours de votre vie : de ne pas consommer plus de 10 verres standard par semaine et pas plus de 2 verres standard par jour;  d’avoir des jours dans la semaine sans consommation.

« Pour chaque occasion de consommation, il est recommandé : de réduire la quantité totale d’alcool que vous buvez ; de boire lentement, en mangeant et en alternant avec de l’eau ; d’éviter les lieux et les activités à risque ; de s’assurer que vous avez des gens que vous connaissez près de vous et que vous pouvez rentrer chez vous en toute sécurité. »

Au triste chapitre pathologique, rien que les buveurs ne sachent déjà. Qu’au fil du temps les risques liés à la consommation d’alcool pour la santé au cours de la vie augmentent avec la quantité consommée. Qu’à long terme, la consommation d’alcool est une cause de morbidité et de mortalité pour certaines maladies chroniques comme la cirrhose, certains cancers, certaines maladies cardiovasculaires, comme l’hypertension artérielle et l’accident vasculaire cérébral. Qu’à court terme, la consommation d’alcool est responsable de traumatismes intentionnels et non intentionnels, notamment des accidents (mortels ou pas), la mauvaise évaluation des situations à risque et la perte du contrôle de soi.

Appel du pied

On sent que Santé Publique France et l’INCa aimeraient aller plus loin, peser sur le politique et le pouvoir législatif. « Il faut noter qu’on autorise une alcoolémie à 0,5g/l ou à 0,2 g/l pour les détenteurs d’un permis de moins de deux ans, alors qu’il existe un sur-risque entre 0 et 0,5g/l ». C’est là, clairement, un appel du pied.

Il en va de même avec la suggestion d’en finir avec « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ». Un slogan qui devrait être remplacé par un autre signifiant que toute consommation d’alcool est à risque pour la santé. Sans pour autant aller jusqu’à prôner le « zéro alcool » et le « tollé » qu’il déclencherait.

Et maintenant ? Cet avis est le fruit d’une commande conjointe de la Direction générale de la santé et de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives. Que va-t-il devenir ? Sera-t-il mis en musique par le prochain gouvernement ? Rien n’est acquis. Le nouveau président de la République n’a jamais pris d’engagement clair quant à la réduction des risques alcooliques. Membre du gouvernement il ne s’était guère opposé au « détricotage » de la loi Evin et à la distinction entre publicité et à la distinction entre « propagande » et « information » sur les dimensions culturelles et touristiques de la production de boissons alcooliques. On se souvient, alors, de l’impuissance silencieuse de Marisol Touraine.

Désespérer ? Les derniers optimistes observeront que Claude Evin, ancien ministre rocardien (devenu avocat d’affaires au sein du prestigieux cabinet américain DLA Piper) fait partie du premier cercle des conseillers santé du nouveau président.

A demain

1 Cet avis a été rédigé par huit experts  qui se sont livrés à une recherche documentaire et qui, à leur tour, ont auditionné des experts français et étrangers. Ils se sont aussi basés sur une analyse de la situation française actuelle en termes de niveaux de consommation, d’historique réglementaire, d’impact de la publicité sur les jeunes et d’historique des repères de consommation d’alcool.

2 Au Royaume-Uni il est recommandé au de ne pas consommer plus de 14 unités d’alcool par semaine. Si l’on les atteint, il est préférable de les consommer sur trois jours ou plus. Au Canada les consommations recommandées sont de pas plus de deux verres standards canadiens (13,45 g) par jour en Ontario – et pas plus de cinq verres par jour pour les hommes et quatre verres par jour pour les femmes au Québec.

Une réflexion sur “Alcool : le gouvernement va-t-il demander aux Français de boire moins de deux verres ?

  1. Pour être clair ,il faut parler en unité d’alcool ! Soit 10g d’alcool pur .10cl de vin à 12° ou 2,5 cl de pastis à 45° ………etc… Unité d’alcool = volume d’alcool x 0,8. Un verre de 100ml de vin à 12° contient 12ml d’alcool soit 0,8x 12= 9,6g d’alcool. La masse volumique de l’alcool étant de 0,8. ( 1 pour l’eau).
    A quand la suppression du mot. « Modération » ,qui n’est une unité de mesure scientifique sauf pour les épiciers bien sur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s