Contre la ménopause précoce, peut-on oser les «rajeunissements ovariens» en Espagne ?

Bonjour

Des publications scientifiques ne sont pas incompatibles avec une communication à visée publicitaire. Le groupe IVI est la première institution médicale privée qui, en Espagne, est  entièrement dédiée à la reproduction assistée 1. Et IVI organise du 11 au 13 mai, à Bilbao, le « 7ème Congrès International IVI sur la Médecine Reproductive » – 1 400 participants, plus de 72 nationalités.

La publicité ? Destinée notamment à la presse française elle concerne les dernières expérimentations cliniques sur le « rajeunissement ovarien ». « Depuis plusieurs dizaines d’années, de nombreux facteurs conduisent à retarder la maternité, qu’ils soient sociaux, professionnels, économiques, etc., rappelle IVI aux journalistes. Cependant, la biologie n’a pas suivi cette tendance et, actuellement, le meilleur moment de reproduction chez les femmes se situe dans leur vingtaine, alors que beaucoup ne pensent pas encore avoir d’enfants à cet âge. C’est durant cette période que les meilleurs ovules sont produits, augmentant ainsi les possibilités de grossesse sans complications pour donner naissance à un bébé en bonne santé. »

Pour autant on estime que 1 % des femmes souffrent très tôt d’insuffisance ovarienne (ou ménopause précoce) et qu’elles ont, malgré leur jeune âge, des difficultés à procréer. C’est ici qu’IVI entre en scène:

« Dans le cadre d’une étude réalisée en collaboration avec l’hôpital La Fe de Valence, IVI a réussi à obtenir quatre grossesses chez des patientes qui présentaient une insuffisance ovarienne précoce, grâce au rajeunissement ovarien. C’est l’une des lignes de recherche menées par IVI et que dirige le Pr Antonio Pellicer, co-président et fondateur du groupe. ‘’Nous étudions des méthodes innovantes pour activer des follicules qui, autrement, ne se développent pas et les résultats sont prometteurs, dit-il. Ce traitement fait renaître l’espoir chez des patientes qui, sans cela, n’auraient pas la possibilité de concevoir avec leurs propres ovules’’ ».

Cortex ovarien

Rajeunir, certes, mais comment ? IVI dit étudier deux techniques pouvant donner lieu au rajeunissement ovarien (qui active la croissance des follicules à des stades précoces, indépendants de l’action des gonadotrophines) : la fragmentation du tissu ovarien (OFFA pour Ovarian Fragmentation for Follicular Activation) et l’injection de cellules mères dans l’artère ovarienne. Deux méthodes qui permettraient à l’ovaire d’inverser partiellement son processus de vieillissement et d’activer ses « follicules dormants ».

L’OFFA est d’ores et déjà proposée (en derniers recours) par IVI Valence aux patientes souffrant d’insuffisance ovarienne précoce : prélever par laparoscopie un échantillon de cortex ovarien pour ensuite le fragmenter et le réimplanter. « Cette procédure est très peu invasive et les patientes ressortent de la clinique le jour même, assure IVI. Le résultat de l’intervention peut s’évaluer simplement à l’aide d’une prise de sang afin de vérifier la variation des niveaux de l’hormone antimüllérienne, marqueur de la réserve ovarienne. »

Ethique et marché

L’autre méthode de rajeunissement ovarien consiste à injecter de cellules souches de la moelle osseuse (BMDSC, pour Bone Marrow-Derived Stem Cells) dans l’artère ovarienne. Une procédure qui fait l’objet d’une étude pilote menée par le Pr Antonio Pellicer et sa collaboratrice, la Dr Sonia Herraiz, en collaboration avec l’hôpital La Fe de Valence. « Cette technique présente également des résultats prometteurs, car des grossesses spontanées sont survenues chez des femmes disposant d’une faible réserve ovarienne, suite à une greffe de moelle osseuse » assure-t-on, sans plus de détails.

De tels travaux expérimentaux sont-ils menés en France ? Comment l’Agence de biomédecine perçoit-elle ces incitations à gagner l’Espagne pour avoir accès à des procédures particulières de procréation médicalement assistée ?  Le grand marché est-il compatible avec l’éthique et la solidarité telles que la France les défend ?

A demain

1 IVI, fondée en 1990, est la première institution médicale en Espagne entièrement dédiée à la reproduction assistée. Depuis cette date, IVI a contribué à la naissance de plus de 160.000 enfants grâce à la mise en œuvre de méthodes de reproduction assistée particulièrement innovantes.  Début 2017, IVI a fusionné avec RMANJ, devenant ainsi le plus grand groupe de reproduction assistée avec plus de soixante-dix cliniques dans le monde.

Une réflexion sur “Contre la ménopause précoce, peut-on oser les «rajeunissements ovariens» en Espagne ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s