Conflits électroniques: la ministre Agnès Buzyn va-t-elle lire le dernier «Que Choisir» ?

Bonjour

Le temps passe vite avec la cigarette électronique. Prenez le dernier dossier de Que Choisir et jetez un œil sur la mémoire archivée du magazine. Prenons 2011. Il y a précisément six ans. On pouvait lire ceci :

« L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a profité de la Journée mondiale sans tabac, le 31 mai dernier, pour déconseiller les cigarettes électroniques. Dans le cadre d’un sevrage tabagique, elles ne respectent pas la réglementation. De plus, la nicotine qu’elles contiennent parfois expose à des risques… de dépendance.

 Et encore:

« L’Afssaps recommande de s’abstenir de les consommer. D’abord parce que les cigarettes électroniques contiennent parfois de la nicotine (dans les cartouches de recharge), une substance classée « très dangereuse » par l’Organisation mondiale de la santé. ‘’Même lorsqu’ils sont limités à 2 %, les e-liquides peuvent contenir des quantités de nicotine susceptibles d’entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle, avec des effets indésirables graves, notamment chez les enfants’’, explique l’agence. La simple présence de nicotine risque même de créer une dépendance chez des utilisateurs qui n’étaient même pas fumeurs ! »

« Envie d’arrêter »

L’Afssaps n’est plus. Un quinquennat a passé avec, au chapitre tabac, l’incurie que l’on sait. Et la cigarette électronique est bel et bien là. Que Choisir aussi qui consacre un dossier-sondage à cet objet devenu emblématique du moindre risque. Un dossier repris par vapingpost.com (Natalie Dunand).  Le média de « défense du consommateur » a interrogé ses lecteurs sur le vapotage, en proposant en décembre 2016 un questionnaire aux abonnés de sa newsletter. Et 3 488 retours lui sont parvenus.

Les vapoteurs répondants (64 % d’hommes et 36 % de femmes) sont pour pour 80%  des vapoteurs depuis plus d’un an. Et 82 % des utilisateurs de cigarette électronique de l’enquête ne fument plus du tout de cigarettes. Quant aux 18 % qui « s’accordent de temps en temps une cigarette », leur consommation de tabac a nettement chuté.

Trois motivations avouées : l’envie d’arrêter de fumer (79 %), le souhait de ne plus gêner son entourage avec la fumée de cigarette (72 %) et les économies réalisées (88 %). Pour autant la cigarette électronique n’est pas gratuite : plus d’un vapoteur sur 8 (14 %) y consacre plus de cent euros par mois. Ils sont 40% à y consacrer entre 20 et 49 euros par mois et 34% entre 50 à 100 euros.

Hasard et fatalité

Au chapitre « liquides » 80 % des vapoteurs ont diminué progressivement leur dosage en nicotine pour aboutir à un dosage inférieur à 10 mg/ml. Ces lecteurs de Que Choisir achètent leur e-liquide en boutique spécialisée (53 %), sur internet (42 %) et chez les buralistes (3 %). Enfin 9 % des personnes qui ont répondu au questionnaire se disent « anciens adeptes de la cigarette électronique ». La moitié ne l’utilise plus parce qu’elles ont « tout arrêté » ; les autres les autres sont retournés à une consommation exclusive de cigarettes à forte nocivité.

Commentant les données, les journalistes du mensuel expliquent que « l’arrêt a été facile dans la très grande majorité des cas » et soulignent que ceci « tranche avec toutes les autres méthodes, qui demandent abnégation et volonté de fer ».

 Hasard ou fatalité, cette publication coïncide avec le départ de Marisol Touraine (qui aura tout fait pour ne rien comprendre au sujet) et à l’arrivée d’Agnès Buzyn comme ministre de la Santé. On sait l’intérêt que cette ancienne responsable de la lutte nationale contre le cancer porte à la lutte contre le tabac. On espère donc que ces frais conseillers lui livreront sous peu un exemplaire de Que Choisir. Et que plus généralement la politique sanitaire va enfin traiter de la cigarette électronique comme elle se devrait, en toute logique, de le faire.

On aurait aussi pu espérer que la nouvelle ministre use de ses nouvelles fonctions pour que l’Institut national de la santé et de la recherche médicale commence (enfin) à s’intéresser à cet outil de lutte contre la première cause de morts évitables. Or voici que le hasard fait, à cause d’une peu banale situation de conflit d’intérêts, que cela ne sera pas possible. Le hasard ou la fatalité ?

A demain

4 réflexions sur “Conflits électroniques: la ministre Agnès Buzyn va-t-elle lire le dernier «Que Choisir» ?

  1. Beau papier, qui monte cette difficulté bien française de penser la santé des addictions en dehors des chemins strictement médicaux ou thérapeutiques : notre estompage systématique de l’auto-support et de ses résultats reste étonnant. Résultat, il braque les personnes concernées qui du coup attaque inutilement et exagérément la médecine et les approches thérapeutiques pourtant tout aussi nécessaires pour une autre part du public! Après, que fera la ministre, je ne sais, mais notre jupitérien président n’hésite pas à occuper le pavillon de lanterne, le vesaillais que je suis reviens de son matinal footing dans le parc du chateau et peu vous en porter témoignage : Hollande n’y passa quasiment aucun we, EM l’inaugure sous le soleil… Le char d’Appolon a donc vu le jeune jupiter s’aérer…

    A suivre >

    • Peut-être que les jugements sur les choix des citoyens par des médecins, allant ensuite jusqu’à l’interdiction et la pénalisation de la libre expression, de la vente, de gestes en société, ont été un zeste « inutiles et exagérés » pour reprendre vos termes. Pour être exact ils sont criminels au sens pénal du terme histoire de remettre ce dont on parle ici en perspective.
      Les approches thérapeutiques sont indispensables, elles seraient remboursées et employées avec efficacité ce serait même encore mieux. La liberté des citoyens aussi.
      Il reste quelques mois à la nouvelle Ministre pour retirer les restrictions du vapotage de la lutte contre le tabagisme et d’en faire éventuellement la promotion aux côté des autres approches (je pense que ce serait pertinent concernant le premier moyen d’arrêt du tabagisme en France, mais je ne suis pas médecin et n’impose pas mes opinions comme lois, si ce n’est de rappeler à « la médecine » qu’il est prudent de garder un rapport bénéfice/risque positif). Sinon elle rejoindra les principales causes de mortalité évitable en France aux côtés de ses collègues médecins qui font de l’obscurantisme une pratique ordinaire et dont je suis ravi de voir la liste se réduire légèrement ces dernières années.

  2. Mmmf ! Ils sont attardés.
    On peut retenir pour être honnête l’éclaboussure de nicotine par maladresse mais pas sans rappeler le risque plus évident du briquet!
    Evidemment, c’est difficile , pour des cadres convenus et devenus … (non je n’oserai pas) dictateurs de guidelines, de penser en dehors des cadres convenus (« think out of the box » comme d’habitude, est plus concis, moins précis) .
    Le psittacisme dogmatique et idéologique fait office de preuve .
    Einstein avait raison , pour le caractère infini de l’univers à la rigueur, on peut avoir des doutes , mais pour la c… humaine « y’a pas photo » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s