Post-vérité politique : Marisol Touraine, in fine, vient de larguer ses amarres socialistes

 

Bonjour

Vaut-il  mieux tard que jamais ? Ministre de la Santé Marisol Touraine s’était bien gardée de soutenir un candidat pendant la campagne présidentielle. Pas Jean-Luc Mélenchon, bien sûr. Mais aucun soutien au camarade Benoît Hamon. Et le brouillard entretenu sur d’éventuelles tractations avec Emmanuel Macron. Tractations d’autant plus pressantes que les sondages évoluaient. Puis un appel à voter utile à la veille du second tour.

Pour autant la ministre (depuis cinq ans) de François Hollande avait fait valoir ses droits: elle avait été investie par le vieux Parti socialiste pour les élections législatives dans la 3ème circonscription d’Indre-et-Loire. Gardez-moi de mes amis… Nouvelles tractations souterraines avec le camp triomphant d’En marche ! Et, finalement, libération de la voie menant au « fief « du donjon de Loches : depuis Paris les généraux macroniens retiraient toute forme d’opposition, au grand dam de la soldatesque locale.

22 mai 2017. In fine l’ancienne ministre a désormais choisi son camp: une croix définitive sur son ancien parti moribond et les bras grands ouverts à un nouvel avenir politique sous une nouvelle bannière. Les affiches sont là où Marisol Touraine s’affiche ouvertement « candidate de la majorité présidentielle avec Emmanuel Macron ». Et des tracts revisités qui ne mentionnent plus nul logo, trace ni couleur du PS !

« Je veux m’engager pour que le quinquennat à venir réussisse, lira-t-on dans sa lettre de candidature où le PS est là aussi absent. Pour cela, dès juin prochain, il faut que le président dispose d’une majorité. Sans cela, la France sera livrée au blocage ou à l’instabilité qui feraient le lit de l’extrémisme. La France ne peut se permettre de retomber dans les jeux d’appareil. Il nous faut donc être utile au président de la République. C’est le sens de ma candidature à l’élection législative des 11 et 18 juin prochains. Il n’y a que deux positions : être dans la majorité ou dans l’opposition, il n’existe pas d’autre option. Je serai dans la majorité. »

La candidate de Loches prend soin de souligner qu’elle n’oublie pas d’où elle vient, la gauche réformiste. L’un de ses grands prêtres avait jadis coutume de dire (après le Cardinal de Retz) que l’on ne sort qu’à son détriment des brouillards de l’ambiguïté.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s