Stérilisation féminine définitive : l’implant Essure® restera sur le marché français

Bonjour

C’était, en France, une polémique récurrente depuis octobre 2015. Elle n’a plus lieu d’être. Telle est la conclusion (non écrite) du rapport final demandé par L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à un comité d’experts 1 sur le dispositif de stérilisation définitive de marque Essure®.

Sous la polémique, une affaire d’importance. En France, la « contraception permanente » féminine (ou « stérilisation médicale » concerne plus d’une femme sur dix après 40 ans. Elle est aussi autorisée « sans motif médical » depuis 2001. On la réalise réalisée par deux méthodes principales le dispositif médical Essure® et la ligature des trompes ; depuis 2013, la méthode Essure® (de la multinationale Bayer) est recommandée par la Haute Autorité de Santé (HAS) en première intention – et ce compte tenu de l’amélioration du service médical rendu par rapport à la ligature des trompes.

700 euros l’unité

HAS ou pas, Essure® a, depuis 2009, pris une place dominante par rapport à la méthode par ligature.  « Le remboursement par l’assurance maladie tant des actes chirurgicaux que de l’implant lui-même explique sans doute en grande partie la place prise en France par Essure® par rapport à des pays de développement comparable en Europe où la contraception permanente féminine est beaucoup plus fréquente (Royaume-Uni, Belgique notamment) » notent les experts. Voici ce qu’en dit l’assurance maladie qui rembourse ce dispositif à hauteur de 700 euros l’unité.

Puis vint la polémique. Elle a commencé avec l’alerte de différentes agences sanitaires par les femmes L’efficacité et la sécurité du dispositif Essure® ont été mises en cause  aux Etats-Unis, au Canada, aux Pays-Bas et en France. Motifs : des notifications d’événements indésirables incluant des symptômes gynéco-obstétricaux ou des échecs ou complications de la méthode mais également des troubles généraux variés et peu spécifiques : douleurs, allergies ou réactions d’hypersensibilité, troubles intestinaux, troubles neuro-sensoriels, anxiété, dépression, pathologies auto-immunes, troubles thyroïdiens, faiblesse des membres inférieurs, ou problèmes otorhino-laryngologiques.

Les agences sanitaires américaine et néerlandaise ont réévalué le bénéfice risque du dispositif médical Essure® à la lumière des données disponibles. Ces agences n’ont pas modifié leur décision de mise à disposition de cet implant. Il en ira de même en France où une association (« RESIST ») a été créée en juin 2016 par des femmes ayant reçu l’implant Essure® et qui rapportent des troubles sévères. « La médiatisation a été importante donnant un vaste écho à leur démarche, observent les experts de l’ANSM. Des recours en justice ont été déposés et de nombreux autres seraient en préparation. »

Souffrances inexpliquées

Présidé par France Lert, directrice de recherche à l’INSERM, ce comité pluridisciplinaire avait pour mission de contribuer à l’évaluation du rapport bénéfice/risque du dispositif Essure. « Le rapport a été élaboré par les membres du comité en totale indépendance » assure l’ANSM.

Conclusions, obtenue de façon unanime :

« Les données de la littérature, de la surveillance et les résultats de l’étude épidémiologique ne remettent pas en cause la balance bénéfice-risque favorable de l’implant Essure® (…) de nouvelles conditions en termes de réglementation n’étaient pas nécessaires au regard des connaissances scientifiques actuelles.

« Une information indépendante devait être apportée aux femmes envisageant la contraception permanente, sur l’ensemble des méthodes de contraception et en particulier sur les avantages et les risques des deux méthodes de contraception permanente féminine afin de leur permettre une décision éclairée. »

Il restera à comprendre l’origine des symptômes des plaignantes et les causes exactes de leurs souffrances. Il restera aussi à mesurer le poids des conclusions de ces experts indépendants sur le cours de la justice.

A demain

1 Sylvain Bouquet, Pascal Cohen, Odile Gagneur, France Lert, Jean-Philippe Lucot, Joël Poupon, Thierry Rabilloud, Michel Tournaire

34 réflexions sur “Stérilisation féminine définitive : l’implant Essure® restera sur le marché français

  1. En effet… « Il restera à comprendre l’origine des symptômes des plaignantes et les causes exactes de leurs souffrances. Il restera aussi à mesurer le poids des conclusions de ces experts indépendants sur le cours de la justice. »
    Victime d’Essure pendant 11 ans, je vais garder la force qu’il me reste avec des milliers d’autres femmes en France pour que la vérité fasse surface… Marre de ces lobbying qui dirigent la France avec leur pognon.
    Et marre que la France ferme les yeux sur les problèmes liés aux métaux lourds. Tout comme les prothèses qui s’oxydent dans le corps humain en laissant place à des maux divers et variés (inflammatoires, auto-immunes..etc), Essure nous a empoisonné c’est un fait ! Et nous allons le prouver !! D’autant qu’il n’y a pas que des métaux qui se sont diffusés à travers nos muqueuses mais aussi des poisons tels que l’antimoine sorti des fibres Pet !
    Bayer prend vraiment le corps des femmes pour une poubelle et les médecins s’en satisfont en France … ??!! ….

  2. L’attitude des autorités françaises puis également celle de Bayer en France reste très incohérente quand nous savons qu’aujourd’hui dans d’autres pays soit l’un soit l’autre est dans une réflexion autre :
    Les autorités sanitaires brésiliennes ont retiré les Essures du marché en les classant « dangereux pour la santé ».
    Bayer lui-même a retiré les Essures du marché en Finlande hier le 25 juin 2017 et la même chose est prévu au Pays-Bas le 1 juillet prochain, au Royaume-Uni le 1 septembre prochaine et la processus est en cours au Canada où ils tentent très clairement le faire en douce sans que la patientèle le sache. Le motif de Bayer est « la diminution des poses et donc des ventes qui font que le marché devient inintéressant ».
    Nous savons tous que cela est une manière essayer d’éviter les actions de groupe contre eux ainsi que d’éviter une sincère prise de responsabilité pour avoir pris des dizaines, des centaines de milliers de femmes pour de cobayes.
    Si le Viagra posait autant de problèmes, les mesures nécessaires auraient déjà été prises. Hélas, ici nous parlons encore, et encore, des femmes !

  3. « Il restera à comprendre l’origine des symptômes des plaignantes et les causes exactes de leurs souffrances »….
    Il n’y a rien à comprendre et la cause vient bien de ces implants ! Aux yeux de Bayer nous ne sommes qu’une poignée insignifiante de plaignantes, mais combien ont les mêmes maux que nous, victimes d’essure, et n’ont pas encore fait le lien entre les implants et leurs symptômes ? Et comment expliquer que les femmes qui ont obtenu leur retrait soient en meilleure santé ?
    Personnellement ça fait 3 ans que ce poison me pourri la vie, grâce à l’association RESIST j’ai trouvé un gynécologue à l’écoute qui lui aussi commence à douter de la sûreté de ce dispositif, j’ai réalisé de nombreux examens qui ont révélé de l’adénomyose et une allergie au nickel et au chrome, composants parmi tant d’autres des implants et je subirai une hystérectomie et salpingectomie en septembre pour espérer retrouver ma vie d’avant….
    Pourquoi ne pas emboîter le pas sur les pays qui arrêtent la commercialisation de ses des implants ? Ah oui…. parce qu’en France, adeptes de cette pratique, on rapporte beaucoup d’argent à Bayer et certainement à d’autres….
    A quand la priorité ànotre santé ?

  4. La méthode de stérilisation « essure » est certes encore utilisée en France mais beaucoup de pays ont déjà compris son action néfaste sur la santé des femmes. je suis une victime de cette méthode et je peux vous dire que depuis 5 ans ma vie est devenue un cauchemar. Comment faire le lien quand les douleurs n ont rien de gynécologiques. Prise de poids, douleurs articulaires et musculaires, hypertension, problèmes de vues, migraines et baisse du moral, fatigue écrasante. Je vais me faire opérer le 6 juillet et j espère voir disparaître tous les soucis comme on pu l être les femmes à qui on a retiré cette méthode de contraception. Qu ‘attend la France pour arrêter de torturer des femmes ? le lobbying pharmaceutique est il si grand que détruire la vie des gens n est pas important. comment dire que la methode n a pas d impact car les informations viennent juste d etre devoilées concernant les effets secondaires qui peuvent y etre alloués. Les personnes qui se sont faits retirés le dispositifs vont mieux leurs symptomes ont disparu. Allez voir sur le site de l’association R.E.S.I.S.T le témoignage de ces femmes

  5. Porteuse d’Essure depuis 9 ans; j’ai jusqu’alors toujours lutté contre mes maux mais aujourd’hui je n’en peux plus ; je suis intoxiquée , empoisonnée au point de perdre de l’autonomie et d’avoir des souffrances de plus en plus importantes . Retrait de mes implants prévu le 4 septembre!!!
    Pour les femmes comme
    moi , pour toutes , s’il vous plaît faites abstraction aux intérêts financiers , il en va de notre vie !

  6. Apres la pose de ces implants en 2006 ma santé n a plus été la meme. ESSURE a fait que ma vie est un enfer.
    Adenomyose, endometriose, insomnie, intolerance aux traitements donnés, souffrance et incomprehension, maladie digestive colon irritable, fibryomalgie a confirmer car pour le moment je ne peux me deplacer faire les examens, perte de memoire, depression, migraine, tachycardie etc……. J avais alerte mon gynécoloque en 2007 que ces implants ne me faisaient pas de bien que j avais du mal a marcher et que les douleurs pelviennes devenaient difficile a vivre. Resultat j en suis a ma 4 eme intervention chirurgicale la 5 eme arrive. Je ne comprends qu avec toutes les victimes que nous sommes ces implants soient encore implanté. Je profite aussi d informer mes contacts sur les dangers sur sterilet Merina qui depuis des mois commence a faire les memes problemes. Biensur Merina est fabriqué par BAYER comme Essure. Vous savez les produits pout les insectes que l on utilise beaucoup en ce moment….. il me semble aussi de mémoire lointaine de baye pendant la seconde guerre mondiale utilisait des produits pour les allemands la je ne suis pas sure mais je l avais lu quelques part
    Alors la question est . Bayer a decider de nous rendrd malade ou pas ?

    • Je ne peux que confirmer.. Sur dispositif essure + miréna depuis septembre 2016 … double effet Bayer pour moi… avec une nette dégradation de mon état de santé un mois après la pose du stérilet Miréna… conclusion… opérée le 15/06/2017… plus de trompes, plus d’utérus, plus de col de l’utérus… me reste mon chagrin, mon amertume, ma colère et … l’espoir de voir mes maux disparaître doucement…

  7. Un cauchemar ces implants sur la santé des femmes,opéré le 4 juillet pour le retrait ,j espère voir disparaître tout ces symptômes qui m enpoisonne la vie…déclaré fibromyalgie trois mois après la pose,sans compté tout les autres symptômes a côté… Ce sont de vrai poison pour le corps des femmes…le retrait sur le marché français devient une urgence.

  8. Depuis 4 ans ma santé se dégrade , d’abord des problèmes ORL : j’ai perdu plus de ma moitié de mon audition à gauche et gagné des acouphènes terribles. s’enchaînent : troubles de la circulation , du transit ,etc .Puis apparaissent subitement deux aponévrosites ,une à chaque pied que personne n’arrive à soigner …
    Je viens de découvrir que j’étais hypersensible à trois des métaux qui composent ESSURE.(que je porte depuis 5 ans). Le retrait de ces implants est prévu pour septembre.
    Alors , oui je peux comprendre que l’on recherche le rapport Bénéfice risque …. dans le cas d’ un médicament …. MAiS ici , quelle obligation à t ‘on de se faire stériliser par cette méthode , souvent parce que la prise de pilule est déconseillée après 40 ans. Et pourquoi ne pas tester les allergies de façon systématique avant la pose?
    QUI prend en compte toutes nos souffrances et la mutilation que l’on doit subir pour le retrait de ces implants? nombre d’entre nous doivent sacrifier leur Utérus, affronter des complications opératoires parfois terribles.
    Toutes les conséquences et tous les effets secondaires sont loin d’avoir été découverts, alors Mesdames Messieurs les dirigeants de nos autorités sanitaires , ou est passé le principe de Précaution que vous devriez appliquer afin de protéger les milliers de femmes ?

  9. Je m’interroge… sincèrement… très sincèrement même…
    Sur quelles données fiables, sur quelle étude épidémiologique repose la conclusion suivante concernant ce dispositif : la balance bénéfice-risque de l’implant Essure® est favorable « ?
    Première interrogation… les risques sont diminués car pas besoin d’anesthésie générale pour poser les implants… j’aimerais bien savoir combien de femmes ont été anesthésiées pour cette pose… vraiment… je crois que vous seriez surpris… en tout cas beaucoup plus que vous ne le pensez…
    Ensuite, l’ensemble des femmes étant porteuses d’essure ont elles toutes été contactées? Ont-elles toutes été informées des effets secondaires constatés? Pour ma part j’attends toujours que le chirurgien qui m’a posé les implants m’envoie le courrier d’information…
    L’ensemble des risques de réactions ont-ils tous été interrogés avant la commercialisation de ce dispositif? On parle beaucoup d’hypersensibilité, d’allergie au Nickel et au Titane… pas de chance pour moi… je suis simplement hypersensible à 3 autres métaux composant essure… 3 sur 7… Chrome, Platine et Etaim….
    Et quid des problèmes rencontrés lors de la pose de ces jolis ressorts? Quid des problèmes de casse? Quid des problèmes de migration? … Parce que là aussi… pas de chance pour moi… muqueuse en contact direct avec 3 métaux auxquels je suis allergiques…
    Quid du PET et de ses composants?
    Quid du vieillissement de ce matériel?*
    Quid de la procédure de retrait? C’est fou quand même… Bayer prévoir une procédure de pose mais pas de procédure de retrait… Après tout, ce n’est pas bien grave… nous ne parlons que de femmes…
    Quid de la prise en compte et de la prise en charge de toutes celles, qui comme moi voient leur vie devenir un enfer? A ben oui… mes p’tites dames… une bonne thérapie de groupe vous ferait du bien… tout ceci est dans votre tête… allez… et si nous vous prescrivions quelques petits anti-dépresseur ? Hein? Mais non… tout vos maux ne peuvent pas être liés à une allergie, mais non… c’est très certainement hormonal… et puis à votre âge il s’agit très certainement de la ménopause…
    Quid de toutes ses femmes en France, en Europe, dans le monde qui décrivent les même symptômes, quid de tout ça?
    Quid de nos vies brisées? de nos souffrances?

  10. essure depuis 2012 et 5 ans de souffrances et de pathologies inexpliquées
    on nous empoisonne et la France ne fait rien
    encore une histoire de gros sous

  11. Personnellement dès la pose des essures, les douleurs pelviennes ont été chroniques, une fatigue écrasante m’a envahie… 6 mois de descente aux enfers… Vous citer l’intégralité des maux et symptômes serait bien trop long…. je ne donnerai que ma sciatalgie chronique à la jambe gauche les 3 derniers mois, perte du reflex ostéotendineux et mollet insensible… opérée depuis 1 mois d’une salpingectomie bilatérale, la sciatalgie a curieusement disparu en même temps que les essures et reflex comme sensation revenus au mollet sous 3 jours ! L’anapath à démontré une trompe gauche ultra enflammée avec création d’un kyste…. mais il n’y a certainement aucun rapport avec les essures bien sûr, ni avec mon allergie au nickel.
    Un mois après le retrait des essures, je suis redevenue celle que j’étais avant miraculeusement… mais je garde en cadeau + 6kg et la dégringolade de mon activité commerçante.
    Je n’avais pas signé pour ça !

  12. Bonjour
    Comment expliquer en peu de mots 4années de souffrance physique et psychologique sans savoir que mes maux vennait des Essures aucun symptômes pour ma part gynécologique
    Diagnostiqué fybromialgique
    S enchaîne examens hospitalisations traitements lourds et j en passe des nuits et journée de douleurs des nuits blanches a pleurer et me dire mon dieu mais qu’es ce qu’il m arrive???
    Et arrive ce mois de décembre ou les médias parle des effets secondaires
    Et là je me dit c est sa qui m empoisonne la vie a ce moment là le suicide était pas loin
    RDV s enchaînent
    Allergies Nickel Chrome Colbat
    Gynécologue qui doute de mes dires breff je veut que l on m enlève les essures et après on verra si c est la fibromyalgie ou Essure
    On m opère en Janvier salpingectomie bilatérale et du jour de mon opération plus aucun symptômes plus de douleurs physiques ouffff
    Centre anti douleurs enlève ce diagnostic avec toutes leurs excuses mais trop tard le mal et fait
    Sauf que en avril je fait une ASP de contrôle par mes propres moyen service après vente 0
    Et là stuppeur le chirurgien boucher ma coupé les implants et tout et remonter dans l utérus je ne veux en aucun cas retourner voir celui qui ma donner sa confiance et qui ma trahis
    Donc je part a la recherche un chirurgien qui a réparé des dégâts du 1er car psychologiquement je ne peut accepter un seul morceaux d essures dans mon corps tellement j ai souffert
    Chirurgien trouver a l écoute très compatisant quel plaisir de tomber sur un homme humain et enfin comprise
    Donc re opération le 12 juin pour une hysterectomie une mutilation de plus mais qu’est ce je revis petit a petit malgré mes 2interventions sans ses saletés
    Je comprend pas quand france on implante encore la descente aux enfer
    Merci

  13. Une enquête ne vaut que par l’échantillonnage sur lequel elle a été faite….

    Dans le cas précis des victimes d’essure, c’était le nombre des adhérentes à l’Association RESIST lanceuse de l’alerte en France (seule association reconnue par un agrément )au début de cette année. Sachant que plusieurs groupes se sont formés ( malheureusement ), que de nombreuses femmes ne sont pas encore informées que leurs maux viennent de là, que la plupart des médecins généralistes ou spécialisés ne connaissent pas où même ne savent pas que leurs patientes en sont porteuses, comment voulez-vous avoir une réalité des faits ?

    Pour ma part, implantée depuis mars 2008, j’avais oublié que j’en portais… Sauf que de jours en jours, de mois en mois, ma santé se dégradait… problèmes articulaires, musculaires, inflammatoires, visuels, o.r.l., confusions mentales, démangeaisons, Fatigue chronique, Fybromyalgie. ….
    De généralistes en spécialistes, les 5 dernières années ne furent qu’errance médicale.

    Opérée depuis une semaine d’une Salpingectomie bi-latérale avec creusement des cornes utérines , mon état s’améliore déjà : plus de cervicalgie, plus de brouillard dans la tête ! Bien que convalescente, j’ai l’impression de revenir à la vie ! Mon entourage est bluffé par le changement spectaculaire de mon visage.

    S’il y a un message à donner aux femmes, pas de précipitation, il est impératif de consulter un chirurgien qui a déjà fait ses preuves et pour cela d’échanger avec des femmes opérées avec succès, beaucoup d’opérations ont été des échecs à cause d’implants cassés par manque de protocole de dépose.
    Il aurait été bien plus sage d’utiliser le principe de précaution… le temps de mettre en place une réelle information des professionnels et des patientes, un protocole efficace de retrait , et surtout une étude à grandeur réelle.

  14. Evidemment je suis victime des essures. Evidemment je suis adhérente resist. et avant tout cela, j’ai eu le stérilet mirena. dont on parle bien plus souvent et facilement que des implants. si les problèmes de santé que j’ai rencontré en 2005/2010 avaient bien été répertoriés comme imputables au stérilet, on peut noter que selon le document produit par le CNGOF en avril 2017, les essures n’auraient pas dû mettre proposées. C’est visiblement le manque de recul, le manque de maîtrise à long terme sur les dispositifs médicaux qui est en cause. Dans les plupart des cas, certainement que la proposition des implants, laquelle est indiquée comme étant le 1er choix vu son coût…. la pose aurait pu être évité, si seulement les spécificité de chacune des demandeuses d’une contraception définitive avaient été prises en compte. Je n’impute pas l’échec de mon expérience (ou je laisse tout de même 2 trompes et 1 utérus sur la table d’opération) au gynécologue qui me les a posé : la pose s’est faite sans problème, et mes implants n’ont jamais migrés (c’est après la pose, bien sur, que j’ai appris que cela pouvait arriver). Je ne peux lui reprocher que son manque de diffusion d’informations concernant les essures. Par contre, ce qui me laisse excessivement perplexe… c’est que lorsqu’on montrer à 1 allergologue la liste des composants, on peut remarquer dans la grande majorité des cas, la réaction quasi viscérale pour ses spécialistes d’incrédulité, pour ne pas dire d’horreur, à l’idée que des individus aient dans leur organisme, à vie, ce genre de produit. Comme est il possible que cela choque profondément une partie de la profession médicale, et pas l’autre ? Quoiqu’il en soit, je suis absolument certaine d’une chose : dans mon cas à moi, devoir vivre avec les implants à été 1 enfer, 1 engrenage de douleurs parfois violent, de juin 2015 à avril 2017. et si parfois, suivant mon activité physique, quelques sentiments de gênes reviennent de façon passagères… ma vie s’est considérablement amélioré dès le retrait. à + de 2 mois de l’intervention, je revis littéralement… alors oui, je ne comprends absolument pas que la France se retrouve à continuer la commercialisation sans plus de restriction que celles préconisées en avril 2017 par le CNGOF. et plus encore… beaucoup de gynécologues continuent de nier la possibilité de douleurs liés à l’implantation, et de renvoyer leurs patientes chez d’autres spécialistes, les psychologues. il y a visiblement un gros souci de diffusion d’informations sur le sujet. Nous sommes en 2017, et l’écoute lorsqu’il s’agit de douleurs est toujours aussi faible sur le territoire français quelque soit le sujet, et c’est bien dommage.

  15. Bonjour à tous,
    Depuis 10 ans environ, et de manière croissante, je subissais maux divers et variés : douleurs chroniques, fatigue extrême, gros problèmes digestifs, pertes de conscience brutales, et autres… Mon époux, médecin généraliste, après avoir fait toutes les investigations de son ressort, ne trouvant aucune réponse, a commencé à m’envoyer voir des confrères : neurologues, cardiologues, gastroenterologues… Qui à leur tour m’ont fait passer une batterie de tests en milieu hospitaliers, certains révélant des « anomalies » mais aucune réponse à tous mes symptômes… Bref, mon mari a vu sous ses yeux mon état se détériorer de jour en jour.. Jusqu’à ce que nous prenions ensemble connaissance de la polémique Essure en décembre 2016, et que nous me reconnaissions dans les symptômes décrits ! Incroyable espoir ! Mon mari a aussitôt contacté un professeur de gynéco qui m’a opérée sans hésiter une seconde le 11 janvier, après 11 ans d’essure ! Depuis mes symptômes s’améliorent petit à petit, étrange coïncidence non ??? Il y a une vingtaine d’années j’étais « déléguée médicale », c’est à dire que je travaillais pour un laboratoire pharmaceutique et « visitais » les médecins pour les inciter à prescrire « nos » produits. Nous avions des « réponses aux objections » apprises par coeur, des « arguments » (cadeaux) des choses à ne pas dire… Et je sais que l’industrie pharmaceutique n’a qu’une seule idée en tête : le profit (même s’il faut mentir, minimiser les effets secondaires etc etc…) et est très douée pour convaincre les médecins qui eux, pour la plupart, ouf, se préoccupent de leurs patients, mais ont très peu de temps pour avoir une autre « source d’information » que les représentants des labos…
    Je n’ai donc AUCUN doute sur la responsabilité de Bayer quant aux souffrances endurées par des centaines, des milliers, d’entre nous, des années de vie gâchées… Pour le profit !

  16. Bonjour je suis à Brive-la-Gaillarde en Corrèze. Implantée il y a 8 ans, je suis libérée depuis 6 jours. L’analyse de sang screeming métaux lourds à été faite en mars par le laboratoire de toxicologie du chu de Limoges sur prescription de mon généraliste. Deux métaux lourds en surdosage : nickel et antimoine trois fois la norme admise. Je devais recevoir une facture de 160 euros, à ce jour rien. C’est ce laboratoire qui a fait mon signalement à l’ansm. Courrier reçu par mail. Je n’avais rien demandé. Juste expliqué par téléphone au laboratoire le pourquoi de ma demande. Je voulais être sûre que cet empoisonnement était dû aux implants et apporter la preuve au chirurgien qui a accepté de m’opérer mardi. Test chez allergologue négatif fait avant le screeming. Le chirurgien qui m’a implanté en 2009 a refusé l’ablation cet hiver. Il m’a prise pour une dépressive en me demandant d’aller consulter un psy….. heureusement j’ai trouvé un chirurgien nouvellement arrivé à l’hôpital de brive (ancien chef de service obstétrique hôpital de Tarbes) proche retraite à temps partiel une semaine par mois en attendant la retraite qui ne pose plus implants depuis plusieurs mois et ne fais que les retirer. Il doute alors….. il a fait une écho 3d la veille de l’opération ou localiser les implants. Il étaient bien restés dans les trompes. Il m’a garanti qu’il les ôtera des trompes après ablation et qu’il supprimera les ovaires pour éviter tout risque de crabe
    . J’ai 56 ans Ménopausée depuis 3 ans. Comme prévu il n’a pas touché à uterus et j’ai bien mes poisons en entier dans un bocal. Convalescence de 18 jours douleurs aux cicatrices de la scelioscopie et dans le bide. Pas les intestins qui se sont vidés après 3 jours de gaz….mais dans les chairs. Aucun médicament. Je compte faire une radio asp avant consultation de contrôle le 3 août. Puis dans quelques mois un nouveau screeming pour voir si je suis désintoxiquee. Et surtout espère un soulagement des douleurs articulaires musculaires troubles orl fatigue permanente pour reprendre une vie normale sans parler de ma vie intime réduite à zéro depuis longtemps (mon mari est le plus patient des hommes ). A J+6 disparition douleurs hanches et fessier droit. Voutes plantaires douleurs -50% e le tout depuis le réveil opératoire. Je ne dis rien mais je le dis quand même. aucun antalgique aucun anti inflammatoire depuis 5 jours. Beaucoup assise, position trés inconfortable avant, possible maintenant. Attendons de voir mais je me sens réellement libérée ! Il faut faire arrêter la pause des ces empoisonneuses, dire aux femmes que ces implants sont à proscrire, expliquer à nos médecins génarlistes, gynécologues ce qu’il peut arriver aux femmes. Les médias doivent nous entendre en attendant que les pouvoirs publics se réveillent un jour. Mais les lobbyings sont puissants dans notre pays, alors en attendant, vous, Mesdames et Messieurs les journalistes, expliquer, analyser, enquêter et vous serez nos meilleurs alliés. Merci pour les Libérées, les futurs Libérée et toutes les Femmes.

  17. Beaucoup de questions à propos d’essure et peu de réponse!
    Comment expliquer qu’au vu du nombre important de victimes aucune instance médicale décide de mettre en place une recherche sur les symptômes quasi similaires dont ce plaignent les porteuses d’essures( victimes)?
    Comment expliquer que les notices de différents pays ne signalent pas les mêmes effets secondaires, ni les mêmes recommandations?
    Comment expliquer que l’amsn convoque un comité d’expert qui n’a rien d’indépendant  » la directrice de l’HAS avant mai 2017, Mme Agnès Buzyn fraîchement nommée ministre de la santé et recommandant le dispositif Essure devant être évalué par Mme France Léry directrice de recherche INSERM dont le Mari de MMe Agnès Buzyn est le président directeur général de l’INSERM MR Yves Lévy, n’y aurai t il pas conflit d’intérêt ?
    Et sur quelle étude se base cette commission ? Car aucune étude réaliste n’a été ordonnée! Pour cela il aurai été nécessaire de contacter chaque porteuses d’essures et de lui faire remplir un questionnaire de santé !
    Petite précision tout de même aux États Unis Depuis 2016, la FDA exige qu’un «black box warning» (une mention d’avertissement à encadré noir) soit apposée sur les boîtes des implants Essure. C’est l’avertissement le plus sérieux que l’agence américaine puisse émettre pour des médicaments.
    Voilà mes interrogations en tant que victimes? Nous sommes prêtes à nous battre car notre corps a du se battre des mois, des années avec d’énormes retentissements sur nos vies!

  18. Bonjour
    La souffrance des femmes ayant choisi la stérilisation définitive par Essure® n’est pas une polémique. Nous sommes là pour en témoigner.
    J’ai choisi ce procédé il y a 10 ans, en 2007. J’ai bien reçu la notice officielle éditée par Bayer, détaillant le produit, le principe et l’acte médical ; mais à aucun moment n’y est fait mention de possibles effets secondaires à LONG TERME. Rien. Des études en ce sens ont elles été faites, même s’il ne s’agit pas d’un médicament mais de « matériel médical »?
    Outre la visite de contrôle du bon positionnement et de l’efficacité du dispositif trois mois après la pose, je n’ai eu aucun suivit spécifique en 10 ans.
    Dès lors, comment statuer sur un « bénéfice risque » favorable?
    De quelles données, de quelle surveillance, de quelle étude épidémiologique est-il question ?
    Faire le lien des causes à effets est difficile: es symptômes peuvent se développer autant dans la sphère gynécologique, que dans différents points du corps, aussi inattendus qu’improbables (que vous décrivez plus haut dans une liste incomplète) ; oui, faire le lien est hasardeux.
    La double souffrance après la douleur physique est celle de l’incapacité du corps médical à nous soulager… et pourtant les femmes qui procèdent au retrait du dispositif le sont toujours. D’autres sont littéralement « délivrées » et retrouvent leurs facultés « d’avant ». Ce qui est mon cas à 90%. Rien que cela devrait mobiliser des budgets d’urgence pour comprendre « ce qui se passe », des enquêtes ciblées et un arrêt de la pose comme aujourd’hui 5 états ont décidé de le faire.
    Va-t-on enfin se pencher sur l’impact de la présence définitive de métaux toxiques et des PET dans le corps humain ?
    Bénéfices(santé ou financier)/ risques (quel est le seuil acceptable dans la douleur ?): Pour qui ? Comment ? Où se trouve la priorité ?
    Merci pour ce lieu d’expression
    Isa du sud

  19. Bonjour, j’ai été porteuse d’Essure pendant 2 ans deux années qui m’ont transformé à tout jamais. Même le chirurgien pro Essure qui m’a implanté ce dispositif a été d’accord pour me le retirer au vu de la dégradation de mon état de santé et de mon état général (mon corps rejettait tout : maquillage, vernis…).
    Toute polémique mise à part pourront nous savoir un jour quel est le bénéfice risque d’une ligature classique par rapport à une salpingectomie. Pourquoi toujours implanter du métal ( clips ou Essure) alors qu ‘on peut retirer les trompes ?
    Autre question vous dites que la pose Essure est de 700 euros, il me semble qu’une ligature est 11 € plus chère . Je suis d’accord pour multiplier les 11 € par les milliers de femmes implantées mais a t pn idée du montant exorbitant des cas de femmes implantées Essure et qui ont été intolérante ou allergique au dispositif ? Nous sommes des ce.taines à avoir une idée bien précise de ce que nous avons coûté à ma sécurité sociale et à la société !

  20. Bonjour ,
    Je m’appelle Véronique LASCOUX 47 ans , 2 enfants .
    J’ai été porteuse d’Essure pendant 3 ans et demi .Durant ces 3 ans j’ai eu les symptômes que vous avez énumérés . fatigue écrasante ,hémorragies ,douleurs pelviennes,règles de 15jours ,maux de tête ,eczéma,douleurs articulaires et musculaires ,anxiéte ,depressive et j’en passe !!
    Après un long parcours ,plusieurs années d’errance médicale ou les médecins me disait « c’est l’age ,c’est dans la tête ,mais non vous n’avez rien !!! Ce sont des choses difficiles à entendre !!!
    Mon médecin généraliste me conseille de prendre rv avec un Professeur en CHU ;
    Qui me reçoit en novembre 2016 et me dit « vous faites certainement parties du faible pourcentage des femmes qui les tolèrent pas !!! Enfin une écoute !!!
    De là ,je fais les analyses allergiques qui s’avèrent positives au nickel ,chrome,cobatl!!
    Radio ASP du bassin pour vérifier qu’ils n’avaient pas migrés ,ok
    En fait on aurait jamais du me les poser !!!
    Je me suis opérée le 02/01/2017 salpingectomie bilatérale afin de me retirer les implants depuis ce jours là tous mes symptômes ont disparus !!

    Tout ceci est très positif !!! 6 mois après même mes bilans sanguins sont meilleurs ,mais depuis peu on m’a trouvé une insuffisance rénale .
    Je pense que mon corps à souffert et souffre encore d’une intoxication aux métaux lourds .
    J’ai repris une vie presque normale .
    Je me suis sentie mutilé ,détruite et maintenant je me sens victime ….

  21. Bonjour 3 ans et 3 mois d Essure auront chamboulé ma vie et pourtant je ne suis pas allergique au nickel, chrome ou cobalt!!! J ai développé rapidement ( 1 mois après la pose) des symptômes ORL, dérèglement hormonal ( menauposée à 39 ans l année de la pose d essure..) problèmes d inflammation de l estomac, oesophage, colon, sinus et des tendinites à répétition…..perte de concentration, vision toujours floue , acouphènes et de violents maux de tête . Depuis le retrait en mars 2017 ( hystérectomie) la fatigue ecrasante diminue ainsi que les autres symptômes !!! Conbien de femmes ne savent pas d ou proviennent leurs soucis de santé??? heureusement que je suis tombée sur le témoignage de Marielle Klein, d un coup j ai.compris pourquoi j étais aussi mal…..

  22. Je suis également victime des implants ESSURE. Au moment où j’ai souhaité avoir une contraception définitive, je n’ai pas eu d’alternative. Le gynéco ne m’a proposé que les implants ESSURE. Quel dommage, j’aurais préférer une ligature des trompes !! J’espère que les gynéco vont prendre conscience des effets secondaires.

  23. Pour ma part, implantée en 2011: ma condition physique et psychologique ( mon état d’esprit ) se sont dégradées lentement, sûrement ; j’ai dû me comporter conne quelqu’un de 20 années de plus minimum…douleurs, démangeaisons, tendinites à répétitions et j’en passe….j’avais demandé une ligature classique: ma gynécologue à insisté sur le fait qu’on ne pratiquait plus de la sorte et sue ces implants étaient une révolution ! 6 ans après je n’ai plus d’uterus, ni trompes, col, ovaires…fibromes, kystes,adénomyose, endometriose….plus d’hémorragie chaque mois,plus de douleurs….mais on a du m’amputer de ce qui faisait de moi une femme…on a gâché une partie de ma vie et ça continue avec une ménopause chirurgicale…sommes nous les femmes, à tel point des sous-hommes? Des sous-humains? pour à se point oser sacrifier certaines d’entre nous , sommes nous a ce point tellement inférieures pour négliger ce nombre « infime » de femmes en souffrance????? Quand serons nous reconnues comme des êtres vivants à part entière ? Le chemin est encore long…

  24. Porteuse d’Essure pendant 5 ans, j’ai vu ma santé se dégrader petit à petit, et ce un an et demi après la pose. Je n’ai fait aucun lien aucun lien avec les implants dans un premier temps. Migraines, Névralgies crâniennes, hyperacousie douloureuse te très invalidante, acouphènes, problèmes gastriques avec de nouvelles intolérances alimentaires et enfin douleurs pelviennes et kyste ovarien suspect se développant à une vitesse folle et nécessitant une hystérectomie totale. C’est mon médecin généraliste qui a tiré la sirène d’alarme par rapport aux implants et à mon terrain allergique et qui a fait tester mon allergie au nickel, qui s’est avérée positive tout comme le cobalt et le chrome. Le gynécologue, avisé de mon terrain allergique ne voyait aucune objection à la pose. Quelques jours seulement après l’opération, fini les troubles gastriques, j’ai pu réintroduire les produits laitiers, le gluten, et tous les végétaux interdits dans mon alimentation à ma plus grande surprise. C’est là que j’ai eu la preuve qu’il me fallait car je n’étais sûre de rien avant, je devais juste tenter quelque chose pour aller mieux car j’avais toujours été en bonne santé (et je n’avais pas le choix avec ce kyste). Je me remets petit à petits et espère voir les autres symptômes disparaître si les dégâts occasionnés ne sont pas irréversibles. De nombreuses femmes se plaignant d’effets secondaires de par le monde, il est important que la lumière soient faite sur ces implants et leurs effets sur les corps des patientes à plus ou moins long terme.

  25. Porteuse d Essure pendant 7 ans ,avec ses mots qui l accompagne et qu aucun medecins ne fasse le rapprochement on m a prise pour une deprimee …voir pire meme …on m a proposer Essure sans me dire les effets nefastes apres un temps de reflexion de trois mois ils etaient poses et la j ai du subir une hysterectomie totale et salpingectomie dur a se faire l idee de ne plus etre une femme !!!!! J ai beaucoup de mal a accepter …puis hemorragie trois semaine apres…je n en demandais pas tant j espere pouvoir reprendre le dessus tres vite et me sentir mieux au bout de deux mois de delivrance …a suivre

  26. Porteuse des implants essure depuis 4 ans ..posé sous anesthésie ,au réveils j’étais incapable de lire quoi que ce soit .. depuis je poste des lunettes et ma vue baisse de plus en plus…fatigue chronique +++ vertiges aléatoire ,maux de tête , douleur hanche,douleurs pelvienne ,maux de ventre aléatoire ,prise de poids +++ avec un ventre gonflées .. ménopause à 43 ans.. oui ça arrive mais je fait le lien fatalement … acouphène…analyse de sang plus ou moins correcte qui montre toujours une inflammation sans que l’on cherche pourquoi !
    Vie de Famille impacter !! Vie sociale impacter!! Vie professionnelle impacter !! Opérer prochainement,j’espère aller bcp mieux .. et aller voir ces médecins imbus de leur personne et leurs montrées NON ce n’ai pas dans ma tête !! J’ai adhérer à l’association RESIST .. qui m’a aider dans les démarches ,seule je n’y serais jamais arriver ….. depuis je lutte à leurs côté pour que essure soit retirer ,et que plus aucune femmes ne subissent ces effets néfastes …

  27. J’ai porté les implants Essure durant 6 ans. Depuis le retrait du dispositif Essure en 04/2017 je ne peux constater que l’amélioration de mon état de santé ! Je n’ai plus aucun doute sur la dangerosité de ce produit.

  28. Je suis porteuse des implants ESSURE depuis 4 ans , ils étaient bien en place lors du contrôle après les 3 mois et la pose s’était faite sans anesthésie, en clinique.
    Je découvre en décembre 2016 que de nombreuses femmes souffrent de troubles diverses et invalidants, Je me pose alors pas mal de questions, me renseigne, lis beaucoup de témoignages, découvre des parcours de femmes inimaginables, qui sont dans une détresse totale, voir suicidaire, des médecins incompétents, peut être dans l’ignorance, mais certains dans la limite du respect de la patiente, c’est choquant et puis des radios ASP sont partagées et on découvre des femmes avec 3 ou 4 implants, certaines ne le savaient même pas ! Des implants déjà cassés, voir un stérilet en supplément, ben voyons tant que ça rentre allons y gaiement !!!
    Beaucoup de femmes déclarent des symptômes quelques années après la pose.
    Alors voilà, je suis actuellement sans douleur, juste quelques petits trucs deci delà , l’âge peut-être ? ou une bombe à retardement ? Je vais rester vigilante et informée, non pas par nos médecins, seulement quelques-uns se montrent extraordinaires de par leur écoute, leur soutien et leur compétence, mais par des femmes qui souffrent et qui se battent.
    Je demande donc une plus grande vigilance avec ces implants, demander des tests allergiques avant la pose, un meilleur suivi, une méthode de pose mais aussi de retrait parfaitement étudiée et maîtrisée par nos chirurgiens, sans casse et surtout apprendre à écouter les patientes.
    Sommes-nous à la merci de ces laboratoires ? Qu’est devenue la médecine ? Celle qui soigne.
    Je suis une femme en colère et inquiète pour l’avenir de nos filles

    • Je considère que les produits mis sur le marché doivent être exempts de risques pour les patients. Je travaille avec des entreprises de dispositifs médicaux, et qui font très attention à ce point.
      Toutefois pour répondre à votre dernier point : « Qu’est devenue la médecine ? Celle qui soigne. »
      De quelle maladie souffriez-vous ? Etiez-vous réellement malade, ou avez-vous utilisé un dispositif pour vous « améliorer » (supprimer des effets naturels indésirables mais non pathologiques ?).
      Une des questions les plus importantes de cette époque est justement l’utilisation de techniques médicales à des fins visant à modifier l’humain sans finalité thérapeutique ou médicale.
      Je suis probablement violent dans cette réponse, mais il ne me semble pas absurde de poser la question.
      Quelle que soit la réponse, je reste convaincu que nul ne doit mettre en jeu sa santé, et pense sincèrement à toutes celles qui ont apporté leur témoignage ci-dessus, et aux autres personnes touchées.

      • Sans finalité thérapeutique ? Vous plaisantez j’espère… Votre réponse n’est pas violente, elle est tout simplement stupide et dénuée de réflexion justement.
        Croyez-vous que c’est par pur plaisir que nous en sommes toutes venues à poser Essure ?
        No comment…

      • Si votre réponse m’est destinée, sachez qu’Essure m’ont été posé pour des raisons médicales et non pas de « confort » comme vous le supposez il me semble. Ce que je regrette c’est que toutes ces femmes se retrouvent avec des pathologies invalidantes pour certaines et qu’il est bien difficile de faire admettre auprès des médecins et laboratoires la cause de ces implants. C’est de cette médecine donc je parle, celle qui devrait alerter et admettre qu’il y a un problème.Trouvez vous normal que l’on pose encore des Essures sans faire de test préalable sur une éventuelle allergie aux métaux ? trouvez vous normal que votre médecin vous considère comme une « casse pieds » (pour rester correcte) quand vous venez vous plaindre de vos douleurs ? Trouvez vous normal que certains chir vous assurent qu’ils ont bien retiré les implants sans casse et qu’après ASP on découvre encore des morceaux ? Ne peut-on pas admettre les erreurs et trouver une solution ? pourquoi ces femmes doivent-elles tant se battre pour qu’on les soignent ? Avoir confiance en nos médecins et ne pas devenir suspicieuse en se demandant pour qui est le profit, voila ce que j’attends et je suis petite fille de médecin de campagne ….comme on en fait plus ! ou bien ils sont si rares. Vous ne publierez certainement pas ce post, tant pis, mais j’espère au moins que vous m’aurez lu. Fallait-il que je sois « malade » pour rejoindre ces femmes dans leurs combats et oser faire un commentaire sur votre site ? Je n’ai peut être pas le « verbe » assez sûr pour m’exprimer mais ma colère est bien là.

  29. Aucun souci gynecologique auparavant
    pose des implants Essure car je désirai arrêter la contraception orale à 47 ans, le gygy me conseille donc cette methode, je lui fais confiance. …ce que je regrette amèrement car ménopausée 3 mois après. Où est le contrôle pré op sans parler du non respect des allergies….
    Sans donner le détail, des preuves biologiques prouvent mon changement depuis le retrait
    comment ne pas être indignée!!!
    Bayer est poursuivi dans plusieurs affaires et encore maintenant il doit rappeler 13 lots d’une pilule!
    Pourquoi ne pas admettre qu’il y ait un danger avec les implants Essure !!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s