Circulation extracorporelle et extrahospitalière : les vies sauvées du Samu de Paris

Bonjour

Depuis Napoléon, le baron Larrey et ses « ambulances volantes » les servants de la médecine d’urgence n’ont qu’une obsession : dispenser les soins le plus tôt possible au plus près des victimes. C’est cette belle tradition que poursuivent les urgentistes et que l’on retrouve aujourd’hui dans une publication remarquable de Resuscitation : « A Pre-Hospital Extracorporeal Cardio Pulmonary Resuscitation (ECPR) strategy for treatment of refractory out hospital cardiac arrest: An observational study and propensity analysis ». Dirigés par le Dr Lionel Lamhaut, urgentiste anesthésiste réanimateur au Samu de Paris les auteurs 1 rapportent les résultats d’un large essai fondé sur le recours à la circulation extracorporelle (ECMO – Extracorporelle Membrane Oxygenation) sur la voie publique.

On sait que l’EMCO fut longtemps réservée aux blocs chirurgicaux notamment dans les interventions dites « à cœur ouvert ». « Son intérêt pour augmenter les chances de survie en cas d’arrêt cardiaque a été démontré dès 2008, rappelle Le Figaro (Pauline Fréour) qui salue le travail du Samu de Paris. Elle stabilise le patient, permettant aux médecins d’évaluer l’état de son cerveau. La pratique s’est alors répandue en milieu hospitalier en France. Mais le Samu de Paris est récemment passé à la vitesse supérieure en faisant le pari de l’emporter au chevet du malade. »

« Avancée exceptionnelle »

La publication fait état des résultats obtenus auprès de 156 patients. Dans un premier temps (de 2011 à 2014), la CEC était demandée par le médecin envoyé sur place par le 15. Une équipe composée d’un médecin, d’un infirmier réanimateur et d’un aide-soignant, venait alors la mettre en place – si les délais étaient trop courts pour transporter le patient à l’hôpital. Dans la seconde partie de l’étude (2015), l’équipe formée à la CEC était envoyée systématiquement en parallèle des secouristes – quand le patient remplissait certains critères (moins de 70 ans et massage cardiaque commencé dès les premières minutes).

Le premier protocole  a permis de sauver 8 % des patients, le second 28 %. « Ce sont des patients qui seraient quasiment tous morts sans cela, explique le Dr Lamhaut au Figaro. L’évolution de la survie est donc vraiment importante. Nous devons toutefois encore vérifier si cela tient à une meilleure sélection des patients entre la phase 1 et 2, ou si c’est bien lié au temps gagné. »

Deux siècles après

Le Samu de Paris a d’ores et déjà formé des équipes à Lyon, Perpignan, Madrid et bientôt Bruxelles, Vienne, Londres et Melbourne. « C’est une avancée médicale et technologique exceptionnelle, estime pour sa part le Pr Patrick Goldstein, chef du pôle des urgences au CHRU de Lille (qui n’a pas participé à l’étude). La miniaturisation des pompes devrait encore faciliter l’intervention dans le futur, même si la pratique «ne sera peut-être pas reproductible partout dans le monde ».

Et rien n’interdit, deux siècles plus tard, de voir dans ces CEC extra-hospitalières les directes héritières des « ambulances volantes » du Dr Dominique-Jean Larrey (1766-1842), chirurgien en chef de la Grande Armée.

A demain

1 Lionel Lamhaut, Alice Hutin, Etienne Puymirat, Jérome Jouan, Jean-Herlé Raphalen, Romain Jouffroy, Murielle Jaffry, Christelle Dagron, Kim An, Florence Dumas, Eloi Marijon, Wulfran Bougouin, Jean-Pierre Tourtier, Frédéric Baud, Xavier Jouven, Nicolas Danchin, Christian Spaulding et Pierre Carli.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s