Homosexualité et procréations : précisions et interrogations après l’indiscrétion de Libération

Bonjour

La fort dérangeante indiscrétion de Libération (Eric Favereau) sur le prochain avis du Comité national d’éthique mérite quelques précisions et interrogations. On peut, dans le Libé de ce 13 juin, lire ceci :

« Selon nos informations, le groupe de travail du CCNE a pris position sur l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes. Mais quid des femmes seules ? Parallèlement, ledit groupe s’opposerait à la GPA, comme à l’autoconservation des ovocytes. On peut supposer – mais ce n’est pas automatique – que l’avis a été validé en assemblée plénière du CCNE. On peut l’imaginer, d’autant plus que le nouveau président du CCNE, dans ses précédentes fonctions, et en particulier à la tête de l’Agence nationale de recherche sur le sida, s’est toujours montré ouvert sur ces questions. »

Or, selon nos informations, les conclusions du groupe de travail du Comité national d’éthique n’ont, précisément, pas été validée par le comité plénier de cette institution. La réunion doit se tenir dans quelques jours et tout laisse penser que les débats ne seront pas dénués de vivacité. Sans préjuger le rôle que pourra jouer Jean-François Delfraissy (nouveau président nommé par François Hollande) il sera du plus vif intérêt d’observer de quelle manière les arguments développés hier par le Comité pourraient être balayés.

Question éthique majeure

 Il faut  ici relire l’avis n° 90 (adopté le 24 novembre 2005 à l’unanimité des membres du CCNE moins une abstention). On y trouvera ceci, au chapitre « Accès à l’AMP des personnes seules et/ou homosexuelles » :

« La loi française est formelle, exigeant la présence d’un homme et d’une femme, à l’origine du projet parental. Si l’AMP était ouverte aux personnes seules et/ou aux homosexuels, cela impliquerait une indifférence des donneurs de spermatozoïdes ou d’ovocytes, au destin de leurs gamètes qui pourraient être donnés à un couple hétérosexuel ou homosexuel ou à une personne seule sans choix préalable de leur part. La levée de l’anonymat qui serait éventuellement réclamée par des receveurs ou des donneurs volontaires dans une telle situation, introduirait paradoxalement une discrimination.

 « Si l’indifférence au destin final de leurs gamètes n’était pas partagée par le plus grand nombre de donneurs en situation d’anonymat, cela risquerait de tarir la source du don par crainte d’un destin de leurs gamètes dont ils ne veulent pas. La possibilité d’un double circuit, limité à cette question donneurs anonymes et non anonymes en fonction de la sexualité ou du célibat de la personne receveuse pose d’emblée une question éthique majeure. »

Et encore :

« L’AMP a toujours été destinée à résoudre un problème de stérilité d’origine médicale et non à venir en aide à une préférence sexuelle ou à un choix de vie sexuelle. L’ouverture de l’AMP à l’homoparentalité ou aux personnes seules ouvrirait de fait ce recours à toute personne qui en exprimerait le désir et constituerait peut-être alors un excès de l’intérêt individuel sur l’intérêt collectif. La médecine serait simplement convoquée pour satisfaire un droit individuel à l’enfant. »

 Ces éléments et de cette mémoire seront au cœur, demain, du comité plénier du Comité national d’éthique français pour les sciences de la vie et de la santé. Quel poids aura, alors, « l’indiscrétion » de Libération ?  Des voix s’élèveront pour dire que quelques pays étrangers font une lecture différente de celle de la France, que les temps sont venus de changer, que tout est désormais en marche, qu’existe une nouvelle dynamique qui doit renouveler la réflexion éthique. Personne n’évoquera publiquement les souhaits personnels, sur le sujet de l’homosexualité et de la procréation, du nouveau président de la République.

A demain

 

 

2 réflexions sur “Homosexualité et procréations : précisions et interrogations après l’indiscrétion de Libération

  1. Tout est dit dans cette citation du Pr Delfraissy : « Mais je tiens à préciser que notre réflexion est évolutive. L’avis du CCNE qui sortira au printemps 2017 sera différent de celui qui serait sorti il y a deux ans ; j’en suis persuadé. Nos réflexions sont valables pour un temps donné, dans un contexte sociétal et international qui est lui-même mouvant et changeant. »
    http://www.famillechretienne.fr/politique-societe/bioethique/pr-delfraissy-l-avis-sur-la-pma-sera-rendu-public-apres-l-election-presidentielle-216990

  2. D’abord bien nommer les choses : d’un côté une « procréation médicalisée et assistée » et de l’autre une « procréation sans père ». A partir de là, il n’y a plus de confusion. A ce propos, j’aimerais que Jupiter m’explique ses arguments à savoir le lien entre « PMA » et « égalité homme femme » ainsi que les limites d’un « droit à un traitement médical ». Jupiter Minus ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s