Etat d’urgence : le gouvernement imposera-t-il onze vaccinations chez les jeunes enfants ?  

Bonjour

A la veille des élections législatives, Agnès Buzyn a choisi Le Parisien : « La ministre de la Santé Agnès Buzyn réfléchit à ‘’rendre onze vaccins obligatoires’’ » 1. C’est un entretien exclusif doublé d’une opération « coup de sonde ». La nouvelle ministre de la Santé (et des Solidarités) n’annonce pas une décision politique mais fait part de ses réflexions. Elle envisage d’élargir une obligation. Cela donne des phrases comme : « Je déteste la coercition. Ce n’est pas dans mon tempérament, mais là, il y a urgence ».

On connaît le dossier. Aujourd’hui, seuls trois vaccins sont obligatoires chez l’enfant (contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite). Or ces trois vaccins ne sont pas disponibles à eux seuls. Ils sont, sous différentes formes, associés à d’autres qui ne sont que recommandés (contre la coqueluche, l’hépatite B ou la rougeole) C’est là une incohérence qui alimente les nouveaux bataillons anti-vaccinaux. Agnès Buzyn :

« Ce double système est une exception française. Cela pose un vrai problème de santé publique. Aujourd’hui, en France, la rougeole réapparaît. Il n’est pas tolérable que des enfants en meurent : dix sont décédés depuis 2008. Comme ce vaccin est seulement recommandé et non obligatoire, le taux de couverture est de 75 % alors qu’il devrait être de 95 % pour prévenir cette épidémie. On a le même problème avec la méningite. Il n’est pas supportable qu’un ado de 15 ans puisse en mourir parce qu’il n’est pas vacciné. Nous réfléchissons donc à rendre obligatoires les onze vaccins pour une durée limitée, qui pourrait être de cinq à dix ans. L’Italie l’a fait la semaine dernière. »

La foudre et les éclairs

Reprenant une idée développée par le Pr Benoît Vallet, Directeur Général de la Santé la nouvelle ministre « se pose tous les jours la question » de savoir si elle ne va pas imposer à l’ensemble des professionnels de la santé la vaccination anti-grippale : « Je ne comprends pas ceux qui ne s’immunisent pas, ils font courir un risque à leurs patients. On réfléchit à ce que cela devienne obligatoire pour eux. J’en discuterai avec l’ordre des médecins et des pharmaciens. »

Sans même avoir pris une décision la ministre a d’ores et déjà déclenché la foudre.  « Dès que l’on parle d’obligation vaccinale cela déclenche des polémiques », prévient dans les colonnes du Parisien le Pr Alain Fischer, président de la récente Concertation citoyenne sur les vaccinations. Malheureusement, il n’y a pas d’autres solutions. » « Ce serait une hérésie, estime pour sa part Jacques Bessin, président de l’Union nationale des associations citoyennes de santé. Les vaccins ont des effets secondaires neurologiques, musculaires mal mesurés et parfois irréversibles ».

Le mépris et l’industrie

Et, déjà, il faut compter avec la réaction de Michèle Rivasi (« députée européenne EELV, biologiste normalienne et agrégée ») :

« Alors que la défiance des citoyens envers les vaccins est considérable suite à la multiplication des scandales sanitaires à répétition, la restauration de la confiance ne passe pas par l’infantilisation et le mépris des parents inquiets pour la santé et le système immunitaire de leurs enfants.

D’autre part, on peut s’interroger sur le cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques par une Ministre qui s’est toujours dit proche de l’industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d’intérêts qui sont en partie à l’origine de la mise en péril de notre système de santé publique aujourd’hui. »

On attend la suite du dossier. Un dossier éminemment politique qui, à l’évidence, sera arbitré par le locataire du Palais de l’Elysée.

A demain

1 Vaccinations contre la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, et les infections par Haemophilus influenzae, un pneumocoque et le méningocoque C.

 

 

2 réflexions sur “Etat d’urgence : le gouvernement imposera-t-il onze vaccinations chez les jeunes enfants ?  

  1. C’est ça la société civile. Des patrons de l’informatique qui vont légiférer sur le numérique, des agro-industriels sur l’alimentation, des médecins liés aux labos sur…

  2. Il y a urgence pour qui…Il ne me semble pas que tous les enfants de France soient des victimes de la rougeole…Il y a urgence pour bâillonner la parole..falsifier les chiffres et faire croire au peuple que nos vies sont en sursis sans l’élixir que les laboratoires nous ont gentiment concocté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s