Véridique : les buralistes réclament une politique de lutte efficace contre le tabagisme

Bonjour

Agnès Buzyn, nouvelle ministre de la Santé (et des Solidarités) reste silencieuse sur le principal dossier de santé publique dont elle a la charge : la lutte contre le tabagisme. Elle semble, avec ses nouvelles fonctions, avoir oublié ce que furent ses convictions quand elle était à la tête de l’Institut National du Cancer. Le cas est connu : il est des maroquins républicains qui font perdre la mémoire.

La mémoire est-elle une spécialité des buralistes ? Le président de leur Confédération vient d’adresser un courrier à la ministre de la Santé. Et le site des buralistes en révèle l’essentiel. Cela donne des phrases aussi formidables que celles-ci :

 « Il va de soi que nous ne sommes en rien opposés à une politique de lutte contre le tabagisme efficace, parfaitement conscients que nous sommes des risques que le tabac représente en termes de santé publique. Nous avons d’ailleurs à plusieurs reprises proposé aux ministres de la santé successifs que le réseau des buralistes soit associé à cette politique, par exemple à travers la vente de substituts nicotiniques. Puisque le fait est là : les buralistes sont au contact quotidien des fumeurs. »

 Une consommation intacte

Les buralistes font aussi une lecture politique de la situation passée et présente. Il observent « les mauvais résultats de notre politique de lutte contre le tabagisme, au regard de la situation observée dans des pays voisins ». Et selon eux l’incurie des gouvernements précédents « pourrait conduire les pouvoirs publics à remettre en question les grandes orientations prises sans succès depuis des décennies ». Où l’on revient sur l’abcès du « paquet neutre » voulu et imposé par Marisol Touraine, ex-ministre. « Les premiers chiffres enregistrés en France laissent penser que la consommation de tabac n’en a pas été affectée » estiment les buralistes qui rêvent encore de le voir disparaître.

L’augmentation des prix ? « Cette mesure est en réalité illusoire, comme le montre la progression – constatée d’année en année et mesurée officiellement par la direction générale des douanes – du marché parallèle du tabac (c’est-à-dire l’ensemble des produits de tabac achetés hors du réseau officiel des buralistes : contrebande et trafics divers, achats transfrontaliers, achats sur Internet, …) » estiment-ils. On avoue, ici, ne pas être certain de percevoir toutes les finesses du raisonnement buralistique.

 Au final les buralistes espèrent avoir donné un aperçu à la ministre de la complexité du problème de la lutte contre le tabagisme. « Sans doute les priorités que nous réclamons méritent-elles quelque attention de la part des pouvoirs publics, concluent-il. Sans oublier la pédagogie à laquelle nous savons que vous êtes attachée et qui, probablement, n’a pas été suffisamment développée, notamment en milieu scolaire ». Quand on connaît la proportion des adolescents qui fument en France (et achètent du tabac à des buralistes qui ne devraient pas leur en vendre), ce probablement est tout bonnement admirable.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s