Arrêt-maladie : le gouvernement va éradiquer le micro-absentéisme de la fonction publique

 

Bonjour

Il faut imaginer Gérald Darmanin heureux. Ministre de l’Action et des Comptes publics à 34 ans l’homme est tout sauf un idéologue. Jadis à droite il est aujourd’hui macronien. Son parcours dit son pragmatisme. Peut-être pas prêt à tout, mais prêt à beaucoup.

Gérald Darmanin, d’origine modeste, aura usé à merveille de ce qui restait de l’ascenseur républicain. Diplômé de Sciences Po (Lille) – après le lycée privé catholique des Francs-Bourgeois (Paris, 4ème arrondissement). Commence à militer à 16 ans aux côtés de Jacques Toubon. Intègre la direction des « Jeunes du RPR ». Rejoint Christian Vanneste à qui il succède comme délégué de l’UMP dans le Nord. Ne redoute pas, sur sa droite, quelques extrêmes.

Souffrances

Proche collaborateur (puis chef de cabinet) de David Douillet (au secrétariat d’État chargé des Français de l’étranger, puis au ministère des Sports). Elu député de la dixième circonscription du Nord en juin 2012.

Cinq ans plus tard, ministre, il annonce que le « jour de carence pour les arrêts maladie dans la fonction publique » – annonce faite le  jeudi 6 juillet lors des Etats généraux des comptes de la nation réunis à Bercy. Gérald Darmanin :

« Même si le jour de carence ne doit pas être le seul instrument pour lutter contre l’absentéisme des agents, qui est aussi la conséquence de souffrances d’une partie d’entre eux (…), il permet de lutter contre le micro-absentéisme qui désorganise les services, alourdit la charge de travail des collègues en poste et coûte environ 170 millions d’euros par an. »

Retour du jour de carence

On se souvient peut-être que la suppression du jour de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie avait été adoptée par l’Assemblée en novembre 2013 (François Hollande était alors président de la République et Emmanuel Macron se rapprochait du Palais de l’Elysée).

Depuis cette date les agents des services publics étaient « indemnisés » dès le premier jour d’absence. C’est fini, retour de la carence. Sa restauration était une promesse du candidat Macron. A ce propos, une question: pourquoi un seul jour ? Quant aux agents de la fonction publique, comme les prescripteurs des arrêts-maladie, ils apprécieront sans aucun doute la formulation orwellienne 1 :  « micro-absentéisme ».

A demain

1 Remarquable : « Avoir raison avec Orwell », par Brice Couturier, sur France Culture

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s