Quand connaîtrons-nous la vérité sur les ventes de tabac et de substituts nicotiniques ?

 

Bonjour

Nous évoquions il y a peu, dans ce blog, le constat inquiet que venait de nous transmettre un très sérieux et très avisé observateur (merci à l’observateur) :

« Nous sommes le 8 juillet et le dernier ‘’Tableau de Bord Tabac’’ de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) est celui de février … ! Ni avril, ni mai alors qu’il s’agit d’un simple report des commandes des buralistes et des pharmacies. N’y aurait-il pas de fumée sans feu ? ».

Aussitôt une réponse-commentaire (merci au commentateur) : « Pour le Tableau de Bord Tabac rie d’anormal, ils avaient annoncé que « L’OFDT procédera dorénavant à une analyse trimestrielle des données d’approvisionnement des buralistes et des officines de pharmacie, permettant de prendre davantage de recul par rapport aux variations observées qui pour leur part resteront mensuelles. » »

De fait on pouvait lire ces précisions sur le site de l’OFDT en date du 28 avril.

Panurge et les nouveaux godillots

L’OFDT procède donc dorénavant à une « analyse trimestrielle » des données « d’approvisionnement des buralistes » ; mais aussi « des officines de pharmacie » (pour les aides au sevrage tabagique). Pourquoi ce retard dans l’enregistrement de données essentielles d’un point de vue sanitaire ? Pour « prendre davantage de recul par rapport aux variations observées qui pour leur part resteront mensuelles ».

Pourquoi ce relâchement statistique ? Sont-ce des difficultés budgétaires mal masquées ? Et l’on en vient ici à imaginer un autre système : l’application systématique et rapprochée, aux ventes de tabac et de substituts nicotiniques, de cette traçabilité chiffrée que réclament les buralistes (pour lutter contre les ventes de contrebande). Une traçabilité chiffrée. Une traçabilité à laquelle on ajoutera la vérité dur les cigarettes électroniques…

La chose n’a rien d’impossible dans un pays jacobin où les buralistes et pharmaciens disposent de monopoles. Elle permettrait, en vrai grandeur et en temps réel de disposer d’indicateurs modernes sur les deux versants de la principale addiction du pays. La première cause de mortalité (prématurée) évitable comme vient de le dire Edouard Philippe II devant des députés – des députés dont une très large majorité est d’ores et déjà accusée d’imiter les moutons du Panurge du Dr François Rabelais. Des moutons qui, comme on le sait, nouveaux godillots, sont en marche vers l’abîme…

A demain

 

Une réflexion sur “Quand connaîtrons-nous la vérité sur les ventes de tabac et de substituts nicotiniques ?

  1. Comme vous le soulignez, pour le tabac l’OFDT suit les ventes en bureau de tabac.
    Il me semble que l’ex ministre de la santé avait annoncé un suivi annuel de la consommation, dont pour ma part je n’ai pas vu la couleur.
    Dommage !
    Idem pour la e-cig, pour laquelle l’étude « etincel » réalisée en 2013 est restée orpheline.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s