Vaccinations pédiatriques et « autisme » : la justice française va bientôt devoir trancher

Bonjour

La guerre des vaccins est déclarée. C’est une information du Parisien (Elsa Mari) : pour la première fois en France une action de groupe sera introduite en septembre par l’association Autisme Vaccinations. L’action sera conduite devant le tribunal de grande instance (TGI) de Paris contre quatre géants pharmaceutiques français, américain et anglais (Sanofi, Pfizer, Eli Lilly et GlaxoSmithKline). Près d’une centaine de familles entendent « demander réparation des dommages causés par la vaccination pédiatrique », responsable selon elles d’une recrudescence des cas d’autisme chez les jeunes enfants.

Cette « première française » est aussi dernier rebondissement en date d’une vieille affaire, celle des liens supposés (et jamais scientifiquement démontrés) entre certaines vaccinations et certains syndromes autistiques.

Anti-vaccins américains

« Derrière cette action en justice d’envergure, une femme : Martine Ferguson-André, militante acharnée, membre de la commission de santé d’Europe Ecologie-les Verts (EELV), précise Le Parisien. Elle affirme que son fils, Tom, est devenu autiste après avoir reçu cinq vaccins à l’âge de dix mois. Principale cause, le thiomersal, qui aurait été détecté dans le sang de l’enfant. Ce composé contenant du mercure, utilisé comme conservateur, a été retiré par précaution des vaccins en 2000 à la demande des autorités de santé. A l’époque, les études réalisées n’avaient pas permis de conclure à un risque potentiel. »

Mme Ferguson-André explique qu’elle va attaquer en justice « pour connaître la vérité ». Elle est soutenue dans son combat par Marie-Odile Bertella-Geffroy, célèbre ancienne juge d’instruction du pôle santé publique du TGI de Paris, désormais avocate, qui aura un rôle de conseiller. Ce qui pourrait, qui sait, soulever la question hypothétique du conflit d’intérêts. Mme Ferguson-André est d’autre part proche du courant anti-vaccins américain. Elle affirme que son action de groupe est soutenue par Robert Kennedy Junior, un neveu de l’ancien président. « Il a été nommé à la commission sur la sécurité de la vaccination par Trump et sera présent à Paris en septembre à nos côtés » dit-elle.

Onze vaccinations obligatoires

Depuis le diagnostic de son fils Mme Ferguson-André se présente comme une lanceuse d’alerte, « qui met sa vie en jeu ». Ses propos sont parfois teintés d’angoisse, observe Le Parisien. « J’ai de la chance d’être encore vivante, je reçois des lettres anonymes de menace de mort, mon appartement a aussi été fouillé. »

Cette action en justice coïncide avec la décision gouvernementale de rendre obligatoires onze vaccinations pédiatriques. Elle fait suite à une récente décision de la Cour de justice de l’Union européenne de Luxembourg : « En l’absence de consensus scientifique, le défaut d’un vaccin et le lien de causalité entre celui-ci et une maladie peuvent être prouvés par un faisceau d’indices graves, précis et concordants ». Il s’agissait alors des liens hypothétiques (et jamais scientifiquement démontrés) entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques.

La prochaine action en justice devant le TGI de Paris fait partie, dit Le Parisien, de la « stratégie de la mouvance opposée à la vaccination ». La guerre des vaccins commence bel et bien.

 

A demain

 

2 réflexions sur “Vaccinations pédiatriques et « autisme » : la justice française va bientôt devoir trancher

  1. Voilà où mène la décision absurde de rendre 11 vaccins obligatoires : elle renforce la propagande antivaccinale qui ne répond à aucune preuve scientifique . La pseudo étude cas témoins de Wakefield dans le Lancet visant à montrer un lien entre vaccination contre la rougeole et autisme n’était qu’une publication de faussaire .Quant à la soi-disant explosion de la prévalence de l’autisme depuis 20 ans, le travail d’une équipe suédoise publiée dans le BMJ montre que les changements de définition et la prise en compte de troubles qui n’étaient pas mentionnés autrefois suffisent à expliquer cette pseudo croissance. .http://www.bmj.com/content/350/bmj.h1961 (Sébastien Lundström)
    Plutôt que d’analyser le rapport bénéfices risques de chaque vaccin, 2 camps irréconciliables retranchés dans leur dogmatisme pseudoscientifique se livrent une guerre d’un autre temps .
    La négation par certains des changements de définition, de l’évolution de l’imagerie et par conséquent aussi de l’explosion des sur diagnostics ( entre autre cancers de la prostate, du sein, de la thyroïde, des troubles de l’attention avec hyperactivité etc) attribuables à ces nouvelles définitions et à l’imagerie entraîne une vision catastrophiste de l’évolution sanitaire des pays industrialisés, occultant les problèmes environnementaux et surtout les expositions professionnelles délétères qui expliquent en grande partie les inégalités sociales de santé.
    Quant à l’église de la vaccinologie, elle refuse de prendre en compte les effets indésirables de certaines vaccinations et surtout les modifications de l’écologie des maladies infectieuses liée à l’éradication de certaines d’entre elles, ce que Grmek, grand historien de la médecine , appelle la pathocénose .

  2. Je ne suis pas très calé en matière d’autisme, mais je pense aussi que plusieurs vaccins c’est un peu exagéré et cela pourrait vraiment avoir des conséquences sur l’état de santé des enfants. Il faudrait mieux contrôler ses vaccins ainsi que les entreprises pharmaceutiques qui les proposent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s