Pourquoi les Allemands fument-ils moins que les Français ? Les dérangeantes réponses d’Arte  

Bonjour

C’est acté: le Premier ministre Edouard Philippe vient de faire savoir qu’un nouveau plan de lutte contre le tabagisme serait dévoilé en septembre. Plan de lutte national qui pourrait comporter une hausse d’un euro du prix du paquet à compter du 1er janvier – et qui évoquera la nécessaire « harmonisation européenne » dans ce domaine. Une formule vide dans une Europe marquée par de profondes différences quant à la prévalence du tabagisme. Un exemple en est donné par le remarquable travail diffusé il y a peu sur Arte visant à comprendre les écarts existant des deux côtés du Rhin : « L’Allemagne éteint sa cigarette, la France en rallume une ». Un documentaire éminemment politique.

 Les adolescents allemands fument aujourd’hui nettement moins que les adolescents français. Pourquoi ? « Cela est probablement dû à tout un travail, en profondeur, de prévention et d’accompagnement auprès des adolescents, menés par les différents länder » estime le site des buralistes français. Résumé des principaux chapitres abordés dans le documentaire d’Arte.

Les Allemands sont moins nombreux à fumer 

Il est plus facile d’acheter des cigarettes en Allemagne qu’en France. Il suffit d’aller au distributeur automatique ou au supermarché et, en moyenne, les cigarettes y sont moins chères. L’Allemagne est aussi le seul pays européen avec la Bulgarie où la publicité pour le tabac est encore partiellement autorisée (comme dans les salles de cinéma après 18 h). Et pourtant, le tabagisme recule : 25% de la population contre 35,1% en France.

« En faisant passer des lois visant à protéger les non-fumeurs, l’Allemagne a connu une profonde mutation, explique le Dr Ute Mons (Centre allemand de recherche sur le cancer). Fumer est moins bien vu qu’auparavant. Les jeunes sont moins nombreux à fumer depuis que l’usage de la cigarette est restreint dans les bars et restaurants et dans l’espace public. » Ce sont surtout les multiples augmentations du prix du tabac qui ont maintenu la jeunesse, plus sensible au prix, éloignée de la cigarette.

Les politiques anti-tabac n’empêchent pas les Français de fumer

« Les politiques menées en France ont conduit à l’interdiction de fumer dans les lieux publics et dans l’ensemble des bars et restaurants, résume Arte. Aucune publicité pour les cigarettes n’est autorisée et pour s’en procurer, il faut se rendre dans un bureau de tabac. Le prix du paquet dépasse largement les 4,74 euros que coûte en moyenne un paquet au sein de l’UE. Recouverts d’images chocs dans les deux pays, les paquets français sont standardisés en France depuis le 1er janvier. La loi qui a rendu les paquets neutres visait à réduire l’attractivité des cigarettes et, surtout, à dissuader les jeunes de fumer. En vain, pour le moment. »

Les jeunes Français fument plus, malgré des produits moins accessibles qu’en Allemagne où la limite d’âge peut être facilement contournée grâce aux distributeurs automatiques non surveillés. Dans les deux pays, l’âge minimum légal est de 18 ans. Une étude montre toutefois que 74% des buralistes français vendent du tabac aux mineurs.

Fumer, un besoin social français ?

« En théorie, les mesures de prévention fonctionnent toujours, déclare le docteur Ute Mons. Mais, quelles que soient les lois votées, le contexte culturel joue un rôle majeur. Et on a l’impression qu’en France, fumer est une pratique ancrée dans la culture. » C’est aussi la conclusion de l’historien Didier Nourrisson, auteur de Cigarette, histoire d’une allumeuse. La population française n’a réellement accès au tabac que depuis le 19e siècle, alors qu’on fume depuis plusieurs siècles en Allemagne.

« Aujourd’hui encore, fumer est un besoin social et quasiment démocratique. Ce besoin remonte à la Révolution française, moment où les Français ont non seulement réussi à accéder au pouvoir, mais aussi au tabac. C’est encore ancré dans l’esprit des gens. C’est une sorte d’héritage culturel qui se transmet inconsciemment de génération en génération » explique-t-il.

De ce point de vue la cigarette électronique constitue, selon lui, une occasion manquée. Du moins jusqu’à présent. Après les aveuglements de Marisol Touraine sur le sujet on attend, avec intérêt, le sort que lui réserve le Premier ministre Edouard Philippe et son gouvernement.

A demain

 

Une réflexion sur “Pourquoi les Allemands fument-ils moins que les Français ? Les dérangeantes réponses d’Arte  

  1. Fumer est un acte culturel : belle définition. La prévention, elle, se fonde sur le besoin obsessionnel et exclusif d’empêcher les gens de fumer. Là réside son échec : enlever de force quelque chose qui fut important ( le tabac dans les tranchées il y a 100 ans) dans la survie de beaucoup pour ne RIEN METTRE A LA PLACE qu’un catéchisme hygiéniste culpabilisant qui ne persuade personne.
    C’est une affaire culturelle, OK. Pensons des alternatives culturelles qui rendraient inutiles les béquilles addictives multiples dont nous avons un tel besoin. Par exemple la dépendance à l’alcool dont souffre 10% des adultes de tous les pays. La réalité est le seul juge suprême, les modifications culturelles se font d’elles-mêmes, jamais sur injonction de quelque autorité que ce soit. La dictature de Franco – ou tout autre – ne se serait pas établie si elle n’avait pas poussé sur le terreau fertile du peuple hispanique ! Ne renonçons pas à nos fertilités personnelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s