Fumer dans les collèges et les lycées : face à la polémique, Edouard Philippe a tranché  

Bonjour

Suffirait-il donc parfois, sous l’ère Macron, de parler pour être entendu ? Quelques jours après la résurgence médiatique d’une invraisemblable polémique, le Premier ministre Edouard Philippe a tranché. Et il a, via l’AFP, tenu à ce que la France le sache. L’interdiction de fumer dans l’enceinte des collèges et lycées restera strictement appliquée, a indiqué Matignon – et ce en dépit des hypothétiques inquiétudes quant à d’éventuels attentats visant les attroupements (plus ou moins) tabagiques à la sortie des établissements.

« À l’heure où le gouvernement va engager une campagne de lutte contre le tabagisme, et alors que la sécurité aux abords des établissements a été renforcée dans le cadre de la nouvelle posture Vigipirate Attentats, il n’est pas question d’affaiblir le décret du 15 novembre 2006 qui interdit de fumer à l’intérieur des établissements », a indiqué Matignon à l’AFP.

Appel présidentiel discret

Où l’on voit, comme nous l’avancions, que Jean-Michel Blanquer ministre de l’Education nationale n’a pas été à même de prendre seul la décision. La décision, annoncée ce lundi 4 septembre, a été prise par Édouard Philippe à la suite d’une réunion avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, et Jean-Michel Blanquer, a précisé Matignon. Et rien n’interdit d’imaginer un appel discret d’Emmanuel Macron, président féru de prévention.

Le site des buralistes français rappelle que la piste avait été évoquée d’autoriser les chefs d’établissement à permettre aux élèves de fumer dans l’enceinte des lycées, afin d’éviter des attaques visant les élèves regroupés devant l’établissement, par exemple à la voiture-bélier. Il ajoute que depuis les attentats de 2015, les ministères de l’Éducation et de la Santé avaient envoyé des messages contradictoires aux chefs d’établissement, le premier vers un assouplissement, le second maintenant l’interdiction absolue. Avant que le Pr Benoît Vallet, Directeur général de la santé s’attaque au dossier et l’emporte, l’an dernier, devant la justice administrative.

Edouard Philippe et la cigarette électronique

Et maintenant ? Pourquoi ne pas rebondir et aller plus loin comme le suggèrent, fort opportunément la Fédération Addiction et son président Jean-Pierre Couteron ? « Réfléchir à la mise en sécurité des adolescents fumeurs, dans un contexte de menaces terroristes, ne peut être reproché à ceux qui en ont la charge. Cependant les dangers du tabac et l’importance de la période adolescente dans les addictions, justifient d’autres solutions que de les abandonner les lycéens dans des espaces fumeurs » expliquent-ils.

Sur ce terrain, les professionnels de la Fédération Addiction proposent de répondre par la logique de l’Intervention Précoce. Ils observent (c’est un méchant euphémisme) que « l’interdit de vente du tabac aux mineurs est encore trop souvent mal respecté ». Aussi suggèrent-ils la création « même ponctuelle » d’espaces pour l’arrêt du tabac et sa réduction des risques, présentant des outils comme les patchs, les substituts nicotiniques et le vapotage.

Où l’on en vient à s’interroger : que pense le Premier ministre Edouard Philippe de la cigarette électronique ?

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s