Cigarette électronique : le dramatique déni français face au génie pragmatique britannique

 

Bonjour

Dans quelques jours débutera la célèbre campagne automnale britannique « Stopober » d’incitation à l’arrêt du tabac. Et pour la première fois la cigarette électronique sera présente, comme nous l’explique la BBC : « Quit smoking campaign Stoptober backs e-cigs for first time ». Et que l’on parle ou non l’anglais tout nous est dit dans cette vidéo : https://www.nhs.uk/oneyou/stoptober/home#SjYDLZWcyYTwUlVj.97. Où l’on apprend, encore, que l’Ecosse elle aussi se range à l’avis de Londres : la cigarette électronique est définitivement moins nocive que la consommation de tabac.

C’est une nouvelle fois la démonstration éclatante du pragmatisme britannique : même si la cigarette électronique n’est pas officiellement recommandée par le National Health Service elle figurera dans la campagne gouvernementale parmi les possibilités permettant d’arrêter de fumer ; une décision prise à la lumière des résultats de « Stopober » de l’an dernier où elle est devenue l’outil le plus populaire spontanément choisi par le volontaires souhaitant en finir avec le tabac.

Autre preuve de pragmatisme : la BBC précise que la nouvelle campagne Stoptober résulte du fait que les experts du gouvernement ont été encouragés par de nouveaux résultats plaidant en faveur de l’efficacité du recours à la cigarette électronique lors des tentatives d’abandon du tabac. « Les chercheurs de University College London ont constaté que 20% des tentatives ont réussi au premier semestre de 2017, contre 16% au cours des dix dernières années, précise la BBC. Le médecin-chef adjoint du gouvernement, la Pr Gina Radford, a déclaré que les cigarettes électroniques jouaient un rôle important et que, comme elles contiennent ‘’95% de moins de produits nocifs’’, il était juste d’en faire la promotion pendant ‘’Stoptober’’. »

L’invraisemblable déni du gouvernement français

Concernant les professionnels de la santé, le Pr Radford a déclaré à la radio de la BBC reconnaître que les autorités sanitaires reconnaissent désormais que les cigarettes électroniques sont utilisées par les fumeurs et peut les aider à abandonner le tabac. « Par conséquent, engagez les gens à discuter de la façon dont ils les utilisent, encouragez-les à les utiliser uniquement dans le cadre d’une tentative d’arrêt … dites-le clairement que bien qu’elles sont beaucoup moins nocives que les cigarettes de tabac, elles ne sont pas totalement sans risque. »

Selon les dernières données officielles on recensait, en Grande Bretagne, un peu plus de 15% de fumeurs en 2016, contre 21% en 2007 et plus de 26% en 2000. Et parallèlement à cette évolution le vapotage ne cessait d’augmenter : aujourd’hui une personne sur 20 de plus de 16 ans utilise régulièrement des cigarettes électroniques.

En France, tout aussi officiellement, près d’une personne sur deux âgée de 18 à 34 ans fume (et une sur trois entre 15 à 19 ans alors que la vente est interdite aux mineurs…). Toujours en France la prévalence du tabagisme atteint  46% chez les femmes de 20-25 ans, et  55 % chez les hommes de 26-34 ans : des taux parmi les plus élevés recensés dans les pays occidentaux et dans le monde. Et comme chacun sait le gouvernement français actuel, comme ceux du précédent quinquennat, reste enfermé dans un invraisemblable déni quant à l’intérêt de la cigarette électronique au service d’une politique de réduction des risques.

A demain

 

 

2 réflexions sur “Cigarette électronique : le dramatique déni français face au génie pragmatique britannique

  1. « la cigarette électronique est définitivement moins nocive que la consommation de tabac. »

    Oui, mais non .

    La BBC dit :
    NHS Health Scotland: E-cigs ‘definitely’ less harmful than smoking

    Ce qui veut dire la cigarette électronique est sans aucun doute moins nocive que la consommation de tabac.

    « Définitivement » c’est « definitively »

    Definitely selon l’américain Webster’s dictionary :
    Synonyms : all right, alright, assuredly, certainly, clearly, indeed, doubtless, easily, forsooth, hands down, inarguably, incontestably, incontrovertibly, indisputably, plainly, really, so, sure, surely, truly, unarguably, undeniably, undoubtedly, unquestionably

    Perfide langue albionesque.

    Encore une preuve au delà des faux amis: (entre autre sur le site plainlanguage.gov) (les mots identiques à l’écrit n’ont rien à voir à l’oral):

    The bandage was wound around the wound.
    The farm was used to produce produce.
    The dump was so full that it had to refuse more refuse.
    We must polish the Polish furniture.
    He could lead if he would get the lead out.
    The soldier decided to desert his dessert in the desert.
    Since there is no time like the present, he thought it was time to present the present.
    A bass was painted on the head of the bass drum.
    When shot at, the dove dove into the bushes.
    I did not object to the object.
    The insurance was invalid for the invalid.
    There was a row among the oarsmen about how to row.
    They were too close to the door to close it.
    The buck does funny things when the does are present.
    A seamstress and a sewer fell down into a sewer line.
    To help with planting, the farmer taught his sow to sow.
    The wind was too strong to wind the sail.
    After a number of injections my jaw got number.
    Upon seeing the tear in the painting I shed a tear.
    I had to subject the subject to a series of tests.
    How can I intimate this to my most intimate friend?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s