Vaccinations : à qui profitera la nouvelle polémique sur l’innocuité de l’aluminium ?

Bonjour

C’est un nouveau rebondissement, de taille, dans la polémique née de la volonté gouvernementale d’imposer, coûte que coûte et dès le 1er janvier prochain, onze vaccinations pédiatriques. C’est aussi un rebondissement exemplaire : la polémique se nourrit cette fois de nouvelles données scientifiques, elles-mêmes objet de controverses au sein de la communauté. Avec, en toile de fond, un sujet philosophique sur la liberté de chercher en l’absence de problème de sécurité… Eléments pour s’y retrouver.

Les faits

Dans un avis rendu en mars dernier que vient (seulement) de dévoiler Le Parisien (et dont l’Agence France-Presse a obtenu la copie) le conseil scientifique de l’Agence du médicament (ANSM) juge que des recherches sur d’éventuels effets neurologiques dus à la présence d’aluminium dans les vaccins nécessitent « des approfondissements ». Les recherches en question ont été menées dans le cadre du projet « BNAA-Vacc » et ont été supervisées par le Pr Romain Gherardi, chef de service à l’hôpital Henri-Mondor (Créteil). Très isolé sur ce point au sein de sa communauté le Pr Gherardi est de longue date convaincu que les particules d’aluminium présentes dans certains vaccins pourraient être à l’origine, chez certaines personnes génétiquement prédisposées, d’une série de symptômes hétérogènes (fatigues extrêmes, douleurs diffuses, troubles cognitifs…) qui, réunis, constitueraient une  nouvelle entité pathologique : la myofasciite à macrophages.

Les travaux étudiés par le conseil scientifique de l’ANSM ont fait l’objet de trois publications dans des revues scientifiques ; publications détaillées par Le Quotidien du Médecin :

« La première étude, Eidi et al. 2015, a été publiée dans « BMC Medecine » : elle montre, grâce à un complexe entre adjuvant aluminique et nanodiamants fluorescents, une translocation physique des adjuvants entre le muscle injecté et d’autres tissus, dont le cerveau, 21 jours après injection chez des souris. La deuxième publication, Crépeaux et al. 2015, publiée dans « JIB », est une étude longitudinale de long terme, chez des souris, qui observe aussi les translocations des particules injectées dans le muscle, vers les tissus, la rate, les ganglions lymphatiques, inguinaux, le cerveau, mais laisse suggérer un effet dose. La troisième étude, Crépeaux et al, parue dans « Toxicology » en 2017, teste cet effet dose en administrant des doses différentes à trois groupes de souris. »

« Globalement, il y a une véritable logique dans ce projet, même s’il peut sembler avancer par petites touches sans construire encore un ensemble abouti , note le Conseil scientifique de l’ANSM dans son avis rendu le 8 mars. L’apport de l’étude aux connaissances sur la sécurité des vaccins semble significatif, sans être encore déterminant. » Selon le Conseil scientifique « réplications et approfondissements sont nécessaires ».

La réaction de l’ANSM

 La médiatisation de ces données datant de six mois a aussitôt provoqué une réaction de l’ANSM : « Les vaccins contenant de l’aluminium sont sûrs – Communiqué ». Un texte qui, étrangement, aborde des questions d’argent ; un texte qui se veut rassurant mais qui pourrait in fine ne pas l’être.  Extraits :

«  L’ANSM tient à rassurer les patients. Les résultats des études de l’équipe du Pr Gherardi, ainsi que l’ensemble des rapports et publications disponibles à ce jour, ne modifient pas ce rapport bénéfice risque positif. (…) Dans le cadre de son programme de soutien à la recherche, l’ANSM a soutenu financièrement ces travaux de recherche fondamentale du Pr Gherardi. (…).

« L’ANSM précise que le conseil scientifique de l’ANSM, qui est indépendant de la direction de l’Agence, a pour mission de lui proposer des avis lui permettant d’orienter certaines de ses actions et/ou certains de ses financements (…)  Enfin, outre que les montants estimés par le Pr Gherardi dépassent de très loin les capacités financières de l’ANSM en matière de financement de recherche, il ne rentre pas dans ses missions de financer des programmes de recherche de manière pérenne. Il est important de souligner que cette équipe de recherche ayant déposé un brevet, cela pourrait ouvrir à un financement privé et il serait contraire à la bonne utilisation de la subvention publique versée par l’ANSM que de supporter une activité privée lucrative. »

Questions d’argent

Ce n’était sans doute pas suffisant. « Il s’agit d’une recherche très préliminaire fondamentale, essentiellement sur la souris, qui ne change rien à l’analyse bénéfice/risque des vaccins qui contiennent de l’aluminium », a précisé auprès de l’Agence France-Presse le Dr Dominique Martin, directeur général de l’ANSM. Cela ne remet pas en cause la sécurité des vaccins. » Il ajoute, ce qui ne manquera pas d’être commenté : Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de problème de sécurité qu’il ne faut pas faire de recherche. »

Le Pr Gherardi et ses équipes avaient reçu 150 000 euros de l’ANSM pour les travaux initiaux ; les besoins pour poursuivre les recherches se monteraient désormais à 550 000 euros supplémentaires – ce que l’ANSM refuse de donner.  Pour cette Agence, les choses sont simples et le citoyen doit être rassuré :  l’aluminium des vaccins est officiellement sans danger. Dans le même temps, forte de cette nouvelle polémique et avec le soutien du Pr Gherardi, se poursuit la campagne « Pour des vaccins sans aluminium » de l’association E3M, qui regroupe des personnes atteintes de myofasciite à macrophages.

Dans l’entourage d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, on indique que ces travaux « ne démontre pas le lien entre les adjuvants et la myofasciite à macrophages » . Certes. Mais ensuite ? Ce lien existe-t-il ? Est-il démontrable ? Faut-il le démontrer ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s