Le Nobel de médecine attribué à trois généticiens décrypteurs des rythmes circadiens

Bonjour

Maîtres des horloges. Les chercheurs américains Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young sont récompensés pour avoir aidé à décrypter les rouages moléculaire des rythmes circadiens de l’ensemble des organismes vivants. Que serait la vie sur la Terre si notre planète ne tournait ni sur elle-même ni autour du soleil ? Comment la vie s’est-elle structurée à partir des mouvements et des dynamiques célestes ?

En attribuant son prix 2017 de médecine et de physiologie à  Jeffrey C. Hall, 72 ans Michael Rosbash, 73ans et Michael W. Young, 68 ans, le jury du Nobel rappele que la biologie n’est, tout bien pesé, jamais très loin de la philosophie dans son articulation avec la compréhension de nos infinis.

Horlogeries intimes

« Nous savons depuis des années que tous les organismes vivants, y compris les humains, ont une horloge biologique interne qui les aide à anticiper et à s’adapter au rythme régulier de la journée, a pris soin de rappeler le jury du Nobel. Mais comment fonctionne vraiment cette horloge ? ». Ou plus précisément en quoi la génétique, discipline triomphante depuis un demi-siècle, a-t-elle pu éclairer de ses puissantes lumières les rouages de cette horlogerie intime ?

C’est ici qu’il faut remercier les trois chercheurs américains lauréats : Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young. « Leurs découvertes expliquent comment les plantes, les animaux et les humains adaptent leur rythme biologique de manière à ce qu’il soit synchronisé avec les révolutions de la Terre » résume-t-on à Stockholm.

Lire la suite sur Slate.fr

A demain

Une réflexion sur “Le Nobel de médecine attribué à trois généticiens décrypteurs des rythmes circadiens

  1. Bonsoir Docteur
    J’ai cité votre article dans le blog dont je m’occupe depuis 2012, http://www.reformonslheurelegale.fr Cet évènement va permettre à l’ACHED, dont le suis adhérent, de mieux se faire entendre…. Entomologiste de formation et de carrière, je me suis intéressé à la diapause des insectes, équivalant à la dormance des végétaux. Baillaud, de Clermont-Ferrand, a participé à des réunions organisées à l’INRA de Versailles dans les années 70. Je ne sais pas s’il vit encore. (Il est né vers 1920). Au départ en retraite d’Yves Le Pape, j’ai continué à m’occuper des fidèles des listes « vache folle » et « grippe aviaire ». En 2011, j’ai trouvé pratique de lancer un blog sur les zoonoses. C’est http://www.virusprion.fr En ce moment les principales préoccupations des éleveurs sont le H5N8 et la FCO (blue tongue). Je vous lis toujours avec grand intérêt. Bien à vous JPHM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s