Qui dénoncera la mortelle complaisance du pouvoir exécutif vis-à-vis des buralistes ?

Bonjour

C’est une question politique essentielle autant que rarement posée : « lutter contre le tabagisme ou protéger les buralistes ? ». Elle est (enfin) soulevée par l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) dans un document-référence  :  « Buraliste, un métier d’avenir »

Résumons :

« La lutte contre le tabagisme ne pourra longtemps éviter de s’interroger sur le véritable rôle des débitants de tabac, et sur les contradictions qu’il entraîne, de par leur statut,  dans la conduite de cette politique. C’est un enjeu trop important pour se satisfaire plus longtemps de faux semblants. Les gouvernements successifs font du buraliste un ‘’métier d’avenir’’. Est -ce pertinent au moment où des objectifs volontaristes de lutte contre la consommation de tabac ne peuvent que rencontrer l’opposition franche ou larvée des buralistes ? »

La main sur le cœur 

 C’est, en d’autres termes parler d’un Etat dealer et de buralistes-revendeurs : une « politique structurellement incohérente ». « Les gouvernements successifs ont persisté dans la même contradiction : d’un côté, une affirmation volontariste de lutte contre la consommation de tabac, produit le plus dangereux pour la santé publique ; de l’autre, un soutien. »

L’actualité est là : la Confédération des buralistes appelle à manifester ce mercredi 4 octobre contre la hausse gentiment programmée du prix du paquet  à 10 euros. Et l’ANPAA publie un décryptage retraçant l’histoire de cette profession et revenant sur son mode de rémunération, remis en cause à plusieurs reprises (et sans effet) par la Cour des comptes. On y découvre ainsi l’ambiguïté complaisante des gouvernements successifs : d’un côté, la main sur le cœur la ministre de la Santé affirme sa volonté inébranlable de réduire les dommages liés au tabac ; de l’autre, dans l’ombre, Bercy-Matignon-L’Elysée protègent les buralistes dont les intérêts sont directement proportionnels au volume des ventes.

Porte d’entrée du bureau de tabac

Pour l’ANPAA, « cette contradiction repose, en grande partie, sur une crainte irraisonnée d’une  profession qui s’engage, aux termes des contrats d’avenir, « à participer à l’application  de la politique de santé publique décidée par l’État », « à mettre en œuvre et faire respecter toute nouvelle mesure de santé publique » et qui, dans le même temps,  constitue le fer de lance de l’opposition à toute politique de lutte contre le tabagisme. »

Confusion schizophrénique à tous les étages. Comment entendre et croire les buralistes quand il revendiquent un « rôle d’acteur de santé publique » alors même qu’ils s’opposent à toute mesure visant à réduire la consommation de tabac – et n’appliquent jamais (ou presque) la mesure  essentielle de protection de la jeunesse : l’interdiction de la vente de tabac aux mineurs. Que fait la police ?

Ainsi, aujourd’hui en France, c’est bel et bien le bureau de tabac qui est la porte d’entrée mortifère sur l’addiction tabagique. Et dans le même temps on voudrait nous faire croire, ministre de la Santé en tête, que c’est la cigarette électronique.

A demain

 

 

3 réflexions sur “Qui dénoncera la mortelle complaisance du pouvoir exécutif vis-à-vis des buralistes ?

  1. Est-ce pour protéger les buralistes que le gouvernement Philippe avec (ou contre ?) la Ministre Buzyn programme, comme les gouvernements précédents avec la Ministre Touraine, une hausse progressive démontrée sans effet de long terme sur la prévalence tabagique, en dehors d’un saut prometteur initial de 1€ ?
    Les buralistes ont-ils participé au calcul assez précis des recettes fiscales en hausse estimée de 500M€ au-dessus de l’épaule du Ministre Darmanin (ce qui serait une demi bonne nouvelle quand on fait le calcul cela anticipe une prévalence en baisse) ?
    Sont-ce les buralistes qui profitent du produit de ces hausses successives qui s’étalent depuis des années et des années et constituent une recette pour le budget de l’assurance maladie (juste la part constituée de ces hausses sans effet) largement supérieure à l’ISF et payée par les plus modestes. Recettes qui maintenant, payent plus que la part des soins des maladies causées par le tabagisme, bien plus que le différentiel que causera le tabac fumé dans des fins de vie prématurées et parfois très douloureuses pour une partie de ces citoyens futurs retraités absents ?
    L’ANPAA fait-elle autre chose, en montrant du doigt les buralistes (sûrement pas de gentils moutons), que détourner le regard qui pourrait s’approcher du véritable responsable (et premier financier de l’association) ? L’appel à la haine, aux raccourcis, à la stigmatisation des fumeurs, à l’intolérance, sont-elles les outils de la santé publique ou de ligues d’abstinence ? (les fameux « baptists » indispensables aux « bootlegers »).
    L’ANPAA fait-elle autre chose que de la propagande, en dénigrant le vapotage dans sa publication de début d’année et le road-show associé (au prix de nombreuses formes de manipulation par association, omission, travestissement, falsification), et jusqu’au dénigrement de la réduction des risques elle-même, que de s’assurer que les fumeurs le restent et en meurent pour entretenir ce mortifère business qu’est devenue cette santé publique ?

  2. Il y a différents marchands de mort tabagique.
    Pyramide qui va de Philip Morris et similaires aux buralistes l’étatt étant diffus.
    Sachant que les plus vils sont les fabricabts dont on a montré (la justice canadienne et ou US a exploré tous les mails internes) qu’ils cherchaient par la chimie et la propagande à rendre les plus jeunes dépendants. Ils continuent avec les tabac à chauffer.
    Ils doivent porter la barbe ou des lunettes noires. Des criminels à bonne conscience. Les buralistes ont moins le choix pour vivre, lais ils vendent quand même de la mort à petit feu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s