Madagascar : les rats porteurs de la peste sont de retour dans les ports et la capitale

 

Bonjour

C’est, mandée de Genève, une alerte de l’OMS : flambée épidémique de peste à Madagascar où la maladie est diagnostiquée dans la capitale et dans les ports, avec plus d’une centaine de personnes infectées en quelques semaines. Le gouvernement de Madagascar vient de confirmer que le décès d’un ressortissant des Seychelles était bien dû à la peste pulmonaire. Il s’agit de l’entraîneur de l’équipe de basket, mort dans un hôpital d’Antananarivo le 27 septembre. Il était dans l’état insulaire pour une rencontre sportive.

« Les autorités sanitaires recherchent les personnes avec qui il a été en contact ces derniers jours et qui auraient pu être exposées à la maladie, précise l’OMS. Lorsqu’elles auront été retrouvées, des antibiotiques leur seront prescrits en prévention de l’infection et à titre de précaution. »

Ce cas porte à 30 le nombre officiel des décès (dont 10 dans la capitale) depuis la fin du mois d’août ; au moins 194 personnes ont été infectées. Le bilan annoncé le 31 septembre à la télévision par le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a fait l’effet d’une petite bombe. Les premières mesures annoncées n’ont pas été suffisantes pour apaiser l’inquiétude de la population. Dans la capitale, les pharmacies sont prises d’assaut et l’on commence à assister à des mouvements de panique sur fond de désinformation.

Maladie de l’incurie

L’OMS est inquiète de la possibilité de propagation ultérieure de la peste déjà présente dans plusieurs villes (dont le port de Toamasina, deuxième agglomération du pays) : le pays n’est qu’au début de la saison épidémique, qui court de septembre à avril.  L’OMS dit avoir mobilisé 300 000 dollars américains au titre des fonds d’urgence, ainsi que des fournitures médicales critiques, pour intensifier rapidement les efforts opérationnels. Elle demande 1,5 million de dollars pour aider à la riposte.

Mortelle en l’absence de traitement, transmise par les piqûres de puces à partir de rats infectés la peste a été importée sur cette île par bateau à l’époque où, à Hong Kong Alexandre Yersin déchirait le voile sur la cause de ce fléau millénaire. Depuis plus d’un siècle cette maladie y est toujours endémique à Madagascar : on signale environ 400 cas annuels, principalement sous la forme bubonique. Mais contrairement aux flambées passées la peste touche aujourd’hui des grandes zones urbaines, ce qui accroît les risques de contamination alors même que l’on observe la forme bubonique et la forme pulmonaire de l’infection.

La propagation des campagnes vers les villes du bacille Yersinia pestis semble avoir été favorisée par la déforestation et les feux de brousse. Et l’absence de réseaux d’assainissement et de collecte de déchets alimente à son tour la prolifération des rongeurs-porteurs au sein des centres urbains. Où l’on voit réémerger cette pathologie associée certes à la pauvreté mais aussi à l’incurie.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s