Agnès Buzyn veut 500 000 fumeurs de moins par an et pendant cinq ans. Sans dire comment

 

Bonjour

Présentant hier 9 octobre le dispositif du prochain « Mois sans tabac » Agnès Buzyn a explicité la noble ambition de l’opération : « que toute la société s’engage pour faire évoluer le regard trop souvent complaisant à l’égard de la cigarette ». Et la ministre des Solidarités et de la Santé d’ajouter, selon le Quotidien du Médecin, qu’elle se fixait un objectif plus qu’ambitieux : 500 000 fumeurs en moins par an, pour arriver sous la barre des 23 % de fumeurs d’ici la fin du quinquennat.

Reste à savoir comment faire ce pas de géant. Agnès Buzyn a précisé qu’un nouveau Programme National de Réduction du Tabagisme (PNRT) sera élaboré au printemps. Il était temps. Qui se souvient du précédent ? Il avait été présenté il y a trois ans par Marisol Touraine à la demande de François Hollande. On le retrouvera ici. Ce devait être une « stratégie coordonnée » avec des objectifs chiffrés : le nombre de fumeurs aurait baissé de 10% en 2019. Et en 2023 la France serait sous la barre des 20% de fumeurs. « Dans moins de 20 ans, nous voulons que les enfants qui naissent aujourd’hui, soient la première génération de non-fumeurs » ajoutait Marisol Touraine.

Trois ans plus tard (et en dépit de l’introduction du « paquet neutre ») rien n’a bougé – quand la situation n’a pas empiré. L’actuel  pouvoir exécutif reste dans le déni de l’apport que peut constituer la cigarette électronique et aucune stratégie politique globale de réduction des risques n’est annoncée. Seule mesure programmée : une succession de trop petites hausses sur une trop longue période du prix des cigarettes.

Montrer l’exemple

Que nous dit, aujourd’hui la ministre ? Ceci, qui semble venir du siècle précédent : « les professionnels de santé doivent pour montrer l’exemple arrêter de fumer. Comment convaincre des dangers du tabac, une cigarette à la main ? ». Agnès Buzyn a aussi annoncé la tenue d’un colloque « sur les lieux de santé sans tabac », au ministère, la 24 octobre prochain.

Autre mesure : des délégués de l’assurance-maladie « frapperont aux portes des cabinets pour relayer les recommandations de la Haute autorité de santé et faire connaître les modalités de prise en charge des substituts nicotiniques » (sic). Enfin la stratégie nationale de santé devrait comporter des mesures, en lien avec le ministère de l’Éducation nationale pour que l’école soit « un lieu d’apprentissage des comportements favorable à la santé ».

Un « Programme National de Réduction du Tabagisme » ? Chaque année en France 250 000 jeunes deviennent des fumeurs quotidiens. Un tiers des jeunes de 17 ans fume tous les jours alors qu’ils ne devraient pas pouvoir acheter du tabac chez les buralistes. Agnès Buzyn le déplore. Elle n’est pas la seule. Mais elle seule est ministre de la Santé.

A demain

 

Une réflexion sur “Agnès Buzyn veut 500 000 fumeurs de moins par an et pendant cinq ans. Sans dire comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s