Atteint de la rage, un enfant de 10 ans a été hospitalisé à Lyon. Il avait séjourné au Sri Lanka

 

Bonjour

Un enfant âgé de 10 ans habitant le Rhône a contracté la rage. Il avait été été mordu en août par un chiot porteur de la maladie sur une plage du Sri Lanka. L’information vient d’être confirmée par l’Agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes après que le diagnostic porté par le Centre national de référence de la rage, à l’Institut Pasteur. L’enfant est hospitalisé depuis le 4 octobre. Aucun détail sur son état de santé n’a été donné par l’ARS qui précise avoir identifié les personnes « ayant été au contact direct avec la salive ou les larmes de cet enfant », compte tenu de la « gravité » de la maladie.  L’incubation chez l’homme de cette maladie, « presque constamment mortelle une fois déclarée », varie entre 20 à 60 jours en moyenne, rappelle l’ARS.

Le garçon n’avait pas reçu de traitement prophylactique – ni au Sri Lanka, ni à son retour en France. Le 1er octobre il  a présenté de premiers signes cliniques neurologiques évocateurs avant d’être dirigé vers les Hospices civils de Lyon où son état s’est brutalement dégradé.

La France est reconnue indemne de la rage. Toutefois, depuis 1970, 23 cas ont été observés sur des personnes après des retours de voyage à l’étranger. Le dernier datait de 2014. Dans le monde la rage est toujours responsable de quelque 59.000 décès par an.

Une éradication prévue pour 2030

Il y a quelques jours la « Journée mondiale contre la rage » avait été marquée par l’annonce du lancement de la plus grande initiative mondiale contre cette maladie – une initiative conjointe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l’Alliance mondiale contre la rage (GARC : Global Alliance for Rabies Control). Objectif : éliminer d’ici 2030 les décès humains dus à la rage transmise par les chiens.

En pratique, il s’agira pour l’essentiel de prévenir la rage transmise par les chiens au moyen de l’extension de la vaccination canine et en développant l’accès aux soins, aux médicaments et aux vaccins pour les populations à risque.  Le défi est de taille : la rage, maladie virale en général mortelle après l’apparition des symptômes, est aujourd’hui encore présente dans plus de 150 pays et territoires.  La vaccination de masse des chiens est  unanimement reconnue comme la seule méthode pour éradiquer la maladie chez l’homme.

A demain

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s