Levothyrox : le surprenant premier bilan de l’Agence nationale de sécurité du médicament

Bonjour

Deux mondes qui ne peuvent se parler. l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a publié, le 11 octobre, les premiers résultats de l’enquête de pharmacovigilance initiée dès la mise sur le marché de la nouvelle formule de Levothyrox en mars 2017 – une enquête qui « vise à analyser les signalements d’effets indésirables rapportés ».

Cette analyse intermédiaire de l’enquête porte sur la période allant de fin mars au 15 septembre 2017. A cette date, 14 633 signalements ont été reçus par les centres régionaux de pharmacovigilance  – soit 0,6 % des 2,6 millions de patients traités par Levothyrox nouvelle formule. Sur ce total, 5 062 cas ont été rapportés par les patients comme « graves » (déclarés comme ayant des conséquences sur la vie familiale, professionnelle ou sociale) ou ont pu être bien documentés.

Effets les plus fréquemment rapportés : fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires et chute de cheveux. Il s’agit là, selon l’ANSM d’effets « déjà connus avec l’ancienne formule du Levothyrox ». Explications de l’Agence :

« Cette enquête confirme la survenue de déséquilibres thyroïdiens pour certains patients lors du passage de Levothyrox ancienne formule à Levothyrox nouvelle formule. En effet, tout changement de spécialité ou de formule peut modifier l’équilibre hormonal et nécessiter un réajustement du dosage qui peut nécessiter un certain délai. Tous les effets indésirables témoignent d’un déséquilibre thyroïdien en lien avec le changement de traitement; aucun effet indésirable d’un type nouveau, qui serait spécifique de la seule nouvelle formule, n’a été retrouvé. »

Les nouveaux excipients innocentés

Sur les 5 062 cas, 4 sont des décès sans que le lien avec le Levothyrox « nouvelle formule » soit établi :

« Un cas d’arrêt cardiorespiratoire chez une patiente de 34 ans recevant un lourd traitement psychiatrique, pour laquelle l’exposition à LEVOTHYROX® NF est inconnue ; un cas de mort subite chez une femme de 78 ans ; autres médicaments co-suspects d’imputabilité plus forte ; un cas de femme de 39 ans chez laquelle un diagnostic de thyroïdite d’Hashimoto est posé en juillet 2017 ; LEVOTHYROX® initié, sans doute NF ; décès un mois après dans un tableau d’oedème pulmonaire avec insuffisance cardiaque ; TSH à 1,92 mUI/L ; résultats de l’autopsie en attente) ; un cas d’AVC ischémique chez une femme de 87 ans diabétique chez laquelle est retrouvée une TSH à 0,0270 au cours de l’hospitalisation, exposition LEVOTHYROX® AF ou NF non précisée). »

En d’autres termes rien à signaler, officiellement, du côté des excipients modifiés. Une position qui ne manquera pas de susciter quelques réactions. Pour y voir plus clair l’enquête de pharmacovigilance va poursuivre et même s’élargir avec l’arrivée des nouveaux médicaments à base de lévothyroxine. « Du fait de la fréquence inattendue de signalements et de certains cas de patients qui présentent à la fois des signes d’hypo ou d’hyperthyroïdie avec des dosages de TSH dans les normes attendues, le Comité technique de pharmacovigilance (CTPV) souhaite que soit mis en place un groupe de travail constitué de professionnels de santé, pharmacovigilants et patients afin de poursuivre les investigations. »

Trouvera-t-on, dans ce « groupe de travail », des traducteurs pour que chacun comprenne ce que dit et pense son voisin ?

A demain

 

4 réflexions sur “Levothyrox : le surprenant premier bilan de l’Agence nationale de sécurité du médicament

  1. Intéressant développement. Ou simple confirmation de l’évidence ?

    En ce qui concerne les excipients, ce n’est pas une découverte majeure que des doses minimes de mannitol et d’acide citrique ne se révèlent point toxiques.

    Relisons les explications de l’ANSM sur la nature des effets observés :
    « Cette enquête confirme la survenue de déséquilibres thyroïdiens pour certains patients lors du passage de Levothyrox ancienne formule à Levothyrox nouvelle formule. En effet, tout changement de spécialité ou de formule peut modifier l’équilibre hormonal et nécessiter un réajustement du dosage qui peut nécessiter un certain délai. Tous les effets indésirables témoignent d’un déséquilibre thyroïdien en lien avec le changement de traitement. »
    Que voilà un superbe exemple de confuso-xyloglossie indirecte ! On ne peut pas dire en plus de mots que finalement, dans la réalité clinique, la bioéquivalence (« avoir un effet biologique équivalent », pour mémoire) des deux formules n’est pas établie, ou en tous cas pas chez tout le monde. Puisque l’équilibre thyroïdien se retrouve perturbé chez de nombreux malades (pas forcément tous déclarés).
    Et ce, malgré les efforts considérables, mais peut-être mal ciblés, consentis (par Merck) pour établir cette bioéquivalence. Sur des bases réglementaires pharmacocinétiques et statistiques qui fonctionnent bien pour la plupart des médicaments (il est important de le reconnaître) mais se révèlent chancelantes dans le cas de la thyroxine (il est important de le reconnaître aussi). Voir à ce sujet les commentaires techniques postés sur l’article « Levothyrox : à quand une perquisition dans les tiroirs de l’Agence du Médicament ? » du 3 octobre dernier.

    Vieille boutade qui me revient à l’esprit : « En France, ça marche à 95%, donc ça marche ; au Japon, ça ne marche pas dans 5% des cas, donc ça ne marche pas… »

  2. « certains cas de patients qui présentent à la fois des signes d’hypo ou d’hyperthyroïdie  »

    Ca quand même c’est du niveau de la marche sur l’eau et de la multiplication des pains (et des poissons, on oublie trop les poissons de lac)! )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s