Déserts et politique : Edouard Philippe et Agnès Buzyn prêchent dans le Limousin

 

Bonjour

Contre les déserts ce sera l’inverse des vaccins : (tenter de) convaincre sans contraindre. Le plan gouvernemental visant à « renforcer l’accès territorial aux soins » a été présenté ce vendredi 13 octobre par Édouard Philippe et Agnès Buzyn, lors d’un déplacement à Châlus (Haute-Vienne). Dans le Limousin historique. C’est là, pas très loin de chez le Dr Knock et dans une maison de santé pluridisciplinaire, qu’ils ont décliné un programme « articulé autour de quatre priorités ». On verra là un rituel gouvernemental. Il y a cinq ans Marisol Touraine, jeune ministre, avait fait de même avec une douzaines d’axes prioritaires. C’était à Scorbé-Clairvaux  dans le département de la Vienne. Nous y étions, avec Ségolène Royal. Sourires, sous-préfet et roulements de tambours. Puis tout le monde a oublié. Aujourd’hui Mme Touraine et au Conseil d’Etat Mme Royal en charge des  deux Pôles du Globe. Dans l’Hexagone, les déserts n’ont cessé de progresser.

Quid d’aujourd’hui ? « Le plan dévoilé vendredi 13  octobre par le Premier ministre,  et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pour lutter contre les déserts médicaux ne comporte aucune mesure spectaculaire qui marquera les esprits, tacle Le Monde. La remise à plat du numerus clausus promise pendant la campagne présidentielle par le candidat Emmanuel Macron, et destinée à mieux adapter le nombre  de médecins formés aux besoins des territoires, n’y figure d’ailleurs pas. » Promettre et, en même temps, différer leur traduction dans les faits.

Le premier axe, résume Le Quotidien du Médecin,  consiste à renforcer l’offre de soins dans les territoires avec une présence médicale accrue. Mesure phare contre les déserts : la publication dès novembre d’un nouvel arrêté de zonage pour les généralistes permettant d’élargir les secteurs fragiles éligibles aux aides conventionnelles ; la fraction de la population concernée passera de 7 à 18 %.  Autre incitation : favoriser le cumul emploi/retraite des praticiens libéraux grâce au relèvement du plafond de revenu annuel de 11 500 euros à 40 000 euros dans les zones « en tension ». Il sont déjà 18 000 à cumuler, on prie pour qu’ils soient 35 000 en 2025.

Le Triomphe de la médecine

D’autres mesures encore, comme la « valorisation des consultations avancées en zone sous-dense » (sic). Et la cerise médiatique : création de 300 postes d’« assistants partagés » entre la ville et l’hôpital dès 2018 en zone fragile (contrat par exemple entre un hôpital et cabinet libéral ou un centre de santé). On va accélérer la révolution numérique et la télémédecine. Sans oublier de généraliser dès 2018 le dossier médical personnel en 2018…  On va aussi doubler le nombre de maisons de santé et de centres de santé durant la fin du quinquennat. Toutes les mesures sont détaillées sur le site du ministère. Et le texte s’approche du lyrique jacobin et décentralisé :

« Chaque territoire est différent. En ville, en périphérie ou à la campagne, sur une île ou en montagne, la prise en charge des problèmes de santé peut varier. La démarche pour l’égal accès aux soins vise à ce que chaque territoire dispose d’un projet de santé adapté et sur-mesure.

Le Plan du Gouvernement pour l’égal accès aux soins dans les territoires propose des solutions aux problématiques identifiées par les patients, mais aussi par les élus et les professionnels de santé. (…) Chaque professionnel de santé exerçant dans un territoire ou souhaitant s’y installer pourra élaborer son propre projet professionnel et mieux l’articuler avec sa vie privée. Il pourra évoluer dans sa carrière professionnelle grâce à la mise en place d’un guichet unique qui l’informera, l’aidera et l’accompagnera dans ses démarches administratives. »

Il faudra, en fin de quinquennat songer à revenir à Châlus (Haute-Vienne). Sans oublier le nouveau Knock, annoncé pour la semaine prochaine. Eternel Triomphe de la médecine.

A demain

Une réflexion sur “Déserts et politique : Edouard Philippe et Agnès Buzyn prêchent dans le Limousin

  1. Au XVII° siècle, quand on croyait encore à la génération spontanée, on pensant qu’en dissimulant un chiffon humide avec quelques grains de blé dans un endroit sombre, il apparaissait spontanément quelques souriceaux.
    Est-ce que les ministres pensent qu’il suffit d’ouvrir des maisons médicales pour faire apparaître spontanément des médecins ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s