Médecins généralistes français plébiscités : les «Brutes en blanc» peuvent aller se rhabiller 

Bonjour

Baume au cœur. Sans doute sera-t-elle critiquée, brocardée, dénoncée. On ne saurait pourtant l’ignorer, cette étude qui nous dit que 88 % des Français sont plutôt satisfaits, voire très satisfaits de leur médecin traitant. Proportion à retrouver dans le dernier baromètre d’opinion de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) établi en 2015 1. Les médecins spécialistes sont tout autant appréciés de la population : 81 % des Français en sont satisfaits.

« Voilà qui devrait réconforter le corps médical, très décrié dans la presse ces derniers moins, notamment à travers l’ouvrage de Martin Winckler « Les Brutes en blanc » 1 ou la polémique visant les gynécologues (« gynéco-bashing ») » fait valoir Le Quotidien du Médecin. Dans le même temps la ministre-médecin Agnès Buzyn annonce, dans Le Journal du Dimanche de ce 22 octobre, des mesures de nature à révolter le monde hospitalier. Nous y reviendrons sous peu.

Médecins aux petits soins

Des médecins aux petits soins, en somme : 84 % des Français sont satisfaits du temps que leur généraliste leur accorde et 87 % du niveau d’informations qui leur est communiqué. Avec certes quelques petites imperfections à corriger : reproches concernant leurs dépassements d’honoraires – 16 % seulement les trouvent justifiés. Et 68 % d’entre eux souhaiteraient, paradoxe des paradoxes, qu’on leur prescrive moins de médicaments et d’examens.

L’accessibilité aux soins est le gros point noir relevé par la DREES. 29 % des Français estiment ainsi qu’il n’y a pas assez de généralistes à proximité de leur domicile (47 % pour les spécialistes). Les lacunes concernent les ophtalmologues en premier lieu puis les généralistes.

« Les Français sont plus critiques vis-à-vis de l’accessibilité aux soins : 29 % pensent qu’à proximité de chez eux, il n’y a pas assez de médecins généralistes et environ la moitié partagent cette idée à propos des médecins spécialistes (47 %), expliquent les auteurs de l’étude. Plus précisément, d’après eux, ce sont d’abord les ophtalmologues (pour un quart des Français) et ensuite les médecins généralistes (pour 18 %) dont il faudrait favoriser en priorité l’installation près de chez eux. Parmi les 20 % de Français qui déclarent manquer de généralistes et de spécialistes, quatre sur dix souhaitent en priorité l’installation de généralistes. »

Ce n’est pas un plébiscite, certes. Mais, derrière les chiffres, on pourrait presque distinguer une forme d’hommage à cette profession si souvent décriée.

A demain

1 Enquête réalisée par l’institut BVA au dernier trimestre 2015 auprès d’un échantillon de 3 023 personnes âgées de 18 ans ou plus, représentatif de la population habitant en France métropolitaine. Méthode des quotas.

2 « ‘’Brutes en blanc’’ et insultes de patients : le cabinet médical est-il un espace infernal ? » 18 octobre 2016

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s