Solidarités : après la suppression de l’ISF, le tiers payant généralisé définitivement enterré

Bonjour

Novlangue. Jouer sur les mots est le passe-temps favori du politique. « Généralisé » versus « généralisable ». Idéologie contre pragmatisme. Promesses assurantielles intenables de Marisol Touraine d’une part et, de l’autre, méchante fin de non-recevoir d’Agnès Buzyn : «  Je regrette qu’on vote des lois sans se préoccuper de savoir si c’est faisable. Quand on me donne un système qui, à la fin n’est pas faisable, le cadeau n’est pas très sympathique. » Le temps des sourires a vécu.

La décision de l’actuel gouvernement effaçant la promesse du précédent est justifiée par un rapport de l’IGAS (Émilie FAUCHIER-MAGNAN, Julien MEJANE, Juliette ROGER et Louis-Charles VIOSSAT) .

Votée dans la douleur sous le quinquennat Hollande la loi de modernisation de notre système de santé disposait la généralisation obligatoire de la dispense d’avance de frais ; généralisation au 30 novembre 2017 à tous les patients (mais sans aucune sanction pour les médecins et pour la seule part Sécurité sociale). Puis  Emmanuel Macron avait transformé « généralisé » en « généralisable ». La messe, dès lors, était annoncée. Aujourd’hui elle est dite grâce à l’IGAS qui permet à la ministre des Solidarités et de la Santé de parler d’irréalisme.

Triomphe de la CSMF

C’est, en rase campagne, la fin d’un vieux conflit opposant Marisol Touraine à une majorité de médecins libéraux. La CSMF ne s’y trompe pas qui claironne la victoire :

« Enfin un premier acte pour retrouver la confiance des médecins libéraux. Cette décision est à mettre au crédit de la CSMF qui, résolument opposée à un tiers payant obligatoire pour tout et pour tous, défend depuis toujours le tiers payant social pour les populations défavorisées (CMU, ACS), et au-delà, laissé à l’appréciation du médecin. (…) La CSMF se félicite de la décision du gouvernement qui rompt avec le dogmatisme du précédent quinquennat. C’est grâce à l’opposition ferme et déterminée de la CSMF à la politique de Marisol Touraine, opposition qui s’est traduite par le refus du tiers payant généralisé et par celui de signer la convention, que la voie vers un dialogue constructif est à nouveau ouverte. »

A partir du 1er  décembre, tous les assurés sociaux auraient pu demander à leur médecin de ne pas avancer la part prise en charge par la  » Sécu « . Ce ne sera donc pas le cas.

Cadeau empoisonné

Le tiers payant généralisé est-il pour autant enterré ? Tout le laisse penser. Pour Claude Pigement, qui avait introduit la mesure dans le programme de François Hollande en  2012, le dispositif est « renvoyé aux calendes grecques ». « Après l’abandon de l’ISF, celui du tiers payant généralisé, il y a une cohérence dans ces abandons » tacle dans Le Monde, celui qui fut responsable santé du PS durant des lustres.

C’est ainsi en démocratie : ce qu’une loi peut faire, une autre peut le défaire. Encore faut-il changer la loi. Fâchée du cadeau empoisonné que lui a fait Marisol Touraine Agnès Buzyn n’a pas encore précisé comment elle entendait en finir avec une obligation votée il y a deux ans déjà.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s