Dans sa « vie d’avant », Agnès Buzyn avait toujours « voté à gauche ». Et maintenant ?

Bonjour

Brillante, bosseuse, empathique. C’est un premier portrait plus que flatteur que brosse d’elle Le Monde. Tout y est, à commencer par l’Ecole alsacienne.  « J’ai fait vingt ans de piano, joué Chopin, Mozart, mais j’écoute aussi du metal, j’adore Linkin Park a-t-elle confié au dernier quotidien vespéral. Du hard rock aussi. Rien ne m’effraie. » Et de raconter l’été de ses 16 ans où elle fréquentait les salles de metal à New York avec ses cousins musiciens, et traversait bruyamment la ville à l’arrière de choppers.

Quarante ans plus tard elle vit toujours dans le quartier de son enfance, le « Paris intello du 5», à deux pas de l’immanquable jardin du Luxembourg. Un quartier symptomatique et une carrière exemplaire : médecin hématologue hospitalo-universitaire, puis nommée successivement à la tête de trois institutions sanitaires : l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’Institut national du cancer (INCa), la Haute Autorité de santé (HAS).

« Sur l’hôpital, il ne faut pas la chercher » prévient Le Monde qui rapporte à son tour une récente anecdote. Fin septembre, lors d’une séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale un député communiste Il l’invitait à venir découvrir « l’accablant quotidien des hospitaliers ». La réponse, alors, fuse. « M. le député Jumel, contrairement à vous, je n’ai pas besoin d’aller visiter les hôpitaux, j’y ai passé vingt-cinq ans de ma vie ! »

Au vu des restrictions budgétaires hospitalières qu’elle annonce, il est fort possible que la ministre soit vite amenée à retourner les visiter.

Les « labos » et le harcèlement moral

Oui, elle a « travaillé avec l’industrie » (Bristol-Myers Squibb et Novartis) mais l’argent touché pour les essais cliniques a été reversé à l’association Robert-Debré. Avec ces confidences aux frontières de la confraternité :

« Certains sont allés au resto. Moi, je n’ai jamais utilisé un centime pour financer autre chose que l’achat de matériel, ou des congrès aux infirmières (…) Et depuis dix ans, en congrès, je sors acheter mon jambon-beurre. »

Oui, elle a été « victime de harcèlement moral » et « aurait pu se suicider ». Oui, elle a été victime de la misogynie et du machisme de certains chefs de service comme elle l’a confié au Journal du Dimanche. Non, elle « ne brandit pas son féminisme en étendard », mais « refuse d’intervenir dans un colloque si le programme annonce moins d’un tiers d’oratrices ». Non elle ne comprend pas que l’on évoque un possible conflit d’intérêts  avec son mari, Yves Lévy, père de son dernier fils et actuel PDG de l’Inserm. Et s’il avait dû, lui, démissionner pour qu’elle puisse devenir ce qu’elle est, elle aurait refusé ce que lui offrait Emmanuel Macron.  Confidences, encore:

« Elle rabroue sa mère lorsque celle-ci émet l’idée, mi-mai, que sa fille aînée pourrait être la prochaine ministre de la santé. Elle a déjà la tête en Corse, dans ce petit village de Balagne où elle s’apprête à partir quelques jours. Edouard Philippe appelle le lendemain. C’est le patron de l’Assurance-maladie , Nicolas Revel, secrétaire général adjoint de l’Elysée sous François Hollande, qui a notamment glissé son nom. »

 Aujourd’hui son poste au gouvernement coiffe la santé, la famille, les jeunes, les pauvres et les personnes âgées. Elle avait « toujours voté à gauche » mais vient d’adhérer à « La République en marche ». La santé publique ? Une véritable politique de réduction des risques ? Cela reste encore bien brumeux. Le temps est toutefois venu des premiers règlements de compte.

« ‘’Aux responsabilités que j’ai occupées, j’ai été bloquée par des choix très peu courageux. J’ai milité pour une hausse du prix du tabac 1, j’ai obtenu péniblement dix centimes ‘’ dit-elleBannir la cigarette est, chez elle, une obsession.  » Voir des jeunes fumeuses me rend malade physiquement. «  Dans sa vie d’avant, elle les abordait même dans la rue, sous le regard moqueur de ses fils. Le paquet à 10  euros (d’ici à 2020) est l’une de ses premières victoires. »

C’est, peut-être, aller un peu vite en besogne.

A demain

1 « En 2013, pour Agnès Buzyn, le tabac était une ‘’bombe à retardement’’. Et maintenant ? » Journalisme et santé publique, 19 mai 2017

Une réflexion sur “Dans sa « vie d’avant », Agnès Buzyn avait toujours « voté à gauche ». Et maintenant ?

  1. Elle y a passé 25 ans et cette collègue a toute mon admiration et tout mon respect , mais ce n’est pas lui faire injure de noter que depuis des années elle oeuvre dans des instances non hospitalières et que l’on constate des changements (négatifs) encore depuis quelques années , qu’elle n’a pas ressenti de près.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s