Onze vaccins : l’affaire ne fait que commencer. Bientôt en scène : le Pr Luc Montagnier

 

Bonjour

Notre époque cède à l’étrange. En annonçant l’extension massive des obligations vaccinales le gouvernement a révélé au grand jour des oppositions radicales et déclenché une série d’ affrontements sans précédent.  Dans une tribune publiée par Le Monde sept spécialistes montent en première ligne. Sept membres du comité d’orientation de la « concertation citoyenne sur la vaccination » organisée il y a un an 1. Selon eux cette extension des obligations « est une nécessité de santé publique » en même temps qu’une procédure démocratique. Extraits :

« Le temps de la réflexion collective et du débat a été respecté. L’obligation vaccinale étendue que le gouvernement a proposé au vote du Parlement n’est pas née d’une quelconque obsession sécuritaire ou lubie ministérielle. Elle est voulue par nos concitoyens. Ils se sont exprimés dans le cadre d’une concertation citoyenne organisée par le précédent gouvernement fin 2016, à la suite de plusieurs missions et rapports.

« Un processus de réflexion collective qui aura duré dix mois, des enquêtes en population, et plus de dix mille contributions d’internautes ont permis à un panel de citoyens d’aboutir à une position claire : lorsque la pédagogie et l’incitation ne produisent pas les effets attendus pour protéger le bien commun, l’obligation peut être un outil pertinent. »

Une étrange invitation

Les acteurs de la concertation citoyenne réunie sur la vaccination rappellent qu’ils ont exposé en détail, dans un avis rendu public (sur le site www.concertation-vaccination.fr), « la délibération méthodique qui les a conduits à trancher majoritairement en faveur d’un recours indispensable à l’obligation ». Ils ajoutent encore que cet « avis citoyen » a reçu le soutien des professionnels de la vaccination. Et que les principales associations représentant les patients l’ont aussi saluée, notamment les associations de patients immunodéprimés ou greffés, qui ne peuvent être vaccinés et dont la protection dépend donc de la vaccination collective.

Où l’on en vient, pourtant, à s’interroger sur les vertus, les impasses et la portée démocratique des « concertations citoyennes ».  « Nous souhaitons tous que l’éducation et l’accompagnement produisent des résultats supérieurs à l’obligation et à la coercition » soulignent les sept signataires quand la ministre des Solidarités et de la Santé explique que seule la contrainte peut susciter la confiance. La parole, désormais est au gouvernement et, in fine, Parlement.

Dans le même temps, une étrange invitation « Oui aux vaccins, non aux 11 vaccinations du nourrissons dès la 6ème semaine ». Invitation destinée aux « journalistes de la presse santé, bien-être et société » (sic). Ce sera le mardi 7 novembre de 10h30 à 12h au théâtre Michel, 38 rue des Mathurins, dans le 8ème arrondissement de Paris.

« Deux intervenants de renom exposeront leur point de vue sur le sujet : Le Pr Luc Montagnier – Prix Nobel Médecine, pour la découverte, en 1983 du VIH, responsable du SIDA. Il interviendra sur les risques de mort subite du nourrisson. Le Pr Henri Joyeux – Chirurgien cancérologue, professeur honoraire de chirurgie digestive et de cancérologie à la faculté de médecine de Montpellier, Prix International de Cancérologie. Il s’exprimera sur la politique de vaccination et les dangers de l’adjuvant aluminium. »

A demain

1 Anne Fagot-Largeault, Alain Fischer, Mélanie Heard, Clémentine Lequillerier, Anne-Marie-Moulin, Geneviève Richard, Patrick Zylberman, membres du comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination

 

 

2 réflexions sur “Onze vaccins : l’affaire ne fait que commencer. Bientôt en scène : le Pr Luc Montagnier

  1. Il n’a jamais été question de pratiquer 11 vaccins dès la 6ème semaine! Seul le D,T,P,Ca,Hib,Hépatite B et Pneumocoque (soit 7 vaccins contenu dans 2 seringues) sont actuellement recommandé au 2 mois de l’enfant (Hépatite B dès la naissance si mère porteuse du VHB). Le vaccin contre le meningocoque C est recommandé à partir du 5mois et le ROR à partir du 12ème mois… De plus le fait de regrouper les vaccins dans une même seringue permet de diminuer la quantité d’adjuvant (aluminium pour le DTP,Ca,Hib,HépatiteB) injecté!!! Pas d’adjuvant dans le ROR car vaccin vivant atténué donc très immunogène.
    Je suis en revanche septique sur le fait que « seule la contrainte peut susciter la confiance »… je pense au contraire qu’elle risque de susciter la défiance!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s